[MÉDIAS] La propagande anti-viande du service public

hamburger végétarien

Les Français sont désespérants. Ils pensent mal, ils se tiennent mal, ils votent mal. C’est plus fort qu’eux. Ils mangent mal, aussi. Terriblement mal. Heureusement, le service public est là pour les éduquer et les remettre dans le droit chemin. Il n’est plus rare d’entendre sur les antennes de Radio France des consignes alimentaires dispensées aux auditeurs à la manière du sermon qu’un curé délivrerait à ses jeunes et ignorants catéchumènes. Le ton y est généralement culpabilisant, les enseignements indiscutables. C’était le cas d’un article publié, cette semaine encore, sur France Inter qui nous exhortait à réduire notre consommation de viande de moitié. Excusez du peu. « Manger deux fois moins de viande permettrait aux Français d'atteindre leurs objectifs climatiques », plaide ainsi la radio. Quels sont ces « objectifs » qui seraient les nôtres ? Qui les a ratifiés ? Ont ils été soumis à un vote à l’Assemblée ? L’article ne le dit pas. L’essentiel est de faire passer l’idée que les Français sont mauvais et doivent d’urgence s’amender.

Pour appuyer ses dires, France Inter se base sur l’étude d’une ONG écologiste, Réseau Action Climat. Chacune de ses affirmations est reprise telle quelle par la radio publique : notre alimentation serait ainsi « bien trop riche en viande », il faudrait d’urgence « réduire les produits d'origine animale », il serait tout à fait possible de « se passer de la moitié de la viande que nous consommons actuellement sans aucun impact sur notre santé »… Pas avare en sentences définitives et en jugements à l’emporte-pièce, l’article précise la limite interdite à franchir : « Pas plus de 450 g de viande par semaine. » À vos balances et calculettes !

Non-dits et raccourcis

Le mantra de la réduction de notre consommation carnée est répété sur tous les tons, sans s’embarrasser de la moindre nuance ni d’aucune modération. France Inter ne le précise pas, mais Réseau Action Climat va au-delà des recommandations de l’OMS. Quand l’ONG écolo fixe à 450 g la quantité hebdomadaire totale de viande à ne pas dépasser, l’institution internationale de référence va, elle, jusqu’à 500 g… de viande rouge. Ce à quoi on peut encore ajouter quelques centaines de grammes de volaille sans que cela nuise à la santé. On arrive donc à un total bien supérieur aux 450 g décrétés par l’ONG. Mais rappelons que cette dernière ne s’intéresse pas à votre santé mais à celle de la planète. Comme si un changement dans le régime alimentaire des Français avait le pouvoir de stopper le réchauffement climatique mondial…

Autre raccourci mensonger : « réduire sa consommation de viande est bénéfique pour la santé ». Professée ainsi par l’ONG, telle une parole d’évangile, cette assertion est fausse. Les enfants en croissance, les personnes âgées ont besoin de protéines de qualité et ne doivent pas réduire leur consommation carnée. De même, les écologistes radicaux omettent de le dire, mais leurs fameuses alternatives à la viande ne sont pas adaptées à tous. L’OMS le dit pourtant clairement : le fer, la vitamine B et tous les autres nutriments essentiels à la santé qui se trouvent en abondance dans la viande rouge peuvent également se trouver dans les haricots et les légumineuses, mais « sous une forme moins facilement assimilable par notre système digestif ». C’est bon à savoir.

Un audiovisuel public à consommer avec modération

Le service public pourrait se faire l’avocat d’une consommation de viande de meilleure qualité, produite localement et donc présentant un meilleur « bilan carbone », mais il n’en est rien. Il se contente de relayer les revendications inconsidérées d’un groupuscule radical. « Le but n’est pas d’arrêter la viande », promet l’ONG. C’est évidemment faux. La baisse de 50 % de notre consommation n’est qu’une étape. Les mêmes arguments fallacieux serviront sous peu à demander l’interdiction pure et simple de toute production carnée. Et France Inter sera assurément de ce combat-là également.

Dès 2022, Radio France s’est fendue d’un communiqué officiel pour claironner son grand « tournant environnemental ». Brandissant les rapports non lus du GIEC, prétextant un pseudo « consensus scientifique international », le groupe public ne cache plus désormais son militantisme radical. Il diffuse depuis plusieurs années des contenus dignes des pires activistes EELV, mais ce n’est pas encore assez. « Face à l’ampleur de l’urgence climatique, nous sommes résolus à aller plus loin », prévient-il.

D’ailleurs, nos confrères l’annoncent sans ambages : sur le sujet de l’écologie comme sur tant d’autres, le pluralisme et la diversité des opinions ne seront plus les bienvenus sur leurs antennes. « Nous nous tenons résolument du côté de la science, en sortant du champ du débat la crise climatique, son existence comme son origine humaine. Elle est un fait scientifique établi, pas une opinion parmi d’autres. » Le bannissement du désaccord et de la liberté d’expression au nom de la « science », il fallait y penser.

Plus que jamais, l’abus des médias de service public est mauvais pour la santé. Nous vous recommandons vivement de vous en tenir éloignés. Autre solution : la privatisation.

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

39 commentaires

  1. Politique de propagande. Si c’est une opinion, pourtant, cela veut dire que l’on peut ne pas être d’accord. Mais. Où va t-on ?

  2. Si on a réduit la consommation de viande c’est en raison du prix et de la perte du pouvoir d’achat. Mangez de la viande mais pas halal.

  3. « Le Réseau Action Climat-France fédère 27 associations nationales et 10 associations locales, autour de la lutte contre le changement climatique. Il agit à toutes les échelles pertinentes, de l’international au local. Il est par ailleurs le représentant en France d’un large réseau mondial et européen, regroupant près de 1900 membres à travers la planète » = minorité agissante sur laquelle se base France Inter pour justifier son idéologie et imposer à des millions de français un mode d’alimentation dont ils ne veulent pas. De plus, France Inter mentionne que ça permettrait d’atteindre leurs objectifs climatiques. Quels objectifs climatiques ? « leurs » est aussi une usurpation car ce sont les objectifs climatiques d’une minorité et qui sont loin d’être partagés par la majorité.

  4. Comment peut-on écouter de pareils hérétiques ! Regardons le monde animal ! les bêtes les plus résistantes (même contre l’homme) sont toutes omnivores : souris, rats, fourmis, guêpes, cochons ou sangliers…… Quant aux éléphants herbivores, ils sont en voie de disparition.

  5. Il faut avant tout consommer une viande de qualité issue de bêtes bien élevées et abattues, dans le respect animal. Oui il est mal de consommer des produits de qualité médiocre, sur transfomés et il est mal aussi de ne pas consommer de protéines animales. Nous sommes des omnivores. Les végans consomment des additifs pour compenser et ils ont des corps pas très costauds. Des médecins seraient plus crédibles que ces ONG.

  6. Ne peut-on vraiment pas clore le bec à ces imbéciles heureux ? Ce n’est pas la viande qu’il faut arrêter de consommer, mais les fraises et les framboises en hiver, les haricots du Kenya en plein été et tous les fruits exotiques, qui , s’ils sont bienvenus en hiver ne le sont pas en été alors que nos agriculteurs ont du mal à écouler les fruits produits chez nous. Tous ces fruits et légumes n’arrivent pas chez nous en pousse-pousse ou en vélo, mais en avion. Il est évidemment bien connu de tous que les avions ne polluent pas puisqu’ils volent en l’air, mais hélas pas à l’air ! Je n’habite pas loin d’un gros aéroport de fret (Liège) et je puis vous assurer que tous les jours, ce sont des dizaines et des dizaines d’avions qui traversent le ciel au-dessus de mon jardin. Ce qui me fait croire que les légumes qui y sont cultivés de manière naturelle ne sont pas vraiment bio !

  7. Tous ces chiffres qu’on nous sort résultant de prétendues « études » et qui doivent être prises pour parole d’évangile nous mènent vers un totalitarisme invraisemblable. Le « tournant » de Radio France qui affirme que la crise climatique est un fait scientifique dont l’origine humaine est indiscutable en est une démonstration spectaculaire. Ce n’est même plus de la religion, c’est du fanatisme.

  8. Bill Gate et consort doivent se frotter les mains , eux qui militent pour la viande synthétique , artificielle, qui va faire grossir encore plus leur escarcelle

  9. D’un côté l’argent public fait de la propagande antiviande… de l’autre au salon de l’agriculture Jupiter promet aux éleveur de faire de la propagande pour consommer de la viande (française)…
    Le en « même temps » est un mouvement perpétuel qui pioche allègrement dans les finances publiques !
    Micron avait promis un « nouveau monde »… il est beau son nouveau monde fait de forfaitures et de mensonges ! Non seulement il ne nous protège pas du chaos mais il génére le chaos au quotidien…

  10. « les pés des vaches pleins soi disant de CO 2 seraient donc à l’origine du changement climatique!! peut on se plier en quatre de rires ? et au fait les centrales à charbon de nos chers voisins allemands ? et les porte containers venant de Chine ou du Brésil pour nous apporter des produits de faible qualité jetables dès la première année, ou nocifs pour la santé et grâce auxquels des commerçants appliquent des marges bénficiaires de 300%, rien ? et l’aviation rien ? et la pollution en Chine aux Indes et au Brésil on s’y penche dessus ? toutes ces chaines France TV je les zappe, faut il la carte PC ou Nupès pour y travailler ??

  11. Dans une pub financée par le Gouvernement il nous est recommandé de consommer de la viande bovine EUROPÉENNE et non Française !!!

  12. Très drôle pour des raisons médicales je suis allé consulter une diététicienne, elle m’a bien dit pas plus de 500 g de viande par semaine et comme je voulais m’amuser j’ai demandé si je devais manger bio, son visage s’est éclairé j’étais un sympathisant, j’ai tout de suite rectifié lez tir en disant que si on mangeait n’importe quoi tous les jours et que par hasard on s’extasiait sur du bio que ça ne servait à rien et pour l’achever je lui ai parlé de Cnews, je crois qu’elle ne s’en est pas encore remise.

    • Quand on observe la mine des buveurs d’eau mangeurs de salades, on n’a aucune envie de changer nos menus d’omnivores !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois