La nouvelle est tombée vendredi soir : après cinq jours d'hésitation et de silence, l’Élysée a fait savoir que le président de la République ne se rendrait pas à la marche contre l'antisémitisme lancée par les présidents des deux Assemblées. Emmanuel Macron affirme qu'il « combat sans relâche toutes les formes d'antisémitisme depuis le premier jour ». S'il ne sera donc pas présent dimanche, il « salue avec respect celles et ceux qui, dimanche, marcheront pour la République, contre l'antisémitisme et pour la libération des otages ». Il ajoute : « Que des rassemblements viennent, partout en France, relayer ce combat est un motif d'espérance. » Un bon point distribué le vendredi soir, mais le Président Macron ne fera pas le don de sa personne à la grande manifestation contre l'antisémitisme.

Emmanuel Macron ne mettra donc pas ses pas dans ceux de François Mitterrand naguère et de François Hollande hier. Et pourtant, son ambiguïté est la même. Que signifie, en effet, ce « soutien sans participation », comme on disait autrefois de l'attitude de ces partis qui voulaient les avantages de la majorité sans les inconvénients de l'exposition ? Emmanuel Macron avait pourtant l'occasion de sortir de son « en même temps » mortifère. La manifestation avait été lancée par des sommités de l'État et cochait toutes les cases de républicanisme. Sans explication de sa part, nous en sommes réduits à imaginer que le Président souhaite rester au-dessus de la mêlée, continuer à marcher sur sa « ligne de crête ». Sans langue de bois : donner des gages à l'opinion pro-palestinienne en France. D'ailleurs, ce même vendredi soir, il donne une interview en anglais à la BBC où il « exhorte Israël à cesser » les bombardements tuant des « bébés, des femmes et des personnes âgées » à Gaza. Le Président français s'adressait à l'opinion pro-palestinienne mondiale et, accessoirement, française. L'autre France a bien compris le message. L'autre France ? Celle qui pense qu'Emmanuel Macron aurait dû participer à la marche et n'aura donc pas droit à son Président. Retenu ailleurs. Empêché. Comme otage d'une autre France.

C'est le cas de Philipe de Villiers qui, sur CNews, avant même qu'on ne connaisse la décision de l’Élysée, a été clair. Et présidentiel pour lui : « Oui, il doit s'y rendre parce que c'est le principe d'unité, parce que c'est une manifestation pour l'unité nationale et parce qu'il faut choisir son camp, c'est-à-dire qu'il y a un pays qui a été frappé par un groupe terroriste qui a des correspondants chez nous. Et, donc, le président de la République ne peut pas continuer à peser des œufs de mouche dans des balances de toiles d'araignées. Il faut trancher. » Faisant allusion aux hésitations de Macron car « le pays est divisé », il a ironisé sur ces Présidents qui déplorent la partition tout en l'encourageant via l'immigration.

Cette séquence ouvre une petite lucarne sur la France d'après et ce que sera un président de la République dans une France divisée, soumise à la partition. Un Président de plus en plus impuissant à assurer et à incarner l'unité nationale, puisqu'elle n'existe plus. Un Président qui pourrait hâter l'entrée dans la guerre civile, s'il lui venait d'être enfin courageux et d'oser participer à une manifestation contre l'antisémitisme. Pour le moment, Emmanuel Macron marche bravement dans les pas de François Hollande : ceux du déshonneur.

16697 vues

11 novembre 2023 à 10:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

63 commentaires

  1. Un personnage sans colonne vertébrale et qui préfère se mettre à genoux devant eux car déjà soumis.
    Le plus mauvais des présidents, le plus mauvais des ministres de l’économie et le pire dans tout finalement

  2. Je me souviens des émeutes, c’était en 2023 en France. L’islam est foncièrement criminel et le HAMAS le prouve.
    Je soutiens donc Israël dans cette guerre.
    La paix passe par la libération des otages, c’est la condition, car on ne discute pas avec les terroristes.

  3. Chef des armées et… peur d’être attaqué lors d’une manifestation. Il est honteux de manquer de courage.

  4. De toutes façons, présent ou pas Macron ne représente que lui même et surtout pas la France qu’il n’a eu de cesse de détruire ( sur ordre ? ..)

  5. dixit Macron : Les Juifs ont peur, ce n’est pas la France, mais lorsqu’un Président de la France à PEUR ce n’est pas la France Et d’ailleurs macron ne nous protège pas, il a P E U R !

  6. La place d’un chef d’État n’est pas dans les manifestations ni autres marches. Il doit, en effet, rester au dessus de la mêlée, et oeuvrer avec diplomatie pour la paix.

  7. Les problèmes de macron ce sont ses positions passées. Les pays Arabes se réunissent actuellement pour faire front contre l’Occident et Israël, ces pays sont les principaux producteurs de pétrole et si ils décidaient de ne plus livrer aux Occidentaux, c’est l’effondrement total de nos pays. La plus grosse erreur de macron, c’est de s’être engouffré dans la folie Américaine en Ukraine et d’avoir méprisé Mr Poutine. Maintenant il est observé de près par les pays Arabes sur sa politique face aux musulmans vivant en France, et le moindre faux pas sera immédiatement relevé. Pour conclure, macron est obligé de faire profil bas dans l’attaque terroriste d’Israël, de caresser dans le sens du poil les huit ou dix millions de musulmans vivant en France afin de ne pas froisser les pays producteurs de pétrole, sachant que la porte Russe est maintenant fermée. Joli coup monsieur le président.
    ,

  8. Il craint les réactions sur le trajet et surtout celles de la diversité qu’il a tant choyée- et il n’était pas le seul-.
    Je me réjouis que le PAYS LEGAL défile en tête car il est responsable de la situation sans oublier l’engeance gôchiste.
    Le PAYS REEL excellent vigie sera derrière, il n’a pas à se commettre avec l’autre.

  9. Macron qui a été formé aux affaires chez Rothschild et qui doit impérativement assumé de devoir représenter la France dans toutes ses composantes choisit honteusement de bien se garder de s’afficher contre l’anti sémitisme !
    Il préfère donner la preuve absolue qu’il a la trouille de l’islamisme barbare qui nous envahit et qui pourrait exploser en France s’il arrêtait vraiment de le caresser dans le sens du poil ! Normal avec les bêtes sauvages, au risque d’être dévoré!

  10. Les Juifs ont toujours fait partis du peuple de France tout au long de notre histoire et ce depuis l’antiquité , par contre les islamistes ont été importés par une gauche envieuse et haineuse , détestant toute forme de religion mais trouvait l’islam comme référence à la bonne conduite !!!
    Nous en sommes à un point de non retour où l’antisémitisme a réapparu depuis les années 1982 ( période de commencement de cette invasion cachée par le gouvernement de l’époque ) mais il a eu aussi cette chasse  » aux sorcières  » la destruction de la religion catholique en détruisant les monuments la représentant , avec la réussite ignoble de la destruction par le feu de Notre Dame de Paris ! ( elle renaitra de ses cendre ) !

  11. Je constate une chose: les Juifs sont en Europe depuis l’antiquité. Ils n’ont jamais commis d’attentat, jamais égorgé des innocents dans la rue, jamais détourné des avions pour les écraser sur des tours,jamais essayé d’imposer leur religion ni leurs coutumes, jamais dit nique la France…..

  12. Macron fait du en même temps. Il ne s’est pas rendu à la manifestions pro palestinienne. Dans sa logique , il ne se rend pas à la manifestation contre l’antisémitisme. Ses amis de LFI assimile la manifestation de ce jour à une manifestation pro israélienne. Et qui a participé à l’élection d’Emmanuel Macron, LFI. et qui a contribué à l’élection de députés LFI, Emmanuel Macron. La boucle est bouclée.

  13. Pourquoi irait-il à une marche qui rassemble alors qu’il ne cesse depuis toujours de tout faire pour diviser et monter les Français les uns contre les autres…Une fois de plus : Diviser pour mieux régner!

  14. E. Macron ne peut pas faire sélectionner « celles & ceux » qui assisteront à cette manifestation donc il s’abstient .

Les commentaires sont fermés.