Le soir de l’élection de Miss Provence, en 2021, cette dernière avait reçu nombre d’injures antisémites. Huit prévenus sont aujourd’hui jugés, et c’est le magazine Marianne qui décrit leur profil. April Benayoum, Miss Provence 2021, avait reçu un torrent d’insultes racistes. « J’ai moi-même des origines assez variées : ma mère est serbo-croate, et mon père israélien-italien », avait-elle lancé, sans deviner ce qui allait suivre. Plus de 500 messages de haine ont été enregistrés par le pôle du parquet spécialisé dans la haine en ligne.

Des profils différents, avec un point commun

Les profils des huit prévenus sont variés : en âge, tout d’abord, ils vont de 20 à 60 ans. En professions, ensuite. « On a un licencié en histoire, un élu, une pédicure podologue… Tous titulaires du baccalauréat. Ce ne sont pas des gens à la marge », révèle l’avocat de la plaignante. Tous titulaires du baccalauréat, ils ont un autre point commun : ils sont tous musulmans. « Les huit s’en revendiquent, qu’ils soient pratiquants ou non pratiquants », affirme l’avocat. Marianne révèle que la question a été systématiquement posée aux huit prévenus. Pour certains prévenus, en mentionnant les origines de son père, et non sa religion, Miss Provence s’est avancée sur le terrain de la géopolitique. Reste à en convaincre le juge.

22 septembre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.