[Point de vue] Devenir minoritaire sur sa propre terre : on en parle, André Chassaigne ?

Capture d'écran LCP
Capture d'écran LCP

Ça chauffe, en Nouvelle-Calédonie. Officiellement, il s’agit de protester contre le « dégel électoral », déjà évoqué en ces colonnes, grâce (ou à cause duquel) les nouveaux résidents français de ce joyau français de l’océan Pacifique – à ce titre convoité par les Chinois et les Américains – auraient désormais le droit de voter.

À ce titre, on peut comprendre l’émoi des indépendantistes locaux, craignant d’être submergés par leurs compatriotes de la métropole. Seulement voilà, et ce, comme toujours, la situation est autrement plus complexe, tel que nous le dit Olivier de Lagarde dans sa revue de presse d’Europe 1, ce matin. Citant un magistrat local, interrogé par Le Figaro, ce talentueux revuiste rappelle : « Les émeutiers comprennent une grande majorité de jeunes dont beaucoup de mineurs. Toute une génération de Kanaks déracinés et déchirés entre le monde coutumier avec lequel ils sont en rupture et le monde moderne auquel ils ne sont pas intégrés. Ce sont des gros consommateurs d’alcool et de cannabis. [...] Le noyau dur est constitué d’une trentaine de multirécidivistes et de deux cents activistes qui ont entrainé dans leur sillage leurs frères et leurs amis. C’est de l’opportunisme et non de l’indépendantisme, avec un niveau de violence jamais vu. »

La colonisation française au banc des accusés ?

Comme quoi, pis que les ravages réels ou supposés de la colonisation française, il y a encore ceux de la colonisation des esprits ; américaine, celle-là, à base de culture de gangs, d’ultra-violence et de drogue.

Mardi, à l’Assemblée nationale, le député communiste André Chassaigne, tentant manifestement de faire entendre la voix de la raison, contribuait en fait à brouiller encore un peu plus les cartes : « Ne vous inscrivez pas dans un processus de colonisation qui consiste à mettre en minorité un peuple sur sa propre terre. » Voilà qui est bigrement intéressant ; et ce, à plus d’un titre.

Sans gloser à perte de vue sur l’éventuel bien-fondé de l’entreprise coloniale française et faire siens les propos du très républicain et laïque Jules Ferry (« Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures »), il est parfaitement licite de se demander si le fait d’avoir remplacé un chef coutumier kanak par un préfet radical-socialiste et franc-maçon était forcément signe de « progrès humain ». Mais ce qui est fait est fait et, indubitablement, la présence française en Nouvelle-Calédonie a certainement dû présenter quelques « effets positifs ».

Quand le communiste Chassaigne dérape…

En revanche, l’actuelle immigration de masse déferlant sur ce qui demeure de pré carré français est une tout autre histoire. Car là, « d’effets positifs » on ne voit guère. Au moins, dans la France du lointain, la métropole envoyait des ingénieurs et des bâtisseurs, des prêtres et des médecins ; ce qui n’est pas tout à fait le cas de ces immigrés nous submergeant depuis des décennies.

Ces détails sémantiques paraissent avoir échappé à André Chassaigne, communiste à l’ancienne et pas tout à fait le pire du troupeau des députés de gauche. Car oui, son appel peut tout aussi bien s’appliquer aujourd’hui à ces Français, de plus en plus nombreux, majorité silencieuse s’il en est, qui commencent à se sentir « minoritaires » en leur propre pays. Et eux n’ont même pas l’espoir de retourner un jour en leur nation d’origine, renouant ainsi avec leurs us et coutumes. Ce sont des prisonniers de l’intérieur, pris en tenaille, à la fois par le haut et le bas.

Et les Français de souche, dans tout ça ?

En haut de la pyramide sociale, ils sont tenus pour des « beaufs ». En bas de cette dernière, pour des empêcheurs de dealer en rond. Dans ces deux cas de figure, on les considère comme des « racistes ». Soit une tenaille mortifère : d’un côté, l’écriture inclusive des beaux quartiers ; de l’autre, le parler « wesh » d’autres quartiers dont ils ont été peu à peu chassés.

Lorsque l’on voit les sondages des prochaines élections européennes, avec un Léon Deffontaines, candidat communiste, promis à des résultats oscillant entre 2 % et 3 % des intentions de vote, le brave André Chassaigne serait sûrement mieux inspiré de réfléchir avant de parler de ces Français qui, depuis belle lurette, ne l’écoutent plus.

Car il est loin, ce temps où Georges Marchais pestait contre l’immigration, légale comme clandestine. Pauvre André Chassaigne, devenu une sorte d’Hibernatus décongelé en pleine Assemblée nationale...

Nicolas Gauthier
Nicolas Gauthier
Journaliste à BV, écrivain

Vos commentaires

33 commentaires

  1. Mettons-nous à la place d’un Russe qui aurait bien raison de se moquer de Macron qui prétend envoyer des troupes en Ukraine alors qu’il est incapable de protéger son peuple face à des racailles. Ce serait stupide de la part des Russes de ne pas renvoyer la monnaie de sa pièce à ce comédien en utilisant ces racailles pour lui faire comprendre que dire n’importe doit se payer cash en attendant que la France ait le courage de se libérer d’un vibrion qui prend plaisir à non plus emmerder les Français mais les faire massacrer en attirant la foudre… Caligula moderne? attention dernier avertissement avant l’embrasement cessez de jouer avec le feu!

  2. Ce n’est pas un processus de décolonisation et d’indépendance que veulent ces kanakes fanatisés, mais l’éradication raciale des calédoniens de souche européenne, afin d’évincer la France de cette région du monde. Ils sont manipulés par la Chine, l’Australie et les Américains qui veulent mettre la main sur les richesses minières et la position stratégique de l’ile dans le pacifique sud.
    La Chine qui veut s’étendre, régner et dominer le pacifique face aux américains, récupérer le nickel, on sait comment les chinois savent coloniser et occuper des territoires (voir le Thibet, les ouigours) .
    Pour les Australiens la nouvelle Calédonie Française est un coin enfoncé pour le leadership de la région. Que les Kanakes ne s’y trompent pas les Australiens savent eux aussi comment traiter les ethnies minoritaires, voir la manière dont ils ont réglé le cas des aborigènes.
    Vraiment les Kanakes modérés devraient réfléchir à deux fois avant de commettre l’irréparable pour eux.
    Enfin les irresponsables racialistes ne vivront pas les affres de la disparition de ce peuple.

  3. M Olivier de Lagarde voit juste. « …Ce sont des gros consommateurs d’alcool et de cannabis… » Ceci est hautement vrai, et ne date pas d’hier. Il me souvient d’un graffiti à Nouméa, voici quarante ans : « Laisse-nous boire, c’est notre culture ». La Nouvelle-Calédonie a le même problème que le reste des DOM-TOM, régions laissées à elles-mêmes, investissements minimums. Guyane, Guadeloupe, Mayotte. L’état a laissé filer les problèmes en espérant que de loin ça ne se verrait jamais. Mais l’état n’apprend rien.

  4. Je serais curieux de voir comment les kanaks survivraient sans la France et ses généreuses allocations, le travail ne faisant pas partie de leurs traditions. Tout ceux qui sont allé en NC savent de quoi je parle.

  5. Et si on faisait de même en métropole c’est à dire interdire le droit de vote aux nouveaux arrivants car les français de souche vont devenir minoritaires avec toutes les arrivées nouvelles qui auront le droit de vote. Que dirait alors le PC ? si l’interdiction de votes aux nouveaux arrivants en Nouvelle Calédonie est autorisée alors je suis pour que cette interdiction soit également faite en France métropolitaine.

  6. La France a-t-elle les moyens d’avoir tous ces territoires hors hexagone , le soleil ne se couche pas sur la France , des milliers de kilomètres de frontières , de surfaces maritimes , à contrôler . La réponse est non. Au cas particulier de la Nouvelle Calédonie , la marine française ne peut pas surveiller le « cailloux » . L’Allemagne n’a pas tous ces petits territoires aux quatre coins de la planète et se porte mieux économiquement .

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois