Depuis le communiqué de son avocat excusant son absence à son procès pour cause d’hospitalisation, les rumeurs vont bon train sur l’état de santé du président du Front national. Sur les réseaux sociaux, certains vont jusqu’à affirmer que les jours de Jean-Marie Le Pen seraient comptés.

Au micro de Boulevard Voltaire, Lorrain de Saint Affrique, son assistant parlementaire et secrétaire général des comités Jeanne, dément l’information.



Plusieurs rumeurs apparaissent sur les réseaux sociaux. On dit que le Président d’honneur, Jean-Marie Le Pen serait agonisant. Qu’en est-il réellement ?

C’est une très mauvaise interprétation d’un propos d’audience de l’avocat de Jean-Marie Le Pen dans un procès, actuellement en cours, au tribunal d’instance de Paris. Un journaliste de France Culture a cru comprendre que l’État de santé de Jean-Marie Le Pen s’était dégradé, ce qui est tout à fait faux. Jean-Marie Le Pen lui-même n’assiste pas à ce procès aujourd’hui, car il est hospitalisé. Il est représenté par maître Frédéric Joachim. Ce sont les propos de maître Frédéric Joachim dans les éléments de procédure en ouverture de ce procès qui a provoqué ce tweet ou cette interprétation d’un journaliste de France Culture qui est habituellement assez fiable et qui a une grande expérience. C’est quelqu’un que tout le monde connaît et qui est pris au sérieux, car c’est un bon professionnel, il semble que là, il y ait eu une petite bavure liée au mode d’expression tweeter, qui n’est pas dans la nuance.


Ses jours ne sont donc pas comptés ?

Ils sont comptés comme les vôtres ou ceux de Boulevard Voltaire. Les jours de tout le monde sont comptés. Je répète la phrase de Jean-Marie Le Pen « le cadavre se porte bien ».

3 octobre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.