Invité du « Grand Rendez-vous », dimanche 15 novembre, sur 1, Clément Beaune, le secrétaire d’État aux Affaires européennes, était interrogé, entre autres, sur la politique migratoire et le lien entre immigration et terrorisme. À ce sujet, il déclarait : « On peut se voiler la face, dire plus d’immigration = plus de terrorisme. C’est un mensonge, nous ne tomberons jamais dans cet amalgame. » Allez tenir ce discours si politiquement correct, Monsieur le secrétaire d’État, face aux familles de victimes de Nice dont l’assaillant venait d’être accueilli par la Croix-Rouge à . Seront-elles sensibles à ce souci d’éviter toute « récupération politique » ? Clément Beaune poursuit : « Ce serait une erreur factuelle de dire que c’est l’immigration qui entraîne le terrorisme. Sur 30 attentats terroristes qui ont lieu en , ces dernières années, 22 ont été commis par des gens qui sont nés en France. »

Il est évident que tous les immigrés ne sont pas des terroristes. Mais ce constat posé suffit-il pour assurer notre sécurité ? Les trois derniers attentats (le 25 septembre devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, le 16 octobre contre Samuel Paty et le 29 octobre à Nice) ont été commis par des ressortissants étrangers : un Pakistanais, un Russe d’origine tchétchène et un Tunisien. Quand bien même même la majorité des attaques seraient commises par des gens nés en France, la minorité des attaques liée à l’immigration ne mérite-t-elle pas, pour autant, que l’on s’interroge quand même ? Sinon, pourquoi ce mini-sommet européen virtuel tenu, le 10 novembre, suite aux attentats en France et en Autriche ? Angela Merkel fait-elle un amalgame en précisant qu’il « est urgent et crucial de savoir qui entre et qui sort » ? , le chancelier autrichien, commet-il cette « erreur facile » en annonçant « Nous avons des milliers de combattants terroristes étrangers qui ont soit survécu aux combats en Syrie, en Irak […] et sont revenus, soit qui n’ont pas pu partir parce qu’ils ont été arrêtés. […] Ce sont des bombes à retardement » ?

Certes, le lien entre immigration et terrorisme met à mal une partie de la classe politique contrainte de se prononcer sur ces sujets, une pince à linge sur le nez. Si bien qu’Emmanuel , en déplacement à la frontière franco-espagnole, le 5 novembre, annonçait prudemment : « Il ne faut en rien confondre la lutte contre l’immigration clandestine et le terrorisme, mais il nous faut regarder lucidement les liens qui existent entre ces deux phénomènes. »

Quant aux 22 attentats commis par des « gens nés en France », sans se « voiler la face », ils sont le fait de Français, mais de Français convertis à l’islam ou d’origine étrangère et non assimilés. « Le principal corrélat de l’activité terroriste est toujours l’implication d’un pays dans un conflit armé, interne ou », écrit Alex Nowrasteh dans une étude parue en 2019, intitulée « Do Immigrants Import Terrorism? » Outre les questions de politiques migratoires se posent donc celles, indispensables, d’assimilation à notre nation. Ce n’est pas en brandissant le mot « République » à chaque occasion que nous parviendrons à leur faire aimer notre beau pays, riche d’une culture, d’une , d’un , de traditions, de héros et de saints qui ont fait la France…

16 novembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Patrimoine : Prenez part aux « années folles de la visite »

Parce que le beau fait du bien... …