La nouvelle saison de « Chut, on tue ! » semble plus sanglante, plus violente que toutes les précédentes.

Les médias chrétiens (La Croix, Aleteïa) en parlent un peu, mais pour les autres, c’est le silence. Le grand blanc, comme au théâtre, quand l’un des acteurs a oublié sa réplique. Ce silence est même assourdissant. Au 18 juillet, l’organisation non gouvernementale InterSociety comptabilisait 3.462 chrétiens tués par des ou des bergers peuls depuis le 1er janvier. Soit presque le niveau de 2020. 3.000 personnes étaient, en outre, enlevées et 300 attaques de prêtres ou d’églises étaient dénombrées. Les autorités étatiques du Nigeria sont parfois à l’origine de certains décès. Sinon, elles sont dépassées. Pour mémoire, en 2020, l’organisation protestante Portes ouvertes avait compté 4.761 décès sur tout le globe. Qu’il s’agisse, pour des pasteurs peuls, de spolier des agriculteurs chrétiens ou que la mouvance islamiste Boko Haram soit à la manœuvre ne change pas grand-chose : les victimes sont chrétiennes, les bourreaux musulmans.

Est-il des concours d’horreurs et d’atrocités qui se justifieraient ? 19 terroristes ont directement tués 2.977 victimes dans les attentats du 11 septembre 2001, et tout l’Occident en a été durablement sidéré. Les persécutions des yézidis et des chrétiens par l’État islamique, les déplacements de population, les réductions en ou en dhimmitude, les massacres n’ont pas fait autant de bruit. Il ne faudrait pas compliquer la donne dans un Orient complexe en tapant trop fort du poing sur la table. Alors ces peuples marginaux chez eux peuvent bien servir de variable d’ajustement, du moment que nos pompes à essence sont approvisionnées. Les persécutions au Nigeria, quant à elles, ne font couler ni encre ni pixel. Qui s’intéresse au Nigeria ?

Pourtant, quand se mobilise pour les (controversés) Rohingyas de Birmanie, il se trouve de nombreux médias pour servir de caisse de résonance à son indignation. Quant aux Ouïghours, vient de décréter un embargo sur l’importation de produits en provenance du Xinjiang où certains d’entre eux sont enfermés dans des camps. Le fond de commerce victimaire est paradoxalement beaucoup mieux géré par les musulmans dans les pays occidentaux que ne l’est celui des chrétiens. Fin de l’aparté cynique et spécieux.

Bien sûr, les Français souffrent et sont divisés, et peut-être même sont-ils à l’aube d’une guerre civile, au pire fomentée par un pouvoir pervers, au mieux attisée par son incompétence crasse. Il n’est pas ici question de renoncer à la moindre conviction sur ces crises qui nous frappent. Mais peut-être faudrait-il faire une petite place médiatique à ces zones du monde où, plutôt que d’invectiver son voisin pour un QR code, les différends sont réglés par des rafales d’AK-47 ? Et pour ceux qui croient au Ciel, prier pour la paix et la justice est une option, en se souvenant des Béatitudes.

7 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 5 votes
Votre avis ?
33 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires