Invitée au « Grand Rendez-vous » d’Europe 1 à donner son avis sur les décisions des nouveaux maires EELV, on a bien entendu que les , ne les trouve pas rigolos. Elle serait alors, en déduction des dernières affirmations du maire de Bordeaux, passée du côté des fachos !

On l’aime bien, Marlène, quand elle s’en prend aux écologistes qui veulent nous rendre la vie triste. Elle trouve « navrant » le refus des maires verts d’accueillir le Tour de France ou de supprimer le sapin et les décorations de dans l’espace public. On l’aime bien, quand elle estime que ces « décisions ridicules » privent de joie les « familles modestes ». On apprécie de l’entendre dire que « le féminisme n’a jamais été d’interdire les hommes de faire du vélo ». On l’applaudit quand elle juge que le « projet d’EELV, c’est s’indigner et interdire ». On l’aime moins lorsqu’elle dénonce : « Toutes les décisions qui sont prises par les maires EELV depuis qu’ils sont aux responsabilités sont rabat-joie. » Toutes les décisions, vraiment ?

Car on ne l’entend pourtant pas s’exprimer sur les cours de récréation « dégenrées », marotte à la fois des socialistes et des EELV. Il faut dire que, pour le ministre délégué à la Citoyenneté, « la théorie du genre ne fait référence à rien », il s’agit juste de « lutter contre les stéréotypes ». Comme si le féminisme n’était pas déjà passé par là ! On ne l’entend pas, non plus, sur le sujet des voitures, que les écolos veulent carrément bannir des centres-villes, les repoussant toujours plus loin, ces familles modestes.

Et si les manifestations physiques de Noël tiennent au cœur de Marlène, il ne lui vient pas à l’idée que, dans tout esprit socialo-écologiste qui se respecte, c’est la religion catholique qui est dans son collimateur ? Étonnant, de la part d’une ex-socialiste issue d’une famille trotskiste, dont le patron préfère pourtant souhaiter un « bon dimanche » plutôt que « joyeuses Pâques » ! Mais ne soyons pas injuste envers l’auteur d’Osez les rondes, bonne vivante et très famille : dans ces propos, elle est sincère. Sincère et… facho ! Ce qui doit, soit dit en passant, lui faire une belle jambe, à Marlène Schiappa, ex-PS et ministre dans un gouvernement LREM !

En effet, selon l’inénarrable Pierre Hurmic, le maire vert de Bordeaux, c’est « la fachosphère [qui] s’est mobilisée pour rentrer dans ce débat puéril » – de la suppression du sapin de Noël, « un arbre mort ». Selon lui, toute critique à l’encontre de sa décision ne peut venir que des fachos. Forcément. Et, évidemment, « l’opinion des fachos, [il] s’assied dessus ». Faux démocrate mais vrai despote, ce maire bordelais ! Au fond, que dit cette divergence entre un vert-rouge et une rouge-vert ? Que chez les partisans d’une même idéologie, ou presque, pour les uns les autres ne sont jamais assez radicaux…

En tout cas, « l’écologie mérite mieux que ces mesures ridicules » : pour une fois, on est d’accord avec Marlène Schiappa !

15 septembre 2020

À lire aussi

Corinne Lepage, ex-ministre de l’Écologie : écolo, vraiment ?

Le vice-président de la chambre d'agriculture d'Île-de-France ne s'y trompe pas, qui parle…