La Commission européenne vient de conclure les négociations d’un accord commercial avec les pays du bloc Mercosur. Alors que nos concitoyens ont très largement manifesté leur désir de protections lors du scrutin du mois de mai dernier, la Commission européenne promeut, une nouvelle fois, le libre-échange le plus dévoyé au moyen d’un nouvel accord commercial. La concurrence déloyale qu’il engendrera provoquera, une fois de plus, un séisme social destructeur ainsi qu'un recul environnemental irréversible.

Au terme de plus de vingt ans de négociations, ce traité intervient de façon complètement antinomique avec les ambitions affichées par la COP21 de réduction des gaz à effet de serre, ainsi qu’avec les promesses de préservation du monde rural d’ et Didier Guillaume, son ministre.

Notre n'en finit plus de servir de monnaie d'échange à chaque traité. On la sacrifie consciencieusement et systématiquement au profit d'autres industries sur l’autel d’un commerce cannibale et d’une course folle à la croissance.

Le monde agricole est fatigué. Usé par trop de contraintes, par trop de mesures coercitives, par trop de normes inadaptées, par trop de difficultés financières, par trop de stigmatisations injustifiées et sans perspectives d’avenir, il finira par envoyer valser le métier par-dessus les moulins, en incitant ses propres enfants à choisir un autre destin. Les faits et les chiffres sont là : il ne reste plus que 400.000 dans l'Hexagone. Ils sont, désormais, 25 fois moins qu'au lendemain de la Seconde mondiale. Le rythme de baisse du nombre d’élevages bovins a doublé depuis 2017, en France, et près de 1.500 ont disparu, ces dernières années.

Ce nouveau traité intervient après celui du CETA, du TAFTA et du JEFTA. Tous présentent les mêmes menaces pour les agriculteurs, les droits des consommateurs et les normes environnementales. Ce sont, cette fois-ci, quelque 99.000 tonnes de viande bovine que les quatre pays latino-américains pourront exporter vers l’Union européenne, fragilisant un peu plus les 85.000 éleveurs français de vaches allaitantes, déjà très touchés par la des prix dans la distribution française et sous le feu incessant des mouvements végans radicaux. Les risques sanitaires, au Brésil, notamment - où la traçabilité des animaux est quasi inexistante -, sont endémiques. 74 % des produits phytosanitaires qui y sont, aujourd’hui, utilisés sont prohibés en Europe.

À quoi bon demander à nos une montée en gamme qualitative et environnementale si c’est pour importer des produits contraires à cet effort ? On voudrait tuer les producteurs et empoisonner les consommateurs que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

4 juillet 2019

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.