Ces femmes se disent féministes de ou, au contraire, anti-féministes. Ont en tout cas en commun leur engagement, libre, généreux et courageux, pour les idées qu’elles défendent. Pour la Journée internationale du droit des femmes, le , à rebours de la salve féministe, ce sont elles que nous avons voulu mettre en avant : Thaïs Descufon, porte-parole de , Alice, présidente et porte-parole du collectif féministe identitaire Némésis, Diane « Marianne » aux opérations de , Stella Kamnga, chroniqueuse d’origine camerounaise fière de l’ française, Thérèse Hargot, essayiste et sexologue, Aliette Espieux, porte-parole de la Marche pour la vie…

Des Jehanne d’Arc des temps modernes ? Découvrez leur dans notre série de portraits que nous publions cette semaine.

 

7 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Dix fois plus d’actes antichrétiens que d’actes antimusulmans en France !

Ce week-end, des tags sur la mosquée de Rennes ont provoqué les réactions des médias et po…