Le temps périscolaire est consacré, selon les instructions officielles, à des cours de soutien, à des jeux collectifs, à des ateliers ludiques ; bref, à des activités encadrées qui complètent la formation des enfants. Mais ce lundi 13 novembre, deux élèves de CE2 de Nice ont préféré occuper ce moment en organisant une « prière ». Le maire, Christian Estrosi, et la rectrice de l’académie, Nathalie Chicot, ont immédiatement dénoncé une « atteinte à la laïcité ».

Les parents des deux enfants à la piété ostentatoire ont été reçus par la mairie dès mardi. On leur a rappelé « les valeurs de la République et de la laïcité » et ils se sont montrés « désolés ». « Désolés », vraiment ? On imagine qu'il doit régner à la maison une atmosphère de prosélytisme pour que les bambins en viennent à organiser des prières à l’école.

Les écoliers, eux, ont reçu un « avertissement ». Car, rappelle Jean-Luc Gagliolo, adjoint en charge de l'éducation, nous sommes en présence d’enfants de huit ans, « donc peu susceptibles de vouloir déstabiliser l'école ». Et la mairie de conclure : « La situation du monde justifie (sic) que l'on ne mette pas d'huile sur le feu. Pas de dramatisation ni de minimisation, donc. »

Estrosi aboie puis tempère

Mais au fait, de quoi parle-t-on ? D’une prière chrétienne ? Bouddhiste ? Shintoïste ? Animiste ? Chamanique ? Juive ? Ce silence est un indice. Autre indice, Estrosi avait alerté, en juin dernier, sur une « prière musulmane par des enfants de CM1 et CM2 » ainsi que de « minutes de silence organisées en mémoire du prophète Mahomet ». Oui, le feu couve, dans les écoles niçoises.

Face à nos précoces petits Nissarts, leur maire se veut un grand-papa gâteau plutôt bienveillant. Il commence par rouspéter : des faits « extrêmement graves », « nous ne laisserons rien passer »… Mais il regarde le JT et constate « la situation du monde ». À l’heure de sévir, il fond. Des enfants de 8 ans ! Ne dramatisons pas. Il range le martinet.

Il est sûr que, face à des enfants de huit ans, que faire à part être indulgent ? Les règlements intérieurs des écoles n’ont pas prévu le cas de jeunes apprentis imams. Nos lois, d’une façon générale, sont comme une ligne Maginot face à l’envahissement de la société française par l’islamisation. Le guide « Prévenir la radicalisation auprès des jeunes de 15-25 ans » promu par la Ligue de l’enseignement en 2019 est caduc. À quand la version 6-25 ans ?

Sanctions dérisoires pour faits graves

Tout le système est dépassé. Lors de l’hommage à Dominique Bernard, plus de 500 perturbations et menaces ont été recensées. « Systématiquement, on saisit le procureur de la République » et « on engage des procédures disciplinaires », selon Gabriel Attal, ministre de l’Éducation nationale. 183 élèves ont été exclus en attendant leur passage en conseil de discipline. Depuis, aucun bilan n’a été communiqué. Pas de statistiques. « Sortir les élèves radicalisés » des établissements publics, comme le claironnait Attal, est juridiquement impossible. Oui, nos lois sont impuissantes à endiguer le flot.

Parmi ces 500 perturbateurs, un enfant de 10 ans, dans les Pyrénées-Atlantiques. Sa punition ? Un éducateur va travailler avec lui. La tendance se dessine : nos écoles primaires vont devenir à moyen terme, question ambiance, l’équivalent des collèges. Un rapport le disait en 2022 : les atteintes à la laïcité touchent plus qu'on ne croit les écoles maternelles et primaires, du fait des parents mais aussi des élèves.

L'épouvantail des « évangéliques radicaux »

Les institutions sont totalement dépassées par l’ampleur du phénomène, par la crainte de passer pour islamophobe, par la terreur de subir le sort de Samuel Paty et Dominique Bernard. Et par le sentiment d'être dans une impasse, puisque toute réponse est dérisoire. Alors, on noie le poisson, comme dans ce filandreux article « Comment l'Éducation nationale traite les signalements d'atteinte à la laïcité ». Beaucoup de cas seraient liés à des « évangéliques radicaux » (sic). Une inspectrice d’académie l'assure : « La plupart du temps, les atteintes à la laïcité ne sont pas liées à des suspicions de radicalisation. »

À quoi sont-elles liées, alors ? C’est aussi mystérieux que le carburant de l’antisémitisme pour Yaël Braun-Pivet. Que ce soit elle ou Estrosi, ils en sont à acheter une paix sociale et religieuse qui n’existe que dans leur laïcité virtuelle.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16/11/2023 à 18:57.

6930 vues

15 novembre 2023 à 16:03

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

41 commentaires

  1. On récolte toujours ce que l’on a semé . Tout ce qui se passe actuellement c’est bel et bien la faute de l’état . L’incurie et la pusillanimité de l’état a permis à l’islam de s’immiscer insidieusement dans la vie des FRANCAIS . Il n’est pas une journée , une heure sans que les méfaits de l’islam soit au coeur de l’information . Par quel miracle réussirions nous aujourd’hui ce qu’aucun peuple n’a pu faire à aucun moment de l’histoire ; cohabiter avec l’islam . Le général Antoine Martinez disait récemment :  » La situation de la FRANCE est gravissime parce que ce sont nos « dirigeants » eux mêmes qui oeuvrent contre la patrie , contre la nation et mettent les FRANCAIS en grand danger  » .

