La couverture médiatique de l’agitation paysanne dans la région de Toulouse a été tellement caviardée, tellement réduite à néant par le pouvoir qu’on redoute un peu la suite. Quand un gouvernement compte sur le bruit de fond pour étouffer le mécontentement, ça finit toujours au porte-voix.

À lire aussi

Si j’étais Président, après Dijon : la détention, le trafic et l’usage d’une arme de guerre seront punis des peines les plus lourdes…

Allocution du président de la République, incidents de Dijon : on en parle au bistrot de C…