Lors d’une conférence de presse, le jeudi 26 novembre, le Premier ministre Jean Castex, accompagné de plusieurs ministres de presse, a donné des précisions sur les mesures d’allégement du confinement. Concernant les lieux de culte, il n’est pas revenu sur la jauge des 30 personnes par rassemblement, sans tenir compte de la taille des édifices.

Réaction de Mgr Rey au micro de Boulevard Voltaire.

Jean Castex a précisé, ce matin, la décision de l’éxécutif, notamment concernant les lieux de culte. A priori, on va rester à 30 personnes par lieu de culte. Condamnez-vous cette décision qui a été, finalement, condamnée par l’intégralité des évêques de France ?

Cette mesure est inacceptable. Elle s’applique aux lieux de culte, mais pas à d’autres lieux fréquentés par le public. D’un côté, on accepte que les églises soient ouvertes, on veut respecter la liberté de culte, mais on ne nous donne pas les moyens de vivre cette liberté en nous restreignant de nous rassembler. Que l’on prenne toutes ces dispositions sanitaires nécessaires pour éviter les attroupements de proximité physique entre les personnes, on est complètement d’accord, mais que l’on empêche les gens de se rassembler pour trouver et puiser de l’espérance, il y a quelque chose d’inacceptable et insoutenable.

Lorsque Emmanuel Macron avait fait cette annonce, les évêques ont réagi assez fortement. Monseigneur de Moulins-Beaufort a d’ailleurs dit que des négociations allaient reprendre le lendemain avec Emmanuel Macron. Visiblement, ces négociations ont échoué. Dans votre diocèse, y a-t-il encore des messes dominicales ?

Tous attendaient les dispositions qui seraient prises. Des messes peuvent toujours être célébrées par des prêtres, puisqu’on n’interdit pas quelqu’un de célébrer la messe. En revanche, ce qui est interdit, c’est l’assistance. Avec un certain nombre d’évêques, nous allons nous mobiliser avec tous les recours possibles. On ne s’arrête pas en chemin dans l’exercice du culte, surtout à l’arrivée des fêtes de Noël.

26 novembre 2020

Partager

À lire aussi

Mgr Dominique Rey : « Devenant un groupe minoritaire, les chrétiens doivent beaucoup plus s’organiser »

Une semaine après le vote, à l’Assemblée nationale, du texte ouvrant le droit de la …