Ce mardi 20 juin, Éric Zemmour comparaissait une énième fois devant le tribunal judiciaire de Paris, cette fois pour des propos polémiques tenus en octobre 2019 dans l’émission « Face à l’info », sur CNews. En cause, un discours jugé homophobe et antiféministe pour lequel l’association Stop Homophobie avait porté plainte.

« La rencontre du mouvement féministe et du mouvement LGBT fait qu’avec la force des mythes de ces minorités avec leurs relations dans les médias, dans la justice, au sein de l’appareil d’État, ils ont asservi l’appareil d’État à leur idéologie et donc à leurs caprices », avait ainsi déclaré l’éditorialiste, avant de déplorer les « caprices d’une petite minorité qui tient la main sur l’État et qui l’asservit à son profit et qui va d’abord désagréger la société… Parce qu’on va avoir des enfants sans père et je viens de vous dire que c’est une catastrophe et deuxièmement qui va faire payer ses caprices par tous les autres Français. » Une sortie jugée choquante par Stop Homophobie, qui avait dénoncé avec virulence des « allégations qui portent atteinte à l’honneur et à la réputation des personnes LGBT et constituent par conséquent des actes de diffamation aggravée ».

L’audience qui s’est tenue ce mardi a ainsi vu s’affronter Maître Olivier Pardo, avocat d’Éric Zemmour, et Maître Étienne Deshoulières, qui représentait les associations de défense des droits LGBT Stop Homophobie, Mousse et Adheos, qui s’étaient constituées parties civiles. La question centrale dans les débats a été de déterminer quelles étaient les personnes visées par les propos d’Éric Zemmour : le président de Reconquête parlait-il de toutes les personnes homosexuelles ou simplement de certains groupes parmi elles ? Pour son avocat, la réponse est claire : Éric Zemmour visait, à travers ses propos, « les mouvements LGBT et féministes radicaux »« wokistes » et « en lutte pour le genre ». En clair, ceux qui érigent leur identité comme un étendard et en font un véritable combat. Dans ces mouvements, « beaucoup d’homosexuels ne se reconnaissent pas », a ainsi tempéré Maître Pardo. Conclusion de ce dernier : les propos de son client ne peuvent être taxés d’« homophobes » car le prévenu s’attaquait à « une idéologie LGBT et un mouvement » et non à « un groupe en raison de son identité sexuelle ».

De son côté, la procureur Sophie Touchais a dénoncé une « logique complotiste [selon laquelle] il existerait un lobby LGBT », évoqué par Éric Zemmour avec des « propos extrêmement péjoratifs et virulents ». Maître Deshoulières, visiblement assez rodé au vocabulaire angoissant, a quant à lui qualifié ainsi la sortie du polémiste d'alors : « Rien de moins que la théorie du Grand Remplacement déclinée à la sauce LGBT. » Une description qui a le mérite d’être succincte, à défaut d’être explicite, et qui complète à merveille les accusations de « complotisme » et de « révisionnisme » que les opposants de l’ancien candidat à l’élection présidentielle brandissent régulièrement.

Côté Reconquête, on considère ce procès comme une ixième tentative de faire taire Éric Zemmour : « À défaut de pouvoir nous combattre sur le fond, ils nous combattent sur la forme, avec des arguments juridiques », dénonce le président de Génération Z, Stanislas Rigault. « On est conscient que nos adversaires politiques usent de la faiblesse de la liberté d’expression dans notre pays pour nous attaquer », explique le jeune porte-parole, qui ne semble pas tellement bouleversé par cette nouvelle attaque. « Leurs rouages, on les connaît. »

La décision du tribunal, mise en délibérée, sera rendue le 28 septembre prochain.

10941 vues

21 juin 2023 à 19:40

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

49 commentaires

  1. C’est un peu le point de critique vis à vis d’ Eric ZEMMOUR, il lâche souvent des propos qui traversent sa pensée immédiate sans en prendre la mesure et la portée , je l’ai écouté sur le plateau de Cnews dans « Face à l’info » et il était souvent en désaccord avec Eric de RIEDMATTEN et parfois de Dimitri PAVLENKO, suivant ses idées sans démordre malgré parfois des inexactitudes ; aussi s’il veut perdurer dans la sphère politique il va lui falloir avancer ses idées avec plus de diplomatie , dans ce registre il a encore a évoluer, et sur les plateaux médiatiques il doit prendre un peu de recul face aux attaques agressives de ses interlocuteurs . Pour en revenir au sujet de cette chronique , il a certes raison de ne point laisser s’instaurer de la propagande par des minorités, mais s’il veut mettre de la morale dans la société , ce n’est certes pas par la case « prétoire » qu’il y parviendra , et de ce point de vue là je le désapprouve.

    1. C’est cela, bien sûr…diplomatie, nuance et langue de bois. On constate chaque jour davantage les résultats du « pasdevaguisme » lâche et timoré. L’élégante sémantique de salon n’est plus de mise face aux barbares et autres perturbés mentaux qui participent au suicide français.

  2. Malheureusement on connaît d’avance la décision de « justice » à l’encontre d’Eric Zemmour puisque la procureur, main armée du pouvoir, répète la litanie venant de l’Elysée emprunte du discours LGBT dont le premier lobbyiste est Macron lui-même puisque faisant lui-même partie de ce milieu.
    Toutes les minorités ont leur place mais il n’y a aucune raison, en démocratie, pour autant que nous le soyons encore, ce n’est pas aux minorités à imposer leurs politiques au plus grand nombre. Les grecques à l’origine de la démocratie doivent se retourner dans leur tombe …

  3. Ces associations d’extrême gauche pro islamiste devraient dissoutes surtout les LBGT car elles commence à casser les pieds à un certain nombres de personnes

  4. C’est plutôt Mélenchon qui devrait être poursuivi en justice pour ces propos contre notre pays .
    Il est dangereux alors que zemmour aime notre pays .

  5. Bien sûr, Eric Zemmour est un homme à abattre. Par une conjonction de Grands Marchands pour lesquels l’argent est la seule valeur et de névrosés qui ont idéologisé leurs déséquilibres et veulent en faire une règle de vie en société pour tout le monde.

  6. « allégations qui portent atteinte à l’honneur et à la réputation des personnes LGBT… » disent ces associations, en partant du principe que de ce dont elles parlent le mieux c’est de ce qu’il leur manque le plus.
    Mais, puisque ces associations sont des sectes, presque des églises, choisissant leurs adeptes en fonction de leur théologie, de leur panthéon et de leur liturgie, il me semble qu’aujourd’hui, dans la ligne du droit au blasphème, on peut encore critiquer leurs idées à défaut de critiquer leurs adeptes.

  7. Encore une jurisprudence pour rien: il s’agit là d’une attaque contre l’opinion, et donc une diffamation de la part des plaignants; on sent la relaxe…

  8. La question est : que veulent les LGBT ? Est ce qu’ils veulent imposer leur mode de vie à tout le monde ou est-ce qu’ils demande plus de tolérance pour leurs moeurs, qui rappelons le, ne sont, Dieu merci, pas encore majoritaires. Si c’est la seconde hypothèse, faire des procès n’est certainement pas la meilleure façon d’y parvenir. Un conseil : qu’ils fassent ce qu’ils veulent mais qu’ils nous foutent la paix !

  9. Très bon article, comme d’habitude. Plus ils s’entêtent et se raidissent, plus ils sont faibles. Combien de temps vont-ils pouvoir encore tenir ? C’est la seule question, aujourd’hui.

  10. Il me semble que, en France, chacun a les mêmes droits quelques soient ses pratiques sexuelles. Il est « évident » qu’il n’y a pas de lobby LGBT, il suffit de considérer certaines décisions municipales et autres pour créer des fêtes LGBT, des espaces LGBT etc… qui donnent des droits exclusifs à ces associations .

  11. Ces associations, véritables sangsues de la France grâce aux subventions d’argent public qui les font bien vivre, sont des parasites qui obstruent la Justice avec de mauvaises causes et des arguments spécieux. Relaxe pour Zemmour, attaqué sans raison par l’extrême gauche.

  12. plus ils taperont et attaqueront Zemmour , plus il aura des adeptes qui voteront pour lui !! c’est la seul chose de positif !!

  13. Donc dénoncer la dictature d’une minorité, quand il n’y a qu’à bêtement ouvrir les yeux pour observer la réalité, réalité somme toute plus que polluante visuellement, quotidienne et pour le moins itérative, serait interdit, car « discriminant » ? L’on fera pernicieusement remarquer que c’est maintenant la majorité, celle des « cochons de payeurs » qui serait plutôt « discriminée »…avant d’être carrément criminalisée !

  14. Je soutiens Éric Zemmour depuis le début, il a fait naître l’espoir d’un redressement chez beaucoup. Il est l’objet d’innombrables attaques très injustes la plupart du temps. Mais Éric Zemmour doit faire attention à ne pas céder à la tentation des petites phrases « choc » qui, prises à la lettre, donnent du grain à moudre à ses adversaires. Ainsi son tweet ci-après, envoyé juste après le drame d’Annecy, m’a choqué : « Avant, les demandeurs d’asile fuyaient pour éviter la mort. Désormais les demandeurs d’asile quittent leur pays pour mieux tuer nos enfants ».

    Prise à la lettre, cette phrase est IGNOBLE ! Je ne peux croire qu’Eric Zemmour puisse penser que les demandeurs d’asile quittent leur pays pour mieux tuer nos enfants ! Je peux comprendre et excuser ce dérapage car , dans le feu de l’action, les propos et la recherche d’une formule qui frappe peuvent dépasser la pensée, comme Christine Kelly a su avec délicatesse le rappeler dans le passé à Eric Zemmour.

    La vigilance s’impose, et cela vaut pour chacun de nous : les nombreux problèmes liés à une immigration non maîtrisée ne doivent pas nous amener à considérer tout demandeur d’asile comme un tueur d’enfants en puissance, sous peine de déconsidérer complètement notre combat

    1. « Autrefois, les demandeurs d’asile fuyaient leur pays pour échapper à la mort, désormais il quittent leur pays pour tuer nos enfants ». Telle est la phrase EXACTEMENT prononcée par Eric Zemmour. C’est le MIEUX que vous rajoutez qui est choquant ! La phrase d’Eric Zemmour décrit, avec gravité, tristesse et indignation, une REALITE. C’est cette REALITE qui est violente, choquante et pour tout dire atroce. Alors de grâce, faites bien attention au sens exact des mots et à la syntaxe du Français. La rhétorique d’Eric Zemmour est à la hauteur de l’emotion provoquée par cette odieuse agression criminelle d’un « demandeur d’asile ». Elle n’est pas différente de celle que nous exprimons quand nous chantons la « Marseillaise ».
      Je vous laisse rejoindre l’orchestre de tout ceux qui accusent Zemmour de tous les « dérapages » et de toutes les « phobies » et ne veulent au fond traiter les questions qu’avec des nounours et des bougies. De tout ceux qui pensent qu’il a bien quelques responsabilités pour être traité comme il l’est pas les black blocs les antifas et la racaille.

      1. Merci pour votre précision. J’ai écouté le tweet et en effet E Zemmour n’a pas prononcé MIEUX, mais ce n’est pas moi qui ai rajouté ce mot, c’était dans la retranscription par écrit du tweet… Il n’empêche que tous les demandeurs d’asile ne quittent pas leur pays pour tuer nos enfants ! Mais cela atténue en effet la portée de ce qu’a dit Zemmour.

    2. Nous sommes en guerre existentielle, les ronds de jambe nobiliaires dont se foutent éperdument les ennemis mortels de Zemmour ne sont plus d’actualité. Il faut désormais oublier le savoir-vivre pour simplement pouvoir continuer à vivre. Si d’aventure, demain, tes propos et même tes idées deviennent légalement interdites, tu te rendras compte un peu tard de ce que tu as perdu en libertés.

  15. Les propos d’Eric Zemmour rapporté dans cet article sont des propos politiques qui expriment une vision antrhopologique et dénoncent les actions d’associations militantes et subventionnées qui promeuvent sans restriction la deconstruction des valeurs qui ont fondé nos sociétés depuis des siècles sinon des millénaires. Ces propos n’ont rien d’homophobe. Et ne font que s’inscrire dans un débat intellectuel et DEMOCRATIQUE. Des millions de gens sur Terre peuvent les partager et les approuver. C’est le harcèlement judiciaire de n’importe quelle personne qui viendrait à en tenir de semblables qui est condamnable.

Les commentaires sont fermés.