Paris… Ah ! Paris… La Ville lumière… ses Grands Boulevards… son Quartier latin… « Paris sera toujours Paris », s’extasiait, en son temps, Maurice Chevalier. Visionnaire, il ajoutait : « On aura beau par des oukases, nous imposer le à gaz, nous obliger dans nos demeures à nous coucher tous à onze heures, Paris sera toujours Paris, la plus belle ville du monde… » Mais je m’égare !

Enfin, Hidalgo vint, la musette emplie de choses amusantes sans lesquelles Paris ne saurait être le « Gai Paris ». Elle obture les rues et les avenues pour les transformer en pistes cyclables – déjà 60 kilomètres. Elle annonce qu’il sera, désormais, impossible de traverser Paris d’est en ouest en voiture. Elle ferme aux voitures des milliers de places de stationnement et des dizaines de voies, dont les voies sur berge, pour y faire pousser des radis . Elle crée artificiellement des embouteillages pour em… les gens et dissuader les automobilistes. Bref, du grand .

La dernière trouvaille en date, ingénieuse, superbe, magnifique, nous fait faire un bond en arrière d’au moins trois siècles : c’est le grand rétro-salto. Un dénommé David Belliard, l’un des 37 adjoints de la dame, de la fierté plein le calame, annonce en trompetant : « Génial ! Pour la 1e fois en , 6 tonnes de pavés ont été livrées en péniche depuis , puis à -cargo pour les derniers mètres ! » Une photo illustre l’info XXL, sur laquelle on voit, attelées à deux bécanes, deux palettes à roulettes surmontées d’un petit tas sous enveloppe plastique. On ne nous dit pas si la péniche était à . On ne nous dit pas combien de temps il faut pour repaver une rue.

Effectivement, comme l’explique le fier-à-jambe de Paris, son truc est génial. Il vient juste de réinventer le rickshaw de Chine, popularisé chez nous, dès 1934, par Tintin dans Le Lotus bleu. Les retombées sont immenses ! Pour commencer, on rêve de voir le sieur Belliard, ligoté aux branches de son engin, transporter sa patronne en chaise à porteurs roulante : fini, les voitures de fonction, bonjour le sulky de ville ! Déménager ? Pas de problème avec Belliard and Co. : il suffit de couper en huit la table de salle à manger, ou le buffet Henri II, et mettre les morceaux dans des cartons. Les Chinois le font bien, pourquoi pas nous ? Transporter des pavés, c’est petit bras ! J’attends avec gourmandise le ramassage des ordures en vélos-poubelle : un grand moment de convivialité en vue ! Idem pour tracter un conteneur de 20 pieds – le plus petit de ces engins pesant, quand même, deux tonnes ! Là, faudra atteler au moins deux vélos-cargos. « Ce sera génial ! »

Et si on se cotisait pour offrir au petit David des joujoux de son âge ? Je ne sais pas, moi, par exemple une panoplie d’Amish – on en trouve des très bien, chez Macron et Cie – ou un beau livre, « David au pays des merveilles ». Il est temps : c’est bientôt Noël.

16 novembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.