4 mars 2021. Gare du Nord. Un accordéoniste, sorti de nulle part, s’avance, devant les téléphones portables de ses amis prévenus à l’avance ; le temps est comme suspendu lorsque, soudain, jaillissent les premières notes. On hésite quelques instants à se laisser saisir et puis c’est l’émerveillement : « Nous, on veut continuer à danser encore. »

La chanson, magistrale, emporte le spectateur, sur place ou derrière son écran. La aseptisée est paisiblement atomisée : « Nous, on veut continuer à danser encore, voir nos pensées enlacer nos corps, passer nos vies sur une grille d’accords » ; les gestes barrières ringardisés, l’humanité réhabilitée, un moment de grâce, comme auraient dit les vieux catholiques, ceux d’avant l’Église « covidique ». « Jamais dociles, nous ne faisons pas allégeance à l’aube en toutes circonstances […] nous faisons preuve d’irrévérence, mais toujours avec élégance […] -attestations, absurdités sur ordonnance, et malheur à celui qui pense […] ils font preuve de tant d’insistance pour confiner notre conscience… »

Et puis, attendri par une forme de aussi délicate, on veut se renseigner : qui a écrit une telle mazarinade ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, les auteurs de la chanson originale sont un groupe lillois autodésigné comme les Saltimbanks. Leur œuvre est accessible sur YouTube et plonge dans une stupeur encore plus grande : presque tous leurs titres auraient pu être subventionnés par , le plus gros spéculateur de la planète et le plus gros financeur de l’extrême . Et pourtant, il ne fait aucun doute que ces gens sont sincères : mis en musique, leur société sans frontière, leur monde sans nation sont aimables, remarquables.

Mais d’où vient ce charme quasi arthurien, distillé par Kaddour Hadadi (HK), Jeoffrey, Seb, Jimmy, Cheb, Eric et Toufik ? Il vient du fait que nos sept amis sont vivants, honnêtes, artistes, et qu’au milieu du monde de morts-vivants que nous vendent les idolâtres de l’argent, leur œuvre est comme un immense bol d’air pur inspiré après un an sans respirer. C’est comme si, soudain, les prisonniers de Guantánamo avaient été libérés.

Alors, une fois n’est pas coutume, si on me permet une telle incartade, je voudrais rendre un vibrant à l’extrême gauche !

7 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

McFly et Carlito : Emmanuel Macron pris à son propre jeu ?

Si, d’aventure, vous avez vos dix millions de vues et que vous allez tourner votre prochai…