Accueil Armées Mission Foch du Charles-de-Gaulle : est-ce bien le moment ?
Armées - Editoriaux - 25 mars 2020

Mission Foch du Charles-de-Gaulle : est-ce bien le moment ?

Ministère des Armées, le 22 mars :

« Entré en mer du Nord dans la nuit du 16 au 17 mars, le GAN* poursuit sa mission en mer du Nord où il entretient la coopération opérationnelle avec les marines alliées et contribue activement à la protection des approches maritimes et territoriales européennes. »

Après sa campagne en Méditerranée, suivie d’exercices alliés en Atlantique, en particulier avec les forces portugaises, le porte-avions Charles-de-Gaulle poursuit son déploiement prévu en mer du Nord avec la mission Foch. Outre les nombreux bâtiments français de surface et sous-marins de sa protection et ravitaillement habituels, il est escorté par quatre frégates allemande, belge, espagnole et portugaise.

Illustration, quoique modeste, de cette Europe de la défense qui défraye, plutôt en creux, les chroniques des spécialistes sinon de la grande presse, vouée en quasi-exclusivité au coronavirus.

Durant ces manœuvres, nos marins sont donc confinés dans leurs bâtiments – et avions – respectifs, hors du territoire, ce qui constitue une conséquence heureuse, en espérant que tous les équipages soient sains (ce que vient d’être confirmé officiellement). Mais leur souci doit, en revanche, demeurer grand de leurs familles restées sans eux à terre.

Pour revenir à la justification et au maintien de cet exercice interallié, il est monté pour démontrer à un ennemi potentiel – sans le nommer – la détermination et la capacité de dissuasion des Occidentaux…

Y compris pendant une autre guerre qui ravage les mêmes ?

D’ailleurs le méchant de l’Est, engagé opportunément contre celle-ci, envoie des aides médicales à l’Italie. Invasion déguisée avec un subterfuge humanitaire ou autodéfense réaliste pour contrer un éventuel « nuage de Tchernobyl » à l’envers ?

Une question vient alors à l’esprit : la France fera-t-elle l’objet d’une identique sollicitude de la part de Poutine ?

Si oui, sous quelles drastiques conditions pacifiques ?

* Groupe aéronaval

À lire aussi

Elon Musk : la dynamique privée relève les défis de l’espace !

Guerre des étoiles terminée ? Que nenni ! …