Rendons cette justice au souverain pontife : le pape François, 87 ans, ne s’exprimait pas ex cathedra. Il n’engageait pas l’infaillibilité pontificale. Il n’a donc, techniquement, pas touché au dépôt de la foi dont il est censé être le passeur, par fidélité à deux mille ans de martyre et de résistance aux hérésies. Il n’empêche : interrogé, dimanche, par le journaliste italien Fabio Fazio, le pape, après avoir réaffirmé qu’il assumait totalement sa décision, traduite par la désormais célèbre déclaration Fiducia supplicans de bénir les « unions » qui se trouvaient objectivement en état de péché mortel, s’est attardé sur la question de la damnation. On pourrait dire, en parodiant les publicités sur Internet : « Les théologiens le détestent, il a trouvé la méthode pour ne pas aller en enfer » - car le pape pense, pour sa part, que l’enfer est vide.

Le catéchisme de l'Église catholique est plutôt clair

Vous avez bien lu, chers amis. L’enfer serait vide. François s’empresse de préciser : « Ce que je vais dire n’est pas un dogme de foi, c’est quelque chose qui m’est personnel mais qui me plaît : il me plaît de penser que l’enfer est vide. J’espère que c’est une réalité, mais cela me plaît. » Certes, ce n’est pas un dogme de foi. C’est bien le moins que l’on puisse dire, d’ailleurs, puisque le catéchisme de l’Église catholique, au point 1035, est plutôt clair. Voyons plutôt : « L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l’enfer, "le feu éternel". La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été créé et auxquels il aspire. » Le voilà, le dogme de foi.

Maintenant, il y a deux hypothèses. Première hypothèse : l’enfer est vide et François a raison. Cela veut dire que personne ne meurt en état de péché mortel. Cela veut dire que l’Église se trompe car elle enseigne l’erreur et que Judas est au Purgatoire (mais François croit-il au Purgatoire ?). Cela veut aussi dire que tous les saints qui ont vu l’enfer de leurs propres yeux (sainte Thérèse d’Avila, saint Jean Bosco, les enfants de Fatima, parmi mille autres) ont été victimes d’une puissante autosuggestion ou d’un mauvais trip sous LSD. Cela veut, enfin, dire - mais on n’imagine pas que François le pense - que le Christ, quand il dira aux pécheurs, comme il l’a annoncé, « Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel ! » (Mt 25, 41), les enverra vers un quelconque barbecue qui n’aurait rien à voir avec la damnation - puisque, encore une fois, l’enfer est vide.

Qui a tort ?

Deuxième hypothèse : l’enfer n’est pas vide et François a tort. L’enseignement de l’Église est dans le vrai, les saints n’ont pas rêvé et les paroles du Christ sont à prendre au premier degré. C’est plutôt cela qui, nous semble-t-il, est à privilégier. Michel Polnareff n’étant pas docteur de l’Église, non, on n’ira pas tous au Paradis. Désolé, les gars, mais il fallait un peu s’y attendre.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 17/01/2024 à 16:54.

5080 vues

16 janvier 2024 à 15:30

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. « Juda au purgatoire ? » Aucun docteur de l’église des premiers siècles ne croyait en l’existence du purgatoire. L’unique moyen de purification relève du sacrifice de Jésus, qui, par sa mort ôte le péché du monde (Jean 1:29) et dont le sang « purifie de tout péché »(1 jean 1:7).
    Saint-Augustin 354-430 parlant du paradis et de l’enfer confirmait l’enseignement de Jésus et des apôtres en écrivant « Il n’existe point de lieu mitoyen ; celui qui n’habite point avec Jésus-Christ ne peut être ailleurs qu’avec le diable ».
    C’est par le pape Grégoire le Grand (vers le sixième siècle ) que l’idée d’un lieu intermédiaire (purgatoire) est apparu pour le rachat des âmes ! Mais en mourant sur la croix Jésus dit « tout est accompli », alors qu’avons nous besoin d’ajouter ce lieu de religiosité ? Je crois que pour tous ceux qui l’acceptent, Jésus est pour nous, justice, sanctification, et rédemption (1 Corinthiens 1:30). Au Golgatha après le repentir, l’un des deux briguant reçoit l’assurance du paradis mais à l’autre briguant, Jésus parle t-il d’un lieu mitoyen ?
    Phil

  2. Je vais faire de la peine à BV, mais la religion est la plus grande escroquerie de tous les temps. L’enfer, pas plus que le paradis d’ailleurs, n’existe. C’est d’ailleurs bien dommage car les SS, les commissaires politiques du NKVD-KGB, les khmers rouges, les Hutus qui massacrent les Tutsis et le Hamas commettant le pire pogrom depuis l’Holocauste et j’en oublie tant la liste est quasi infinie à travers l’Histoire, bref, tous ces gens qui ont infligé les pires tourments à des innocents qui ne leur avaient rien fait, ne seront pas punis.
    C’est pour ça que l’on a inventé l’Enfer car l’idée que de tels personnages ne soient jamais punis nous est insupportable, à raison d’ailleurs, car l’idée même d’injustice est insupportables aux honnêtes gens.

  3. La source qui amène à la paix du cœur n’est pas être disciple d’une quelconque religion, mais c’est de permettre à Jésus-Christ de vivre en chacun .
    « Donc, la foi naît du message que l’on entend, et ce message c’est celui qui s’appuie sur la parole du Christ » lettre de Paul aux Romains 10 : 17 .
    Phil

  4. Chacun, par la façon de conduire sa vie librement, choisit sa destinée éternelle. Ce n’est pas Dieu qui nous met en enfer. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ( cf. St Paul ). Dieu voudrait bien que l’enfer soit vide et le Christ a offert sa vie pour cela, afin que, par l’acceptation de ce don, les hommes se jettent dans les bras de Dieu et fassent sa volonté. C’est nous qui pouvons nous mettre en enfer. En effet Dieu, qui nous laisse libres, n’impose pas sa présence éternelle à ceux qui l’ont furieusement rejeté jusqu’au dernier moment de leur vie, soit par un athéisme haineux, soit par des actes abominables, soit par l’alliance des deux.
    Dire qu’il n’y a pas d’enfer c’est dire qu’il n’y a pas de JUSTICE finale et que le monde est absurde. Dieu laisse les hommes penser que le monde est absurde mais tous ne le pensent pas. Dans son encyclique SPE SALVI, Benoît XVI disait qu’on ne pouvait pas imaginer, qu’au banquet du ciel, les victimes soient assises à côté de leurs bourreaux.

    1. En effet @Anna, Dieu nous laisse la liberté de choisir la voie que nous souhaitons suivre selon qu’il est écrit en Deutéronome 30:19  » J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité »
      Phil

  5. Le pape ne fait qu’éloigner un peu plus les croyants de la vérité de l’Évangile en affirmant que l’enfer est vide !
    Les autorités religieuses seraient bien inspirées de prendre exemple sur le sage conseil de l’apôtre Paul à son ami Timothée «  .. prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables…». Il semblerait que le temps est venu !
    Phil

  6. Le pape pense-t-il réellement que Hitler, Staline, Mao et quelques autres de leurs devanciers, imitateurs et j’en passe, laissent l’enfer vide ? Il est temps, après qu’il en ait rajouté une couche sur « Fiducia supplicans », unanimement désavoué par l’époscopat africain, sans compter quelques autres conférences épiscopales ou des personnalités aussi éminentes et dignes de respect que le cardinal Sarah, qu’il se contente de se taire. Ce serait de sa part faire preuve d’une humilité qui semble lui manquer.

  7. Quand le Pape y sera dans cet enfer qu’il dit vide on verra ce qu’il en pense !!!! Qu’il lise un peu plus sa bible…..Mais la connait-il au fait ?

  8. La nature ayant horreur du vide, l’enfer ne peut être que pavé de bonnes intentions. Celles de Bergolio seraient-elles assez bonnes pour aller en enfer ?

  9. @Arnaud Florac
    Cher Monsieur, je suis toujours consternée lorsque je lis que notre Créateur porte tel ou tel autre jugement sur notre humanité.
    Que savons nous des mystères des jugements divins ?
    Ce n’est pas une bonne Orthodoxe que vous pouvez persuader de l’existence du Purgatoire, ou d’un Enfer vide de tout condamnés.
    Pour nous l’Enfer existe. Par contre le Purgatoire est une affirmation purement occidentale, en date du XIème siècle.
    Pour cette raison, les Orthodoxes savent que la Prière seule nous sauve. Tout comme le bon Larron, crucifié avec le Christ et monté au Ciel grâce à son repentir, nos morts, ceux qui nous sont toujours chers, pourront être sauvés de leurs fautes grâce à nos prières.
    C’est à chacun d’entre nous de mettre notre espoir en la miséricorde du Seigneur et de Lui demander de nous accorder le courage de persévérer sur le chemin du Salut.

    1. De même que pour l’acceptation du salut en Jésus-Christ, le repentir est une démarche de foi personnelle, faite du vivant. La prière pour les morts est une invention religieuse aussi nos prières resteront donc impuissantes pour le salut d’autrui.
      Jésus répond à Matthieu «  suis moi et laisse les(spirituellement) morts, ensevelir leurs morts » Matthieu 8:22
      Phil

  10. Les témoignages sur les expériences proches de la mort (EMI ou NDE), sont nombreux et bien étudiés . La plupart ne sont pas explicables par le manque d’oxygène , ni par les effets de médicaments. On peut considérer qu’ils prouvent l’existence d’un esprit qui continue de vivre après la mort du corps .
    Chacun d’entre nous est un esprit qui vit provisoirement dans un corps .
    Que devient donc l’esprit après avoir quitté le corps ?
    En quittant le corps, l’esprit arrive dans le monde spirituel , tel qu’il est , avec ses qualités et ses défauts , avec son caractère, avec ses souvenirs bons et mauvais ,sa bienveillance et ses rancunes , ses amours et ses haines.
    Et il est dirigé vers les esprits qui lui ressemblent . « Qui se ressemble se rassemble ».
    Pour simplifier , les bons vont avec les bons , les moyens avec les moyens et les mauvais avec les mauvais .
    J P Sartre , dans sa pièce « Huis Clos », a fait dire : « L’enfer , c’est les autres » . Il avait raison pour le rassemblement des mauvais , mais , le paradis c’est aussi les autres , quand les autres sont bons .
    Le purgatoire est en quelque sorte un stage de rattrapage , plus ou moins long, adapté à chacun . La plupart des gens passent par ce stage ,car très peu des gens sont irréprochables.
    Vont en enfer ceux qui refusent définitivement ce stage de rattrapage . Et il n’est pas vide , hélas .

  11. Il n’y a pas plus d’Enfer que de Paradis, pas plus de Dieu que de Diable. Ces inventions religieuses n’ont été faites que pour donner aux humains un raison de vivre, avec punitions et gratifications. Pour moi, l’important est de discerner le bien et le mal et d’être bon. Ceci, toutes religions confondues.

  12. Une fois de plus je reste abasourdi d’entendre le pape contredire les paroles du Christ Sauveur . Jésus lui même, dans sa réponse aux pharisiens religieux mentionne l’enfer «Serpents, race de vipères ! Comment pouvez-vous penser que vous éviterez le châtiment de l’enfer ? » (Évangile de Matthieu 23:33) .
    Phil

  13. bonjour, je me souviens que Jean Paul II avait dit la même chose, ce qui m’avait choqué car l’évangile parle du « fils de perdition » (St Jean ch 17 v.12). pour le reste on ne sait rien des damnés sauf, bien entendu ce qu’en disent de nombreux Saints ayant vu l’enfer !
    Ce n’est pas une raison pour accabler le Pape François, bien qu’il soit déconcertant sur bien d’autres sujets, c’est le moins qu’on puisse dire !

Les commentaires sont fermés.