  2.  » Oui, nos lois sont impuissantes à endiguer le flot. » Car il n’y en a pas assez. Légiférons! Légiférons!

  3. Évidement il ni aura aucune sanction prise contre les parents de ces gamins. Les politicards parlent beaucoup aboient, mais quand il faut sévir plus personne, alors ils laissent faire soit pour une question d’électoralisme , soit parce que se sont des poltrons et on commence a en voir le résultat.

  4. Ces enfants à qui on inculque des valeurs contraires à celle de la republique sont des futurs adultes qui sans savoir ni pourquoi ni comment hairont la France , pays où ils sont nés, grandis.
    Voici comment on crée de futurs délinquants et pire des radicalises

  5. Pourrait on savoir quelles sont les sanctions prises à l’égard des parents de ces enfants islamisés et éduqués contre « les français incroyants » ????

  6. Comme d’habitude, des palabres, des palabres et de la grande gesticulation pour faire croire que l’on fait quelque chose. Il n’y aura pas de suite sérieuse.

  7. « Désolés », tu parles Charles !
    Je n’ai aucune confiance en ce genre de « désolation » venant de ces gens-là.
    Quand à Estrosi, plutôt connu pour ses atermoiements constants à l’égard de la communauté musulmane de sa ville, il ne m’inspire pas plus confiance.
    Le loup est dans la bergerie !

  8. D’ici combien d’années va-t-on renommer notre pauvre France !?!
    Évidemment et logiquement par un nom issu de la culture islamique puisque d’ici peu de temps, grâce et avec notre système électoral, les envahisseurs seront à la tête des Institutions Française ( mairies, Conseils départementaux, Régionaux, Préfectures, et pourquoi pas à la tête du Pays au palais de l’Elysée ! Pour l’heure les musulmans se sont trouvés bde très bons alliés avec ce Mélenchon et sa cohorte de wooks réunis sous la bannière de cette ‘NUPES mortifère.
    Je viens de dépasser l’âge de septante et, croyez moi ou pas, malgré un capital vie qui se réduit je suis bien content de n’avoir en principe pas à connaître cette catastrophe nationale ; et tant pis pour les d’Jeunes indigènes de France et d’Europe trop aveugles pour prendre conscience du péril.

  9. Si les Français en avaient, ils renverraient ces gens dans leur pays d’origine.tout simplement. Ça ferait réfléchir ceux qui veulent rester.
    Mais voilà, y a plus

    1. Vous plaisantez bien sûr car comme vous semblez l’ignorer, « ces gens là » se revendiquent d’avoir la nationalité française et rien ne leur échappe en terme de « droits » !
      Constat : les indigènes européens de souche n’ont qu’à bien se tenir et préparer leurs convertions… Snifff.

    2. pour Ripalou, ce que vous proposez serait l’idéal, maintenant j’aimerais savoir comment faire CONCRETEMENT pour les renvoyer.

  10. L’islam est dans une phase de conquête et donc de radicalisation . La France est sa principale cible du fait que c’est le pays occidental qui a le plus fort taux de population musulmane. Ils tentent partout de faire de l’entrisme religieux que ce soit à l’école ou dans l’administration qui n’y échapperont pas . La laïcité que nous brandissont comme un truc magique qui nous protégerait de tout ne les impressionne pas une minute .surtout quand elle est defendue par des muni chois comme Estrosi ou Yael Braun-Pivet . Il faudrait des gens déterminés pour cela , qui remettent l’identité au centre de nos priorités. Je ne vois qu’un parti qui le doit suffisamment . Que devient l’identité française au sein d’un pays devenu communautaire. Elle se dissout!

  11. Ces enfants issus de familles musulmanes venus en France pour des raisons plutôt obscures car multiples et qui font en moyenne 40% de plus d’enfants par rapport à la population indigène, ayant donc liens ancestraux collectifs Française, font que chaque individus font également un minimum de 40% supérieur à ce qui restera des indigènes Français, c’est plus que considérable et ne peut que confirmer ce que tout le monde peut se rendre compte facilement du grand remplacement.

  12. Des gamins de CE, donc d’à peine huit ans, et déjà islamisés à l’extrême ! Et l’on nous parle d’éducation scolaire…

    1. « islamisés à l’extrême » ? Parce qu’ils font leurs prières et poussent d’autres enfants à les imiter ? Franchement, je suis catholique, et si j’apprenais que mes enfants agissent ainsi, je serais extrêmement fière. Comme le sont sûrement et à juste titre les parents de ces petits musulmans. Cela dit, justement parce que je suis catholique, je considère l’islam comme l’ennemi à combattre de toutes mes forces. Il me semble que notre tort, c’est de persister à le considérer comme une religion au lieu du système totalitaire qu’il est en réalité, et un système incompatible avec notre civilisation. Eric Zemmour l’a encore rappelé hier soir. Par conséquent, à bouter hors de France.

  13. L’islam grignote peu à peu et partout ;jusqu’au jour où la charia s’imposera sur l’ensemble du territoire…

    1. Forcément la loi islamique donc la loi coranique dont la charia en est un principe de base un résumé des shadises (paroles de leur prophète) sa mise en en place du moins en France ne fait que répondre à la loi du nombre. En effet élire nos représentants qui font notre avenir dont le plus grand nombre seront forcément issus de leur culture vue le panel à disposition ne peux qu’aller dans ce sens.

    2. vous avez parfaitement raison et cela avec le complicité de certains politiques – très bien placés ! suivez mon regard- qui compte sur leurs votes !!!

Les commentaires sont fermés.