[Point de vue] Affaire CNews : chez Télérama, on chasse les nazis !

godwinlaw

On n'en finit pas de parler de l'affaire CNews. Ceux qui trouvent cela excessif n'ont qu'à imaginer ce qu'ils diraient si, sous Donald Trump, les États-Unis avaient voulu interdire à une chaîne d'émettre. Vous l'avez ? Voilà. Alors, évidemment, une telle affaire polarise, c'est certain. On a parlé, hier, de la presse de gauche, qui est parfois là où on ne l'attend pas, en évoquant le très courageux (et même assez admirable) soutien de Charlie Hebdo à la chaîne, au nom de la liberté d'expression. Mais bon, il faut également se rendre à l'évidence : parfois, la presse de gauche est aussi là où on l'attend. Voyez, par exemple, Télérama.

Alors, pour Télérama, c'est simple : sur CNews, en gros, on est nazi. Pas de droite, pas d'extrême droite, non non : national-socialiste. Le dessin de Soulcié pour le journal ne laisse pas beaucoup de place à l'ambiguïté ni à l'esprit de finesse: on y voit une partie des journalistes de CNews caricaturés en dignitaires du IIIe Reich. Au début, on peine à les reconnaître, comme les imitations de Canteloup, parce que le talent ne s'improvise pas, et puis l'œil s'habitue à la médiocrité. Voici Pascal Praud, avec ses lunettes rouges, voici peut-être (croit-on) Laurence Ferrari, en robe noire avec une broche à tête de mort, voici également (croit-on toujours) Geoffroy Lejeune, avec une chemise brune, un brassard CNews (carrément) et un méchant strabisme. Et puis, il y a une quatrième figure, un prêtre à lunettes, que l'on ne reconnaît pas mais qui est peut-être une figure générique de l'Église. On ne sait pas. Dessiné au milieu des autres chroniqueurs, le personnage de Praud confirme que CNews est pluraliste, parce que la chaîne accueille « toutes les nuances du brun au noir ».

Quel invraisemblable courage et, surtout, quelle clairvoyance pour dénoncer le mal absolu, n'est-ce pas ? Il est vrai que les auditeurs de CNews rayonnent à tour de bras et font régner la terreur. Heureusement qu'ils n'étaient pas là en meute, pour une fois, quand un jeune homme s'est fait tabasser par des supporters de foot parce qu'il suivait Zemmour sur Instagram. Sinon, vous imaginez le carnage. C'est que ces gens-là, les nervis, sont capables de tout.

On se doute, par ailleurs, que la rédaction de Télérama, si prompte à s'enflammer contre CNews, doit être irréprochable, pour vouer ainsi ses adversaires politiques aux gémonies. Les journalistes de la chaîne accueillent probablement, eux, non seulement la diversité, mais aussi des gens qui vivent en province et puis, surtout, des contributeurs de gauche comme de droite. Non ? Eh bien… allez plutôt faire un tour sur cette courte vidéo qui vous présente la rédac de Télérama. Voyez par vous-même. Que des Blancs, que des Parisiens, et, même si l'habit ne fait pas le moine, assez peu de gens suspects de droitisme aveugle. Plutôt des salopettes, des pulls moches, des cheveux en pétard, des boucles d'oreille pour tout le monde et des voix prématurément fatiguées, amollies, comme si le combat contre les pointes du casque et les bottes bruyantes de la bête immonde usait l'âme de ces pourfendeurs de la haine. Et puis, évidemment, on tutoie le spectateur, qui est dans la bande des gens bien, et on lui demande (ce qui n'est pas du tout anodin) s'il veut savoir « ce qu'il faut » écouter, voir, lire. On est davantage dans la prescription que dans l'information : qui est surpris ?

Bref, tant que CNews aura des adversaires du même calibre que les guignols de Télérama, malgré des menaces réglementaires à la fois scandaleuses et très inquiétantes, la chaîne d'information devenue la plus célèbre de France pourra dormir tranquille. Que ce soit les caricatures, les fringues ou le discours, tout chez Télérama a quarante ans de retard. Et pendant ce temps, le monde tourne !

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

31 commentaires

  1. Aucun doute, ces jeunes présentateurs de Télérama sont mûrs pour s’épanouir dans leur siècle. Sont-ils à plaindre ou à envier?

  2. Télérama était giscardien en 1980 et devenu progressiste en 1995. Télérama applaudissait Woody Allen, même quand il faisait des navets. Il vomissait Sergio Leone, même quand il faisant des chef d’œuvre. Il était wokiste en 2020 et sera antiwokiste en 2026. Télérama aurait été pétainiste en 1940 et Gaulliste en 1944. Bref, Télérama, depuis 50 ans, a toujours été du côté du dominant, toujours du côté de la facilité, jamais du côté du courage.

  3. Télérama ferait tout de même bien de se méfier…de l’unanimisme…car s’il dénonce – avec force originalité – la paille dans l’œil du voisin…gaffe à la poutre !

  4. Cela rappelle la scène hilarante du film « le prénom » où Bruel rive son clou à son bobo de beau-frère qui « porte des pantalons de velours au mois d’août, est abonné à Télérama mais n’a pas la télé »…

  5. la puissance de Cnews fait que ces rigolos de gauche s’aperçoivent qu’ils sont ringards tous au même niveau de pauvreté de discours, en effet ils ont 40 années de retard, et ils pataugent, comme vous le dites, chapeau à Charlie hebdo qui remet les pendules à l’heure.

  6. Je me souviens d’une ex-amie, de gôche grande voyageuse et traînant en étendard sa judaité opprimée, groupie de Télérama parce que se croyant appartenant au monde « culturel » ( à défaut de cultuel) évolué : Constamment à la recherche de places gratuites ou au rabais pour les dernières expos, festivals, premières de théatre Nancéens ou Lyonnais ( frustrée de ne pas être parisienne..) et me racontant au matin ses jugements péremptoires sur les derniers films d’avant-garde ou émissions télé (dont je me brossais totalement ). Quand on est incapable de comprendre une règle de trois, il faut bien se tourner vers l’autre bord et se croire digne mais injustement exclus, de l’école des Chartres, du Louvre ou de l’ENS…

  7. Télérama, je me souviens l’avoir acheté une fois, il a rapidement abouti aux toilettes, puis rapidement à la poubelle. Mais si certains y trouvent leur bonheur, tous les goûts son dans la nature et cela ne me cause aucun problème et ne porte préjudice à personne. Ce qui vaut pour ce périodique vaut pour CNews, tout en notant au passage que CNews ne traite pas de nazi tout qui n’est pas dans le droite ligne de sa vision du monde.

  8. Quelle mise en scène!!!! suspense insoutenable!! Et comme le disait un ancien 1ºsinitre barcelonais: ça ne manque pas de blancos!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois