Rezé (43.000 habitants), commune des environs de Nantes, est principalement connue pour son village de pêcheurs et sa Cité radieuse, édifiée par Le Corbusier et inaugurée en 1955. Aujourd’hui, cette ville n’a plus de « radieux » que le nom, à en juger par le résultat de ce référendum : 71,85 % des habitants se sont prononcés, ce 2 octobre, pour la création d’une police municipale.

Cette initiative est à mettre au crédit du maire Agnès Bourgeais, qui a succédé au maire divers gauche Hervé Neau après son suicide, ce 11 février. Même un édile socialiste ne pouvait qu’admettre qu’il y avait péril en la demeure en matière de sécurité. Car après trois décennies de gouvernance progressiste, Rezé connaît des records de délinquance. Mais comment opérer une telle révolution copernicienne ? En créant tout d’abord un Conseil des droits et devoirs des familles, ce 29 septembre, dont Ouest-France nous dit : « Ce n’est pas un tribunal administratif. Il a pour fonction de recommander, conseiller, d’aider et d’accompagner les parents dans l’éducation de leurs enfants, à en croire Jean-Christophe Faës, l’adjoint en charge de la tranquillité publique. » « Tranquillité publique » plutôt que « sécurité publique », la nuance sémantique est de taille.

D’où cet étrange pas de deux d’Agnès Bourgeais qu'on sent écartelée entre la doxa politique de son camp d’origine et les terribles réalités du terrain avec, pour seule feuille de route, en matière de lutte contre ce fléau, l’embauche de « cinq à huit policiers » « dédiés » à cette même « tranquillité publique », mais « sans donner de délai pour le moment ». Bref, c’est flou. Et c’est peut-être là qu’il y a un loup, comme dirait Martine Aubry.

En effet, une première réunion publique de préparation à ce référendum, tenue ce 13 septembre, donne une assez bonne idée des rapports de force en présence, à en croire France Bleu. D’un côté, l’un des participants paraît relayer les inquiétudes de madame le maire : « Ce n’est pas la mairie qui va faire du contrôle au faciès dans les immeubles, c’est absurde ! » La sortie déclenche quelques rares applaudissements dans la salle, toujours selon la même source. Telle n’était d’ailleurs pas tout à fait l’intention de départ, si l’on en croit Agnès Bourgeais : « Si une police municipale est créée à Rezé, elle ne sera pas armée et n’interviendra ni sur les cambriolages et les points de deal », disait-elle.

Que fera-t-elle, alors ? Compter les mouches au plafond ? Jouer à la belote de comptoir ? Peigner la girafe ? Pas du tout, mais plutôt « verbaliser les excès de vitesse, les nuisances sonores, les dépôts sauvages de déchets ou encore contrôler les sacs lors des manifestations ». Bref, Rezé est en passe d’être sauvé, même si cela ne paraît pas être tout à fait l’avis des autres participants de ce petit raout citoyen, selon France Bleu. Martine : « J’ai habité le quartier du Château [l’un des pires de la ville, NDLR, j’ai déménagé parce qu’on a brûlé ma voiture. » Daniel : « Je ne vois pas trop l’intérêt. Ce n’est pas parce que les gens ont un uniforme un petit peu différent que ça changera grand-chose. » Cécile : « Quand on lit des articles nous disant que Rezé est au top des cambriolages, ça ne rassure pas. »

Quoi qu’il en soit, le verdict est tombé : 71,85 %, ce n’est pas rien, malgré 20,18 % de participation, pourcentage que relativise assez justement Agnès Bourgeais : « Si l’on compare avec la participation aux élections départementales qui était de 34 %, le chiffre de 20,18 % reste plutôt positif. » Il l’est d’autant plus que La France insoumise s’était mobilisée à grand bruit contre la création de la police municipale en question. Comme quoi, si les mélenchonistes attirent massivement le vote des banlieues immigrées, ils sont à la peine dans la France périphérique.

Dans son livre Je vous écris du front de la Somme (Éd. Les liens qui libèrent), l’insoumis François Ruffin, connu pour n’être guère soumis aux diktats de son état-major insoumis, confesse ainsi avoir mené deux campagnes distinctes lors des dernières élections législatives : « L’une avec Jean-Luc et l’autre sans. […] La tête de Mélenchon en bien gros sur les tracts [dans les quartiers nord d’Amiens, majoritairement musulmans, NDLR], c’était le succès assuré. […] En revanche, dès qu’on s’éloignait, cette affection n’était guère partagée, et mieux valait le gommer de nos affiches. » Tout est dit des contradictions de cette gauche donnée pour être de progrès. La preuve par Rezé.

6431 vues

3 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Tant que la gauche reste au pouvoir , rien ne changera . En fait , cette situation est souhaitée par les islamo-gauchistes qui sévissent dans notre pays . Pourquoi aiment-ils tant que ça les immigrés ( ou descendants de …) et les migrants ? C’est une réserve de voix pour de prochaines élections ( les classes ouvrières et moyennes française vont vers la droite ou l’extrême droite ) , quand les étrangers auront le droit de vote que nos gauchistes réclament à grands cris . Ce sont des traîtres à la Nation . En d’autres temps , ces gens-là étaient alignés devant un peloton d’exécution pour trahison .

  2. Ajouter des POLICIERS, rien n’y fera,! les adversaires sont des fanatiques et de plus, ils sont sur-équipés donc c’est comme « pisser dans un violon » . La situation est telle qu’il faudrait changer les règles, c’est à dire équiper tous les POLICIERS de France de Kalach.. comme le sont les adversaires et qu’ils aient le droit de tirer sans sommation comme durant une guerre puisque nous en sommes là, c’est une GUERRE ! Autre solution et plus efficace encore, faire appel à l’ARMEE sans hésiter. Celle-ci agira comme il convient et sans état d’âme. Mais, comme nous n’avons pas le Chef d’Etat qui convient, l’INSECURITE ne fera qu’empirer et je n’ose décrire ce que nous risquons.

  3. Si cette police avait des pouvoirs réels et était suivie par la justice, ca pourrait servir à quelque chose, mais dans l’état actuel des choses, ce serait du gaspillage de fric.

  4. un peu d’arithmétique pour Nicolas : 72 % de pour avec 20 % de votants, cela fait 14,4 % d’habitants qui ont effectivement demandé, soit moins de 1 sur 7 ! c’est une présentation plus vraie de la position des rezéens…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter