Dernier épisode du feuilleton, l’appel de 200 médecins (de PACA, pour la plupart) pour « laisser Didier Raoult en paix ». Parmi eux, Renaud Muselier, par ailleurs président du conseil régional, mais aussi une fine brochette de mandarins locaux : doyens, vice-doyens, agrégés, chefs de service, etc., qui précisent néanmoins : « Il ne s’agit pas, par ce manifeste, d’affirmer avec certitude que tout ce que dit le professeur Raoult est vrai, et que tout ce que disent ses détracteurs est faux. »

Sage précaution, qui leur permet de se concentrer sur l’essentiel : « En pleine crise sanitaire, il a appliqué sans réserve notre serment, comme d’ailleurs les principes de la médecine de guerre, celle qui s’applique dans l’urgence vitale de toutes et de tous, […], l’Histoire saura lui reconnaître d’avoir constitué pour nous tous une digue essentielle face au désespoir et à la panique, aux moments où ils nous menaçaient le plus. »

Il était, en effet, essentiel pour le moral de la nation que, face au croque-mort du JT de 20 h, quelqu’un nous explique que, toutes causes confondues, il n’était pas certain que 2020 compte plus de tombeaux ouverts que 2019.

Et si Olivier Véran avait répondu favorablement à la suggestion des médecins de ville volontaires pour tester l’hydroxychloroquine au stade initial de la maladie, celui où elle est peut-être efficace, nous n’en serions peut-être pas à ces querelles picrocholines, et largement téléguidées, où l’on voit un Axel Kahn déclarer que Raoult ferait « honte à la médecine de son pays ».

Mais le Conseil scientifique qui nous a expliqué que le port du était inutile, il fait honte à qui ?

Détail intéressant : on trouve, parmi les signataires de l’appel en faveur de Raoult, le docteur Pierre Jouan, président du conseil régional de l’Ordre des médecins, la juridiction qui sera précisément chargée de juger le médecin marseillais en première instance. Ce qui pourrait fournir prétexte à délocaliser le procès dans une région plus « neutre », et d’allonger la procédure.
Ce qui pourrait être opportun (mais pour quelle partie ?), tant la science pourrait nous en apprendre entre-temps…

À lire aussi

Dernière lubie des élus de gauche et écolos : la 5G !

Outre un Jean-Luc Mélenchon en opération classique de ratissage, on retrouve, parmi ces an…