Ce mercredi 31 mars, Marlène Schiappa, ministre délégué auprès du ministère de l’Intérieur, chargé de la Diversité, a définitivement enterré l’Observatoire de la , comité Théodule fondé par Jacques Chirac, le 27 mars 2007, rendu plus officiel encore par , le 8 avril 2013, et maintenu plus ou moins vivant en soins intensifs par .

À quoi servait le machin ? À observer la laïcité, bien sûr, mais surtout à tenir lieu d’arène pour les règlements de comptes internes à la gauche. Comme chacun sait, les querelles familiales sont immanquablement sans merci, et celle-là ne faisait pas exception à la règle. En effet, y cohabitaient deux gauches, l’une en pinçant pour la laïcité « républicaine », l’autre appelant de ses vœux une laïcité plus « inclusive ».

Pour résumer : d’un côté, les féministes laïques à l’ancienne, Élisabeth Badinter et la fraîchement ralliée Caroline Fourest. Pour cette tendance, le mâle dominateur était blanc et l’anti-laïc catholique ; soit la France de Jean-Marie Bigard et de la Manif pour tous, mais qui a eu tôt fait de comprendre que les nouveaux misogynes contempteurs de la laïcité étaient plus du côté des Français de branche que ceux de souche. De l’autre, la nouvelle génération imprégnée d’un antiracisme éthéré et d’un féminisme déviant : soit celui de Caroline De Haas et de ses nouvelles copines en burqa. Au milieu, Marlène Schiappa qui, de longue date, a toujours plutôt penché vers un féminisme à l’ancienne pour lequel les hommes ne sont pas ennemis structurels.

Emmanuel Macron et les éléments raisonnables de son entourage campent globalement sur cette ligne ; d’où la dissolution de cette instance, avec l’aval, au moins officieux, de l’Élysée.

On notera que cette querelle déborde sur l’ensemble de la gauche. Le chef de file emblématique du défunt Observatoire, Jean-Louis Bianco, ancien de la Mitterrandie, était à demi-mot accusé de vouloir imposer à la France un communautarisme à l’anglo-saxonne, au contraire de l’inénarrable Manuel Valls ; voire même de Julien Dray, ancien de SOS Racisme qui, depuis revenu de ses délires universalistes, fréquente plus volontiers Eugénie Bastié sur les plateaux de CNews que son ancien compère, .

Autre personnalité dans le collimateur gouvernemental ? Nicolas Cadène, alter ego de Jean-Louis Bianco, suspecté par l’entourage de Marlène Schiappa « d’être plus préoccupé par la lutte contre la stigmatisation des musulmans que par la défense de la laïcité ».

Cette gauche est d’autant plus au bord de la crise de nerfs qu’Alain Finkielkraut, lui aussi revenu de la gauche d’antan – autrement, il n’accorderait pas d’entretiens à nos confrères d’Éléments –, assurait au journal L’Alsace, le 15 janvier 2015, « qu’à l’intérieur de la gauche, le courant “utopiste” de Jean-Louis Bianco a triomphé face aux partisans d’une laïcité plus ferme : Élisabeth Badinter, Manuel Valls. Ce courant ne veut pas voir qu’il y a des problèmes avec l’ en France et il laisse la voie libre à qui apparaît comme la seule à défendre la laïcité. »

Il est vrai que la présidente du Rassemblement national n’a jamais fait que ramasser, dans le caniveau, l’étendard d’une laïcité que la gauche y avait abandonné, quitte à froisser certaines de ses troupes en interne, pas forcément friandes de voir remis à l’honneur un concept à l’origine strictement anticatholique. Mais quel est le plus dangereux pour la France : la montée de Marine Le Pen ou celle de l’ communautaire ? Sans répondre à cette épineuse question, Marlène Schiappa semble au moins envoyer un signe à la de LREM, probablement confortée par cette déclaration de Matignon : « Il faut renouveler cette instance afin qu’elle soit davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes. »

Pour aller clair, les nouveaux clercs humanistes, -confinés dans leurs lubies respectives, semblent se dévorer les uns les autres. Ce mois d’avril commence finalement par une bonne nouvelle.

1 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

DVD : Le Sang du vampire, d’Henry Cass

Au final, un petit classique, jusque-là seulement révéré par un cénacle d’admirateurs mais…