Réforme des retraites : le gouvernement va-t-il tomber ?

borne5

C’est fait, le Sénat a voté la réforme des retraites : 195 voix pour, 112 contre, 37 abstentions. Emmanuel Macron et Élisabeth Borne peuvent dire merci à la droite sénatoriale. Rappelons que ce projet de loi, sur lequel se sont prononcés les sénateurs, a été adopté en vertu d’un vote bloqué déclenché par le gouvernement et que le contenu des articles 9 à 20 du texte a été arrêté par ce même gouvernement. Bruno Retailleau a beau déclarer que si la droite sénatoriale a voté cette réforme, c’est « parce que c’est notre réforme », car « c’est ici qu’elle est née », parce que « nous l’avons modifiée », il n’est pas certain que tous les électeurs de droite voient cela comme une victoire. Au plan comptable, immédiatement, peut-être. Mais politiquement et à moyen terme, il faudra voir. D’aucuns ironisent, d’ailleurs, sur des LR qui ont « fait moins de 5 % à la présidentielle » et qui pèsent pour que cette réforme se fasse alors que les sondages indiquent qu’une grande majorité des Français y est opposée.

Les Français massivement contre ? Pas si l’on en croit le sénateur macroniste et ancien socialiste François Patriat. Celui qui, récemment, voyait des exosquelettes partout sur les chantiers, vient de déclarer à la tribune du Sénat : « Je trouve que ce texte est à la fois nécessaire et protecteur. Et d’ailleurs, les Français ne s’y trompent pas quand ils disent aujourd’hui à 8 pour 10 qu’ils pensent que le texte sera voté, ça n’est pas par notre entêtement ; parce qu’ils savent très bien en eux-mêmes que ce texte, il est nécessaire pour assurer la survie du service pour demain… » C’est une façon d’interpréter les sondages. En Macronie, on sait ce qui est bon pour le peuple. On sait même penser pour lui. D’autant que le peuple ne pense pas. Une autre façon d’interpréter ce « 8 pour 10 » serait de dire que les Français sont tout simplement résignés. Ce qui n’est pas forcément très bon, à bien y réfléchir.

Mais il faut écouter un autre homme de gauche – si tant est que Patriat soit un homme de gauche -, le sociologue Jean Viard, candidat malheureux sous l’étiquette En Marche !, face au LR Julien Aubert aux élections législatives de 2017 dans le Vaucluse, qui s’exprimait, samedi soir, sur le plateau de l’émission de Léa Salamé « Quelle époque ! » : « Je pense que là, ils vont passer en force… Cela va renforcer l’extrême droite. » « Est-ce que ce n’est pas un peu rapide ? », lui rétorque Salamé. Réponse de Viard : « C’est le plus probable. Pourquoi ? Parce que ça laisse dans les milieux ouvriers une énorme souffrance qui leur laisse le sentiment d’être méprisés. » Et le sondeur Brice Teinturier de poursuivre et d'abonder dans le sens de Jean Viard : « Il y a eu vraiment le sentiment de la part des Français de ne pas être, non seulement écoutés, mais compris par la façon dont ils vivent et dans leurs aspirations… Au-delà de la compréhension, on leur impose quelque chose alors même que l’enjeu de leur vie, c’est de pouvoir choisir le moment où ils veulent partir… »

Alors, dans la semaine qui vient, le processus parlementaire va se poursuivre avec retour à l'Assemblée nationale du projet de loi. Ira-t-on vers un énième 49-3 ? Et, donc, une énième motion de censure pour rien ? Bluff quand Olivier Véran annonce, ce dimanche : « Nous ne voulons pas du 49.3. Nous voulons transformer notre majorité relative en une majorité absolue » ? Bluff, encore, quand, invité, ce dimanche, dans l’émission « Questions politiques » de France Inter/France Info/Le Monde, Jordan Bardella lâche sa petit bombe en déclarant qu’« il y a des discussions aujourd'hui à l'Assemblée nationale » sur une motion de censure commune et que « le gouvernement a une chance de tomber ». Pas bluff (ou Pavlov !), en revanche, quand, toujours ce dimanche, sur BFM TV, le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner affirme qu'il « il n’y aura pas de motion de censure partagée avec le RN » ? En tout cas, on est à un tournant. Des tournants, il y en a tous les jours, en politique, comme sur la route. Mais à l'évidence, celui des prochains jours sera décisif.

Quoi qu’il en soit, deux mondes parallèles vivent des réalités bien différentes dans ce pays. D’un côté, le monde des exosquelettes, des tenants d’une vision seulement comptable de la question des retraites, de ceux qui pensent qu’un 49-3 sur un simple projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale permet de faire passer sans consensus populaire une réforme majeure. D’un autre côté, tout un autre monde…

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

80 commentaires

  1. Se demander si ce gouvernement va tomber (c’est amplement souhaité par une France presque unanime à plus de 80% de l’opinion, et ça va encore évoluer en grimpant), ce n’est pas forcément se poser la bonne question. Car même si ce gouvernement tombe, il sera vite remplacé par une nouvelle mixture de même type, avec des « sinistres » tout aussi médiocres, voire minables, sortis d’on ne sait où, qui feront les mêmes âneries que leurs prédécesseurs, voire pire. La vraie question, qui ne règlera pas forcément tout, et dans le bon sens, mais qui devient de plus en plus nécessaire, c’est : Quand Macron débarrassera-t-il le plancher, lui, son arrogance, sa suffisance, son européisme destructeur des nations européennes, son immigrationnisme, son mépris pour la France, ce si petit état « prétentieux », et les français, ces râleurs invétérés qui ne voient pas combien les migrants sont une chance pour eux. C’est cela la bonne question, quand va-t-il enfin disparaître de notre vue et de nos vies. Qu’il parte rejoindre son grand maître Georges Soros à qui il vient justement de remettre (en catimini) la Légion d’Honneur, ce qui, soit dit en passant, dévalorise encore plus ce symbole déjà pas mal esquinté par les quatre ou cinq prédécesseurs de Jupiter (aux pieds de boue).

  2. Les français sous influence et autres progressistes ont voté Macron. Ils l’ont. Le gouvernement va-t-il tomber ? Certainement pas . L’extrême gauche est trop idiote sous soutenir le FN. LR est trop pusillanime pour affronter des réalités qui rebutent. Quelques LR seraient volontaires. Mais ils ne seront pas suivis par l’essentiel du groupe. Trop de narcissisme dans ce milieu. La France est au second degré dans leurs mentalités. Ce qui les conduit à perdre de plus en plus d’électeurs. On en revient toujours à cette France guimauve, sans caractère, où l’individualisme prédomine. Seule la France d’en bas a le pouvoir de bouleverser. Mais ses potentiels leaders sont englués dans cette guimauve. Ils savent qu’ils ne seront pas suivis. L’échec des gilets jaunes reste en mémoire. Qu’ont-ils obtenu ? Rien ! Ils ont surtout réjoui Macron qui s’est fait un grand plaisir de sauter de campagne en campagnes, de prendre l’air pour afficher sa logorrhée.

  3. Pas de danger que ce gouvernement tombe, ils négocient avec les LR quelques prébendes supplémentaires contre un vote favorable. C’est beau la démocratie avec les vendus.

  4. Le Sénat content d’avoir voté cette réforme ! Mais M Retailleau , quand on de mande des efforts aux Français , il faut montrer l’exemple. Alors , M. Retailleau , quand allez vous proposer une modification du calcul des retraites des sénateurs . 2190 euros net pour un mandat , le double pour deux mandats ! Pas Belle La Vie ! Vraiment c’est se moquer des Français qui galèrent, enfin les Français ont élu M Macron, le  » Méprisant  » de la république .

  5. Cette racaille doit être virée sans salaire et sans retraite. Je parle de l’ensemble de nos politiques qui nous gouvernent .

  6. Le gouvernement peut tomber , Macron veut se débarrasser de certains ministres , mais point de dissolution de l’assemblée nationale en vue , le RN se renforcerait encore .

  7. Retailleau, Zemmour, Macron, même combat. C’est leur réforme (c’est eux qui le disent) ! Mais 82% des Français y sont opposés.

    • Ça, c’est que les medias martèlent avec force depuis des mois, mais sans preuve aucune. 83% de 1000 sondés, cela ne fait jamais que 830 personnes. 1 million de processionnaires vociférateurs dans la rue sur 40 millions d’électeurs, cela ne fait pas 83% mais 3%.

  8. « Je pense que là, ils vont passer en force… Cela va renforcer l’extrême droite.  » , il est évident que quand on voit par ailleurs le pognon de dingue que nous coute l’immigration légale et illégale , pognon de dingue que l’on nous cache par tous les moyens , le Français va se poser des questions.

    • Nous ne serons pas mieux lotis avec le RN. Ce sont de redoutables jacobins centralisateurs. Or c’est précisément ce dont la France crève à petit feu…

  9. Oui qu’il tombe et se casse définitivement le portrait ……nous en avons assez et honte de ces gens la .

  10. Retailleau, Zemmour, Macron, même combat. C’est leur réforme (c’est eux qui le disent) !

    • Nous comprenons. Nous comprenons toutes les finesses d’analyses qui, somme toute, ne sont pas très différentes de celles de la NUPES de JLM et de la CGT de Martinez.
      Si vous voulez que la France reste la France, si vous voulez vraiment combattre l’immigration et l’islamisation, il faut travailler (dès l’Ecole) et faire des enfants. Et accessoirement prendre exemple sur ces jeunes qui ont montré qu’on pouvait débattre et avancer sans se précipiter sur des clichés stériles.

    • Quand le peuple se met à ne pas vouloir travailler jusqu’à l’épuisement, forcément, ça ne plaît pas à tout le monde !

  11. Si déja l’ âge de départ à la retraite était le même pour tous, sénateurs, députés, électriciens, gaziers, ouvriers du privé etc etc … cela serait un reflet puissant de la justice sociale !!

  12. François Patriat est socialiste de convenance il est surtout un ami personnel du président et le remercie à sa façon de l’avoir aidé pendant un accident de voiture. La plupart de ceux qui entourent les gens en place sont des relations personnelles à remercier ou aider plutôt que des gens de conviction. Ainsi la valse des porte – feuilles n’apporte rien de bien constructif tant que le grand manitou est en place.

  13. Etrangement on a peu communiqué sur les rémunérations et les retraites des professions les plus en pointe dans la revendication contre la réforme des retraites , RATP, SNCF, GAZ, ELECTRICITE, PETROLE.
    Un conducteur de train prend sa retraite plus tôt qu’un pilote de ligne , pourquoi ? il y a quelques années j’avais lu que des conducteurs de train , en principe épuisés par leur travail , allaient vendre leurs compétences dans les compagnies de transports ferroviaires à l’étranger (Espagne).

    • Et oui, c’est comme les sénateurs et leur régime de retraite  » spécial » : faîtes ce que je dis, pas ce que je fais !
      Ça s’appelle montrer l’exemple !

    • Alors que dire de ceux qui étaient au gouvernement français et qui sont dans des « activités » bien loin des « intérêts » de la FRANCE ? …
      Ce n’est certainement pas les cheminots qui fracassent l’industrie française et toute la souveraineté de la Nation FRANCE ! … Mais « ça » arrange les coucous politicards d’essayer de faire « porter le fardeau » aux gueux …

  14. Certains affirment qu’il faut « travailler plus longtemps » ( y compris dans les commentaires).
    Alors, dans une sorte de logique basique et absurde, ils désignent les seniors pour s’y coller, vous savez, cette catégorie  » fragile » de la population qui n’avaient plus de défense immunitaire et que les mêmes proposaient de vacciner de force !
    Ce qui fait d’eux des  » jeunes » pour travailler, et des  » vieux » pour la piqûre ( allez comprendre)
    Et si on s’intéressait à l’âge d’entrée dans la vie active pour savoir ce que font réellement de leur énergie toute neuve les jeunes autour de la vingtaine !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois