Les choses se compliquent. Mieux, ou pire : on va dire qu’elles se complexifient. À moins, au contraire, qu’elles ne deviennent d’une simplicité biblique. Serge Klarsfeld, vient de donner un entretien au FigaroVox qui fera sans doute date. « Il faut se réjouir que le Rassemblement national participe à la marche contre l’antisémitisme », déclare le président des Fils et Filles de déportés juifs de France. Faut-il présenter celui qui échappa à la Gestapo en 1943, alors qu’il n’était qu’un gamin, et qui s'est battu toute sa vie pour démasquer les anciens nazis ? Une vie entière consacrée à la reconnaissance de la Shoah dont son père fut l’une des victimes. Auteur du Mémorial de la déportation des Juifs de France, publié en 1978, grand-croix de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, Serge Klarsfeld est ce qu’on peut appeler une autorité morale incontestée et sans doute – jusqu’à présent – incontestable de notre République.

C’est pourquoi, quoi qu’on pourra en dire ici et là - et il ne manquera sans doute pas d’exégètes pour triturer, interpréter ces propos -, cette déclaration peut être considérée comme un tournant majeur. Des personnalités de seconde, voire de troisième zone, comme Marine Tondelier, patronne des Écologistes, ont beau en appeler à manifester dimanche prochain contre l’antisémitisme avec un « cordon républicain » contre l’extrême droite (en clair dans le texte, le RN et Reconquête), ce qui est écrit est écrit : « Il faut se réjouir que le Rassemblement national participe à la marche contre l’antisémitisme. » Et c’est Serge Klarsfeld qui le dit, pas un intermittent politique des matinales radiophoniques. Il faut bien dire qu’on ne se réjouit pas spécialement à droite, au centre et à gauche, de la participation du RN à cette manifestation. On voit bien toutes ces contorsions, arguties et autres grimaces que Marc Baudriller a très bien décrites, hier, en évoquant le « bal des tartuffes » pour ne pas dire – mais disons-le ! - des faux-culs, qui en deviennent grotesques, voire risibles. Le défilé de Marine Tondelier avec « un cordon républicain » mériterait, d'ailleurs, un magnifique crobard. Une tresse plastifiée, dont la couleur reste à définir, comme la police en déploie sur les scènes de crime ? Un concert de crécelles comme pour signaler la présence de pestiférés aux alentours ? On en appelle à l’imagination sans limite de ces gens-là…

Mais une autre phrase mérite d’être surlignée, soulignée en gras dans cet entretien au FigaroVox. Une phrase qui fait encore plus mal, peut-être : « L’extrême gauche a toujours eu une tradition antisémite. » Serge Klarsfeld ne dit pas que l’extrême gauche est intrinsèquement antisémite, puisqu’il rajoute, peu après, qu’il est « triste de voir l’extrême gauche abandonner sa ligne d’action contre l’antisémitisme », mais il souligne qu’un courant antisémite a toujours existé à l’extrême gauche. Qui disait ça, jusqu’alors, à l’exception, peut-être, d’Éric Zemmour ? Mais c’est Serge Klarsfeld qui le dit. Référence incontestable. Qu’en dira une Clémentine Autain, « grande figure morale » de l’extrême gauche, elle qui, mardi dernier, à France Inter, déclarait, avec l’aplomb qu’on lui connaît, qu’« historiquement », la lutte contre l’antisémitisme était de gauche. Oui, sans doute, si on remonte à l’affaire Dreyfus. Mais puisque, ce 9 novembre, on commémorait la mort du général de Gaulle, comment ne pas rappeler que les premiers Français libres qui rallièrent ce militaire pas spécialement de gauche étaient plutôt de droite, pour ne pas dire très à droite… Compliqué, l'Histoire !

On dit qu’il y aura un avant et un après 7 octobre 2023, lorsque le Hamas massacra des civils israéliens innocents. Il y aura sans doute, aussi, un avant et un après 12 novembre 2023. Le « cordon républicain », autour notamment du Rassemblement national, fort de sa grosse centaine de parlementaires (députés, sénateurs, députés européens), n’est plus qu’un colifichet, une sorte de talisman, de gri-gri porté en sautoir pour se donner bonne conscience, se rassurer peut-être, aussi. Ultime argument électoral de second tour, il n’a désormais pas plus de pouvoir qu’un fer à cheval ou une patte de lapin. En tout cas, il y aura un avant et un après interview de Serge Klarsfeld, celui qui se qualifiait lui-même, lors d'un entretien à LCP, en novembre 2022, de « combattant pour la vérité historique ».

9260 vues

09 novembre 2023 à 21:55

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

47 commentaires

  1. Quand monsieur Véran s’offusque de la présence du Rassemblement National,
    on pourrait peut-être lui rappeler les engagements du père de François Hollande !

  2. Personne ne s’offusque de la présence du parti communiste dans cette manifestation alors que ce parti a soutenu les régimes les plus sanguinaires et antisémites.
    La prochaine manifestation sera t’elle organisée contre la RNphobie ?

  3. Je suis éxcédé d’entendre encore polémiquer sur les propos de J-M Lepen d’il y a 45 ans .Il serait peut être temps de passer a autre chose . Instrumentaliser politiquement ces propos vieux de 45 ans pour discréditer le R.N qui n’a strictement plus rien a voir avec JML est d’une bassesse politicienne sans aucune mesure dans le contexte actuel . Quand a Pascal Praud dont je suivais régulièrement l’émission a été « infect  » avec Jordan Bardella ,il a même poussé le bouchon à visionner l’interview de JM Lepen datant de 45 ans pour déstabiliser Bardella honte à lui . Il serait peut être temps que ce « sieur » se remettre en question . Attraperait – il le melon ? Il fallait rappeler à M Praud que le but ultime face à la montée de l’antisémitisme il fallait prêcher la concorde et non diviser pour la manifestation .Il est fort de constater que les  » médias » font un sacré dégât . SOCRATE a dit :  » Les grands esprits discutent des idées , les esprits moyens discutent des évènements , les petits esprits discutent des gens  » .

    1. Très déçue moi aussi de l’attitude de Pascal Praud qui a cru bon de chausser les sabots des inquisiteurs gauchistes pour cuisiner Jordan Bardella . Marre de cette histoire de ses propos au sujet de JM LePen . On s’en fiche de LePen . Il a 95 ans . Qu’on lui foute la paix et qu’on passe à autre chose . Bardella a commis une maladresse certainement par respect pour sa «  patronne ». Je ne crois d’ailleurs pas moi non plus que JM LePen ait été antisemite . Il avait un côté très «  bourin » et aimait choquer avec des phrases qui le mettaient sous les caméras . Quand on en aura fini avec ça , on pourra peut-être penser au naufrage de la France . A moins que nous ne soyons noyés avant .

  4. j’apprécie la formule :  » le fameux cordon sanitaire n’aura pas plus de pouvoir électoral qu’une patte de lapin' » ….BIEN VU. Merci beaucoup.

  5. Un bon article de plus, le sens de la formule et le court quand nécessaire. Les propos antisémites de nos « intellectuel » de gauche ne manquent pas. Même un Clémenceau, maitre de Valls, qui n’a pas le temps de lire, l’était avec un souverain mépris.

  6. Laissons donc les bougies et les nounours défiler tout seuls ; cela mettra presque tout le monde d’accord.

  7. En cette crise si tragique, s’interroger sur ce qui est de droite, ou de gauche, antisémite ou pas, autorisé à participer à la manifestation ou pas est grotesque, et effrayant de médiocrité et d’hypocrisie. Il est temps d’arrêter la pitoyable politique politicienne, prendre un peu de hauteur et de dignité et s’unir. Le désir de paix devrait tout transcender.

    1. Si vous attendez que la gauche prenne de la hauteur, vous pouvez attendre longtemps, elle est toujours à ras des pâquerettes et à l’origine de la plupart des conflits.

Les commentaires sont fermés.