Selon une étude publiée ce 4 octobre par la fondation Jean-Jaurès, le RN n'est plus considéré comme le parti le plus dangereux pour la démocratie.

La fondation Jean-Jaurès, qui alertait déjà en 2021 sur la « dédiabolisation » du Rassemblement national, fait part de son inquiétude dans cette nouvelle enquête : « Les données de notre dernière enquête Fractures françaises viennent encore renforcer l’inquiétude à ce niveau : jamais le n’a été aussi dédiabolisé dans l’opinion publique. » Le cordon sanitaire est en train de tomber, en témoignent ces chiffres éloquents livrés par la fondation. « En 2016, 77 % des Français qualifiaient le FN/RN de parti d’extrême droite, ils ne sont plus que 70 % aujourd’hui. De la même manière, en 2016 toujours, 60 % des Français qualifiaient le FN/RN de parti xénophobe ; ce chiffre a chuté de huit points pour atteindre 52 % aujourd’hui. » De même, alors que 61 % des Français considéraient le RN comme un parti « dangereux pour la démocratie » en 2016, il ne sont plus que 54 % à le penser six ans plus tard.

Dans l'histoire de cette enquête, c'est la première fois que le n'est pas considéré comme le parti le plus dangereux, supplanté cette fois-ci par La France insoumise. Une normalisation qui n'est pas pour plaire à la fondation, qui conclut : « À ce niveau, les données de notre dernière enquête sont particulièrement préoccupantes : d’un côté les différents stigmates associés au ont considérablement baissé, et d’un autre côté, les jugements positifs ont largement augmenté. »

2963 vues

4 octobre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter