Une centaine de policiers se sont rassemblés, ce dimanche soir, en bas des Champs-Élysées, à Paris, devant le commissariat du VIIIe arrondissement, pour rendre à leur collègue le brigadier Éric Masson, tué dans le centre-ville d’ lors d’un contrôle anti-stups sur un point de deal.

Le rassemblement était organisé à l’initiative de l’association Femmes des forces de l’ordre en colère. Les personnes présentes ont chanté « La Marseillaise » et déposé des bougies, exposant  également le portrait du brigadier de 36 ans, père de deux fillettes. « Pour nous, ça nous semblait normal qu’il y ait un événement qui se passe au moins à Paris. Ça aurait pu être n’importe lequel de nos compagnons, n’importe laquelle de nos compagnes qui auraient pu tomber », a expliqué Perrine Sallé, porte-parole de l’association Femmes des forces de l’ordre en colère, à .

 

5.000 personnes à Avignon

Plus tôt dans l’après-midi, dimanche, 5.000 personnes s’étaient rassemblées devant l’hôtel de police d’Avignon pour se recueillir et honorer la mémoire d’Éric Masson, à l’initiative des syndicats de policiers.

L’ensemble des syndicats de police, reçus le lundi 10 à Matignon par Jean , ont appelé à une marche citoyenne le 19 mai à Paris et ont décidé de suspendre leur participation, le 17 mai, au .

 

Deux individus ont été interpellés près d’Avignon

Par ailleurs, quatre individus ont été interpellés par les policiers des brigades de recherche et d’intervention (BRI) de Montpellier et de , dimanche soir, sur l’autoroute en direction de l’Espagne, à Remoulins, à une vingtaine de kilomètres d’Avignon. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans la du brigadier et ont été placés en garde à vue.

10 mai 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

18 tombes saccagées et des croix de fonte volées dans le cimetière de Genêts (Manche)

Un pillage qui pourrait être motivé par la récupération de la fonte pour la revendre comme…