Tout le monde connaît, aujourd’hui, les signes cliniques de l’infection par le virus chinois, mais il y a une complication ophtalmologique que beaucoup négligent. C’est un curieux point aveugle apparu sur la rétine de la presse autorisée, à propos de tout ce qui ne concerne pas l’épidémie. Les journalistes d’aujourd’hui sont un peu comme les prélats de jadis : il y a ceux de Cour et ceux in partibus infidelium. Ceux-là ont le 06 des ministres et de tous les gens qui comptent, ceux-ci celui des policiers de terrain qui – confinement ou pas – subissent les agissements nocturnes quotidiens de nos petits « sauvageons ».

L’édition Yvelines du Parisien nous apprend ainsi que, depuis plusieurs jours, Sartrouville, Trappes, Montigny-le-Bretonneux… sont les lieux d’affrontements qui font regretter de ne pas avoir investi plus tôt chez Ruggieri (pas Ève, l’artificier…) : « Sur le trajet du retour [de feux de poubelles volontaires], les fonctionnaires essuient des tirs de mortiers de feux d’artifice provenant d’un groupe d’une trentaine de personnes. Les policiers ripostent en faisant usage à dix reprises de leur lanceur de balles de défense et en lançant dix grenades de désencerclement. Le groupe est dispersé, aucun blessé n’est signalé. »

Force est donc restée à la loi, mais pas longtemps : « Cinquante minutes plus tard, les hostilités reprennent rue de Lattre-de-Tassigny : les gardiens de la paix sont de nouveau bombardés avec des fusées de feux d’artifice. La riposte est intense : vingt-trois tirs de LBD et vingt et une grenades. L’un des policiers est légèrement blessé à la main par un tir de mortier d’artifice. »

Et la veille, c’était à Trappes que le commissariat était la cible de l’artillerie ennemie : « Une vingtaine de tirs […] en direction du portail d’entrée des voitures avant d’atterrir dans la cour. Les policiers ont dispersé les assaillants en ripostant avec des grenades incapacitantes. »

Mêmes activités à Plaisir, où « la voiture de la brigade anticriminalité est criblée de dix-sept impacts et un fonctionnaire est blessé superficiellement à la main par un éclat de mortier ».

Visiblement, le corps-à-corps a perdu de son attrait et la batte de baseball la cote. C’est qu’à 4,29 € HT le marron d’air, « un prix détonant », comme dit le vendeur, on ne va pas se priver !

 

À lire aussi

Il fait trop chaud et ils étaient confinés… il faut les excuser !

Ce n’est pas encore La France Orange mécanique, de Laurent Obertone, mais… il y a du progr…