Accueil Armées OTAN : le coronavirus sera-t-il plus dissuasif que la Russie ?
Armées - Editoriaux - International - 6 mars 2020

OTAN : le coronavirus sera-t-il plus dissuasif que la Russie ?

Rappelez-vous, le Président Macron avait déclaré, en décembre dernier, l’OTAN « en état de mort cérébrale ». C’est donc 37.000 fantômes qui vont, entre avril et juin, participer à l’opération DEFENDER-Europe 20 ?

En effet, hors des cercles initiés, peu de citoyens français, saturés par le « corona49.3 », sont informés de cet important déploiement des forces de l’Alliance sur le continent européen.

Il s’agit de la plus grande manœuvre alliée depuis 25 ans. Placée sous l’égide des États-Unis, elle a pour scénario la réponse commune face à une agression contre l’un des pays membres, selon l’article 5 du traité.

Certes, comme l’a affirmé avec une certaine nuance le secrétaire général de l’OTAN, la Russie n’est pas la menace et n’a pas à s’inquiéter. « L’OTAN est une alliance défensive et il s’agit d’un exercice défensif. Nous ne cherchons pas la confrontation avec la Russie, mais la réalité est que de récentes activités de ce pays ont réduit la stabilité et la sécurité ! »

L’organe de presse russe Sputnik, très vigilant en l’occurrence, précise que Moscou « peine à y croire » car cet exercice verra des opérations aéroportées en Géorgie, en Lituanie et en Lettonie, un franchissement de rivière en Pologne ou encore des manœuvres combinées en Allemagne.

À propos des troupes, parmi les 37.000 soldats, 20.000 seront des boys américains, dont 11.000 traverseront l’Atlantique pour rejoindre leurs 9.000 camarades basés en permanence sur le continent, selon le site Opex360.com.

Et déjà des unités et leur matériel ont entamé les transferts, débarquant dans des ports et bases aériennes, dont par exemple la Rochelle en France.

Bien que la quasi-totalité des mouvements et activités ont lieu ou se dérouleront en terrain découvert, les rassemblements et contacts favoriseront probablement l’échange inamical de virus.

À ce jour, on nous annonce 423 cas de contamination détectés France et 228 aux USA, nombres en croissance quotidienne.

Alors, pour autant que ces grandes manœuvres soient maintenues, lequel de l’ours russe ou du Covid-19 se révélera le plus dissuasif ?

À lire aussi

Production électrique : l’ère des alternatives

Ne serait-il pas préférable de maintenir le nucléaire et soutenir la recherche pour des én…