Aujourd’hui secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, était, en 2017, député maire socialiste de la ville d’Annonay. Socialiste et moraliste et donneur de leçons. La célèbre formule « trois-en-un » garantie sans conservateur dedans.

En pleine affaire Fillon, ce chevalier Bayard de la politique n’avait pas de mots assez durs pour qualifier les errements reprochés au candidat Les Républicains. Un homme – rendez-vous compte – qui avait « utilisé les prérogatives qui étaient les siennes pour s’enrichir, pour détourner, pour dévier et vicier l’intérêt public et bafouer l’intérêt général », rappelle Marianne. Un paria, une brute, un truand. « Ça devrait être éliminatoire », surenchérissait le bon Dussopt. En mars 2017, ce condensé de Clint Eastwood et Monsieur Propre manquait défaillir en apprenant que l’ex-Premier ministre avait reçu ce qu’il qualifiait, dans un tweet, de « cadeaux dispendieux ». Tandis que les conseillers éventaient leur maire au bord de l’asphyxie, le brigand en question était jeté dans les oubliettes des instituts de sondage et se voyait contraint d’abandonner la partie. Il y avait une justice. Dispendieux soit loué !

Mai 2020, Mediapart décide d’aller faire un tour dans les décors délabrés du film de l’époque. Des trucages apparaissent. Dans ses déclarations, Olivier Dussopt semble avoir été doublé par un cascadeur, car dans le même temps où ses messages accablaient , lui-même se voyait offrir deux lithographies du peintre Gérard Garouste par une entreprise choisie par la ville d’Annonay. Deux œuvres d’une valeur de plus de 2.000 euros reçues quelques jours après le lancement d’un partenariat industriel avec ladite entreprise spécialisée dans la gestion de l’eau. Dispendieux me grattouille !

Mais qu’allez-vous imaginer ? L’ex-nettoyeur de vie politique affirme à Mediapart avoir reçu ces quelques menus cadeaux non déclarés au déontologue de l’Assemblée nationale « d’un ami, qui habite dans ma circonscription ». Un pote, un presque confident nommé Franck Méneroux, par ailleurs dirigeant de la société Saur chargée de l’installation d’une microturbine hydroélectrique sur la commune. Stupeur et tremblement, l’ami sort du placard et affirme qu’Olivier Dussopt est « un client ».

Edwy Plénel entre sur scène. Ciel, mon journaliste ! Le secrétaire d’État ne peut plus nier l’évidence. « Oui », finit-il par avouer sous la torture, il s’agissait bien d’un « cadeau d’entreprise ». La direction ne reculant devant aucun sacrifice, l’amateur d’art gratuit annonce avoir « décidé de restituer ce cadeau dans les plus brefs délais ». Les lithos sont comme neuves. À peine regardées. État impeccable. Dispendieux reconnaîtra les siens.

À lire aussi

Paris Match en immersion à Grenoble : le poids des maux

Pendant que de beaux esprits tergiversent sur la possible légalisation du cannabis, à Gren…