Chaque soir, depuis le début du ramadan, l’appel à la prière islamique résonne à Nice, dans le quartier Roquebilière, où les islamistes sont influents. Philippe Vardon le dénonce, sans la moindre réaction de Christian Estrosi, maire de Nice, des trois députés de la ville ou du préfet.

Explications de Philippe Vardon au micro de Boulevard Voltaire.

 

 

On est dans le quartier de Roquebillière à Nice. Depuis le début du ramadan, tous les jours l’appel à la prière islamique résonne sur tout le quartier Roquebillière. Cela n’a évidemment rien d’anodin encore moins dans ce quartier où les islamistes sont particulièrement influents. Juste derrière moi, on a une mosquée liée aux Frères musulmans. Elle a été installée dans des locaux de la ville par la municipalité Estrosi.

Vous vous êtes filmé devant un quartier niçois. Ce quartier est particulier puisque la prière musulmane y résonne. Pourquoi avoir réalisé cette vidéo où vous dénoncez cette prière ?

Je me suis rendu lundi 11 mai sur place pour réaliser cette vidéo en direct. Dans le quartier Roquebillière, l’appel à la prière islamique retentit tous les soirs depuis 15 jours pour marquer la rupture du jeûne du ramadan. Le 27 avril puis le 30 avril, j’avais déjà diffusé des vidéos en montrant que l’appel retentissait tous les soirs. Pour ma première sortie de déconfinement, je suis allé sur place pour faire cette vidéo et montrer la vérité à tous les Niçois et plus largement à tous les Français. Tout cela a lieu dans un silence médiatique et politique assez assourdissant.

Ces appels avaient commencé avec le confinement. On avait vu cela comme un acte de test. Les islamistes testent notre résilience et notre capacité à riposter. A priori, on est en train de leur donner raison…

C’est évidemment un acte de provocation, une sorte de défi et un acte d’affirmation, le fameux séparatisme islamiste dont on a parlé Emmanuel Macron. En réalité, on est dans un quartier où les islamistes sont extrêmement influents. Ce secteur a été une des principales bases de départ pour le djihad. Beaucoup sont partis de Nice pour mener le djihad en particulier en Syrie. C’est aussi un secteur où la mosquée est installée dans des locaux municipaux. C’est une des fameuses “mosquées Estrosi”. Elles sont radicales et liées aux Frères musulmans. Christian Estrosi par clientélisme électoral a installé la mosquée dans des locaux municipaux. Son excuse serait celle de pouvoir contrôler ce qu’il s’y passe. Depuis hier, on sait que cet appel à la prière est lancé depuis la mosquée. C’est la mosquée elle-même qui lance l’appel à la prière et non depuis un appartement comme je l’imaginais. Elle est imposée et résonne sur tout le quartier. L’imam de la mosquée reconnaît que l’appel à la prière est lancé depuis la mosquée par quelqu’un dont il ne connaît pas l’identité et qui a sûrement les clés. Je vous laisse apprécier cette judicieuse défense…

À lire aussi

Philippe Vardon : « Tout est prétexte à l’émeute, à l’embrasement et aux attaques contre les forces de l’ordre »

Philippe Vardon réagit à la multiplication des scènes d’émeute dans les cités.  …