Chaque semaine,  sélectionne dans l’actualité des infos insolites ou extravagantes qui nous ont fait sourire ou des sujets plus sérieux.

Cette semaine a commencé en roue libre avec, indéboulonnable, Sandrine Rousseau, cette fois pour sa conjugaison poétique : « Nous avions la gorge qui grattions »... a été remarqué pour sa participation active à la grossière manipulation autour de la victimisation du député Bilongo. Gérald veut être « gentil avec les gentils et méchant avec les méchants » immigrés clandestins. Manon Aubry (LFI) salue la victoire de la gauche danoise, une gauche aussi anti- que Le Pen ou Zemmour, et Yannick Jadot découvre à ses dépens le wokisme à Sainte-Soline.

38986 vues

5 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

23 commentaires

  1. Quelle tristesse !!!!
    Je me demande aujourd’hui si macron ne devrait pas dissoudre l’assemblée car rien que le fait de me dire que nous devons supporter encore plusieurs années ces clowns, pour rester poli, me révulse au plus haut point, de toute façon, je vote depuis plus de 20 ans pour le même parti politique qui cette année à exploser les compteurs pour la première fois depuis son existence donc perso, je suis prêt à renouveler l’expérience.
    La nupeste est toxique, ces gens n’aiment pas la France et le font savoir tous les jours donc il est plus que temps de renvoyer ces gens dans leurs trous!!

  2. Mais si on peut en rire car comment dissoudre avec le risque énorme d’une majorité qui s’impose!

  3. merci a tous ces guignols mis en place avec la complicité des abstentionistes, nous voyons les ravages tous les jours dans la nation « phare du monde » autrefois

    1. Oui vous avez tout dit en quelques mots. Le Macroncircus a recruté des clowns pathétiques et profiteurs et effectivement les lumières sont en train de s’éteindre.

  4. Nous avions la gorge qui grattions, Madame la Professeure à déconstruit notre grammaire frnçaise…
    Pour déconstruire elle s’y connaît, elle nous a apporté la preuve de sa décontruction lors de ces manifestations à contre-courant de la préservation de notre bien commun, nos terres agricoles.
    Il faut faire un choix soit on produit chez nous et nous avons besoin de cette rétention d’eau, soit on importe notre nourriture de l’autre bout du monde et là bonjour les gaz à effet de serre.
    Ces écolos veulent tout et son contraire, ils n’ont jamais vu une vache de près, mais ils donnent leur avis sur tout, c’est eux qui détiennent le savoir et la connaissance sur l’avenir de notre planète. Ils ont déjà contribué à pas mal de décisions désastreuses, maintenant ils devraient se calmer un peu et se documenter avant d’aller tout saccager.

    1. « Ces écolos veulent tout et son contraire, ils n’ont jamais vu une vache de près, mais ils donnent leur avis sur tout, » Ils n’ont aucun avis. Ils sont là uniquement pour transmettre les ordres de Berlin.

  5. Ils n’ont pas honte car ils sont incapables d’en rougir et ils sont même fiers de ce qu’ils font, et pourtant ils sont toujours aux manettes; notre système politique est incapable de les éliminer et on doit les subir jusqu’à la fin de leurs mandats.

  6. Le ridicule ne tue pas, surtout en politique gauchiste, si non ça se saurait.
    La « ridiculitude » de Sandrine Ruisseau amuse, je ne suis pas certain qu’elle confère le sérieux, ni à la dame déconstruite, ni à son parti en déconstruction.
    Plus les écolos détruisent, ce qu’ils font le mieux, plus ils ridiculisent l’écologie.
    Quand aux larmes de grocodile de Corbière elles donnent un sens au ridicule.

  7. Ils sont tellement pitoyables , lamentables et minables .Ne mérite pas une ligne de plus ce serait leur faire trop d’honneur .

  8. Corbières, Macron, …. de piteux comédiens. Cela pourrait être seulement grotesque si ces gens là n’avaient pas les responsabilité qu’ils ont ! Comment ne pas être être écoeuré de voir ces clowns privilégiés pleurnicher dans la seconde où un député a affirmé que les bateaux de migrants devaient retourner dans leur port de départ et oublié de se montrer la larme à l’oeil, immédiatement, après le massacre barbare d’une gamine de 11 ans par une algérienne en situation irrégulière et sous le coup d’une OQTF ? Des hypocrites ? Des monstres ? Les deux ?

    1. Il faut se rendre à l’évidence : en république macronienne, le crime le plus effroyable n’est plus le martyre d’une gamine innocente, mais le soupçon de racisme. Dans un pays qui a proclamé que les races n’existent pas.

      1. Il semble tout de même que LFI a très très fort poussé dans ce sens….. faisant fi de l’opinion publique majoritaire

  9. Les migrants « gentils » seront amoureux de notre drapeau, a dit Darmanin. Mais de quel drapeau s’agit-il ? Le tricolore ou l’étoilé ?

  10. Normal dans ce cirque que devient l’assemblée nationale, parodie de démocratie, il faut des acteurs de théâtre, de cirque, à l’image du roitelet narcissique qui est à la tête déboussolée de la France.

  11. Cher M. Darmanin l’on peut être de nature « gentil » et les évènements de la vie peuvent vous rendre « méchant » , et le contraire également , alors ne mettez pas une casquette dès le départ sur ceux que vous estimez et ceux que vous détestez , votre politique va vous mener dans le mur.

  12. Toutes ces  » actualités » anecdotiques nous éloignent bien vite du fond du sujet majeur : et Lola : la suite ????
     » Les logiciels tournent dans un temps trop court pour la conscience. Notre société s’est engagée dans une course de vitesse, qui est une course de pouvoir. Et la crise actuelle est une crise de l’instantanéité » ( citation extraite de  » la croix » 2009

  13. Les sanglots longs des élus qui en font des tonnes,
    Berce mon cœur d’une fadeur monotone.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter