Plus fort que ChatGPT, BFM TV, le logiciel qui rajeunit les syndicalistes de 60 ans !

Capture d’écran (1806)
La réforme des retraites, qu'on soit d'accord ou pas avec son adoption, n'a pour l'instant permis qu'une chose : prouver au monde entier que notre pays, jonché de poubelles, en pénurie d'essence, ayant à sa tête des députés qui ne savent que hurler ou se coucher, était vraiment en train de devenir (ou déjà devenu ?) un pays du tiers-monde. Jour après jour, comme dans un mauvais documentaire sur les mouvements syndicaux, cinquante nuances de revendication se succèdent à la radio ou à la télévision. Moustachus et désagréables, souriants et munis de boucles d'oreille, intellectuels, modérés ou radicaux : il y en a pour tous les goûts, du moment que c'est pour dire la même chose.
Cela dit, il y a, dans ce triste paysage de bolcheviques ânonnant leur catéchisme, une amusante surprise. Un commentaire, d'abord : « J'ai demandé à ChatGPT de créer un ado de 15 ans avec 40 ans de lutte syndicale derrière lui. Le résultat est bluffant ! », lance un internaute. Forcément, on veut en savoir plus. Et là, on s'aperçoit que ChatGPT n'aurait même pas eu le culot d'inventer une caricature pareille. Le jeune Manès Nadel, de La Voix lycéenne, âgé de 15 ans environ, est un vrai jeune, interrogé, dans l'extrait proposé, par un journaliste de BFM TV. Il livre des réponses à la fois bluffantes (quelle maîtrise de la syntaxe et quelle aisance, à cet âge !) et insupportables. Insupportables parce qu'à quinze ans, et en dépit des plus récentes théories génétiques, le cerveau de Manès Nadel est déjà totalement calcifié et ne semble pas pouvoir évoluer. À l'écouter, on dirait un figurant qui récite du Martinez grâce à une oreillette.
Un tour rapide sur Internet nous apprend que ce jeune et brillant leader de la contestation, fils d'un professeur d'économie et d'une fonctionnaire, est scolarisé en seconde à Paris dans le très chic lycée Buffon, joue de la guitare et rêve de devenir sociologue. Reproduction sociale des rebelles de salon, domination sans partage de la bourgeoisie intellectuelle dans la politisation des luttes : à ce stade, c'est un cauchemar de Bourdieu. C'en est presque caricatural !

Évidemment, comme pour tous les « lycéens syndiqués », son combat est déjà problématique (quand on n'a rien fait de sa vie, ni professionnellement ni personnellement, quand on ne gagne pas sa vie et qu'on n'a aucune connaissance de la société, peut-on prétendre peser sur les grands choix de son pays ? Et où s'arrête l'engagement ? Pourquoi pas les collégiens aussi ?). Cependant, le plus grave n'est pas le ridicule de cet engagement syndical. Le plus grave, c'est que cet enfant a quinze ans et répète, comme un vieux perroquet, les éléments de langage idiots des générations qui l'ont précédé. Pas d'hésitation, certes, de l'aplomb et de la suite dans les idées, beaucoup d'exemples à l'appui, le discours est rodé : on part sur un 20/20 au bac de français. Mais ce discours est tellement rodé qu'il en est rayé. Ca fait cinquante ans que des Manès Nadel se succèdent pour raconter des salades et attiser la légitime colère du peuple. On peut changer de disque ? Merci !

Les lycéens ont-ils envie d'être représentés par des Manès Nadel ? En ont-ils quelque chose à faire, d'ailleurs ? Travailler deux ans de plus, ça ne fait plaisir à personne, mais quand on n'a jamais travaillé... Le tweet de Frédéric de Lanouvelle est très drôle, très bien vu, mais, comme souvent dans ce genre de cas, il décrit une bien triste réalité.
Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

21 commentaires

  1. Fils d’un professeur d’économie !
    Quand on sait qu’un grand nombre de ces professeurs sont d’extrême gauche, pas de quoi s’étonner du résultat.
    Et la mère fonctionnaire n’a pas du arranger les choses.
    Les parents doivent être très fiers de leur rejeton.

  2. « Le plus grave, c’est que cet enfant a quinze ans et répète, comme un vieux perroquet, les éléments de langage idiots des générations qui l’ont précédé. » Rien d’étonnant et même parfaitement logique : c’est l’aboutissement inéluctable de nombreuses années de Rééducation Nationale, à la grande satisfaction de nos édiles qui voient ainsi s’accomplir le produit de leurs manœuvres incessantes.

  3. Curieusement, ce Manès Nadel ressemble furieusement au petit garçon/acteur de la pub qui, la bouche barbouillée de chocolat, accuse Maurice avec aplomb «T’exagères, Maurice ! »

  4. Papa professeur d’économie, maman fonctionnaire (de quel ministère ?), Il y a fort à parier que ce singe savant a baigné dans les théories communistes, trotskyste, islamo gauchistes depuis son plus jeune âge.
    Quoi d’étonnant qu’il récite son cathéchisme bolchévique sur BFM, qui fait du BFM grand cru.

  5. Dans le genre il y a déjà Greta sur des problématiques différentes. C’est la mode. Un ancien ministre n’a t’il pas philosophé :  » quand on a rien à dire on ferme sa g….. » .

  6. Malheureusement cela fait 2 générations depuis Mitterrand que l’éducation nationale formate ces petits perroquets, l’humanisme à la française à été remplacé par des incultes qui lisent le même prompteur, c’est lui qui plus tard intégrera à science po.

  7. Soyons indulgents, d’autres, à son âge, se trouvaient sous l’oeil plus qu’attentif de leur professeur de théâtre. Au moins, passer à BFM TV ne met pas encore en situation de victime aux yeux de la loi.

  8. Cette histoire vient démontrer que l’éducation nationale n’est qu’une usine à formater les esprits. Que ce soit dans tous les domaines on ne peut que constater que sortis d’école, cette jeunesse se veut donneuse de leçon et croit tout connaître. Quant aux anciens, on les prie de se taire.

  9. Les lycéens n’ont rien à faire dans les manif ils doivent rester au Lycée .Ou sont les parents ????

  10. Le mal a commencé avec la décision de Giscard de donner aux gamins la citoyenneté républicaine . De nos jours il ne reste plus que le gauchisme pour défendre le « par-coeur »dans les écoles.

  11. Mais pourquoi met-on un gosse sur le devant de la scène ?
    Et surtout pourquoi on lui demande son avis ?
    Que ce môme commence à apprendre à compter et à écrire correctement plutôt que de répéter des propos sans les comprendre comme un disque rayé.

  12. Le plus grave serait que ce gamin ait des idées neuves et raisonne avec une construction intellectuelle de vieux sénateur.. il est le perroquet de son âge et n’apporte rien d’autre qu’une performance théâtrale qui lui ouvre une publicité gratuite. S’il a des facilités de mémoire et une bonne diction qu’il en profite pour apprendre les classiques littéraires et meubler son esprit avec les fondamentaux plutôt qu’à travers les slogans politiques et les réseaux sociaux.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois