Non, Marine Le Pen n’est pas « suprémaciste » : c’est Libération qui confirme !

Depuis le voyage de Marine Le Pen en Estonie, où elle a été photographiée en compagnie d’un des députés locaux, Ruuben Kaalep, tout sourire, pouce et index formant un petit rond, les sémiologues ne chôment pas.

À première vue, le cliché évoquerait plutôt Michel Serrault tenant sa tasse de thé dans La Cage aux folles, mais non. Ce serait, en fait, un signe « suprémaciste blanc », à en croire les réseaux asociaux. Nathalie Loiseau reprend, d’ailleurs, l’information à son compte, ce qui est immanquablement gage de sérieux.

Du coup, les journalistes de Libération se penchent de plus près sur l’affaire, dans leur rubrique « CheckNews », la plupart du temps assez bien troussée, il convient de le reconnaître. Alors, « suprémaciste », le geste incriminé ? Pas vraiment, voire pas du tout, nous dit leur méticuleuse enquête.

De son côté, Marine Le Pen avait déjà précisé : « Ce n’est pas un geste suprémaciste blanc. C’est un geste qui veut dire OK pour sept milliards de personnes qui vivent sur notre planète. C’est un geste de plongeur, international, connu par tout le monde. Et d’ailleurs, vous trouverez sur Internet des dizaines de personnes, Macron, Obama, qui font ce geste. » Libération confirme.

Et la même de préciser : « En réalité, ce geste de suprémaciste blanc est un gigantesque trollage, effectué par un forum très connu qui s’appelle 4chan, et qui a effectué ce trollage pour se moquer de la presse internationale. Tout le monde est tombé dans ce piège. » Libération tend à confirmer encore. Et nous en dit même un peu plus sur l’origine du signe incriminé. Symbole abandonné par les grands anciens dans la pampa argentine ou rune retrouvée sur des dolmens érigés par une race supérieure au goût étrange venue d’ailleurs ? Rien de tout cela.

Plus prosaïquement, celui qui a lancé cette mode est un conservateur de l’espèce trumpienne – aucun rapport avec celle des reptiliens, qu’on se rassure –, connu sous le nom de « Pizza Party Ben », sobriquet qui n’évoque que de loin, on en conviendra, les fastes du Troisième Reich. Et c’est bien le forum 4chan, sorte de Gorafi amerloque, qui s’est fait un plaisir de railler la surinterprétation médiatique du geste en question, photos du pape François ou d’Alexandria Ocasio-Cortez (nouvelle égérie du parti démocrate) à l’appui ; toutes personnalités assez peu connues pour leur suprémacisme blanc militant, notons-le.

Dans le même registre, on remarquera que ces journalistes prompts à taxer de complotisme quiconque s’interroge sur telle ou telle question malvenue ne sont pas les derniers à tomber dans le panneau, telle notre chère Nathalie Loiseau à qui l’on doit, en grande partie, ce tintamarre politico-médiatique. Ainsi, Frédéric Chatillon, l’un des proches de Marine Le Pen, s’est-il vu soupçonner par Marine Turchi, de Mediapart, de national-socialisme rampant, puisque signant souvent, sur sa page Facebook, ses posts d’une icône de dauphin. Or, dauphin, en anglais, se dit « dolphin ». Et de dolphin à Adolphe, la similarité saute aux yeux tandis que s’impose l’affiliation politique. CQFD.

Toujours dans la catégorie fin limier façon Rantanplan, la fameuse quenelle, popularisée par l’humoriste Dieudonné, a longtemps été tenue par les spécialistes pour « salut hitlérien inversé » alors qu’il ne s’agit que d’un fist fucking métaphorique. Ce qui n’est certes pas d’un goût exquis, mais qui vaut bien les nouilles dans le slip à Cyril Hanouna.

On remarquera, encore, que cette néo-sémiologie demeure un inépuisable champ d’investigation. La poignée de mains franc-maçonne, avec ses trois doigts appuyés en triangle ? Un complot des Trois Suisses, à n’en pas douter. Ou, allez savoir, des fils de la veuve poignet, l’organisation onaniste bien connue et tant redoutée par les démocrates et les ORL.

À lire aussi

Alain Finkielkraut, serial violeur ?

Et là, la boulette, l’erreur tragique consistant à faire de l’humour avec une féministe...…