La culture inclusive s’apprête à faire une entrée fracassante dans l’univers impitoyable du smiley. Aux centaines de figurines et symboles de toutes natures déjà disponibles vont venir s’adjoindre, dès septembre, quelques images bien senties de personnages sérieusement progressistes.

 

Parmi les nouveautés, le visuel que le monde entier attendait : l’homme « enceint ». L’épouse qui ne savait comment annoncer la grossesse de son mari à ses proches aura, désormais, la possibilité de joindre cet emoji à son message. Émue par la nouvelle, la bobo répondra par un smiley souriant et les questions habituelles : « C’est pour quand ? Est-ce une fille, un garçon, un trans, un cisgenre, un fluide ? »

 

Les hommes trouveront également, par cette innovation, le moyen de communiquer avec leurs amis amateurs de bière. Le visuel de l’homme enceint glissé discrètement dans un texto sera le signe convenu pour se retrouver dans la brasserie habituelle. La femme alertée par les allées et venues de son gros époux comprendra alors qu’il n’attend pas d’heureux événement et annulera le rendez-vous de l’échographie. Ce nouvel emoticon arrive donc à point pour mettre un terme aux quiproquos conjugaux.

 

Parmi les 64 nouveaux emojis validés par le Consortium Unicode, le connecté mutant trouvera son bonheur avec cette image d’homme coiffé d’un de mariée. Quelques semaines avant de tomber enceint, il aura officialisé son union avec le smiley de la femme en costume masculin. Dans ce monde inversé, l’écolo avide de naturel pourra envoyer le visage transpirant du citoyen écrasé par le réchauffement climatique. Du congélateur où elle réside désormais, Greta Thunberg répondra par un drapeau trans (comme transi)…

 

L’étendard breton demandé à cor et à cri par les internautes de la région n’a pas été jugé digne de figurer parmi les nouvelles icônes de l’idéologie mondialiste. L’absence de transgenres avec coiffes bigoudens sur la tête serait à l’origine de cette exclusion.

 

En bref, le collectionneur d’images pieuses se précipitera vers les nouveaux saints du inclusif. De la communication réduite à un langage des signes d’appartenance. En être ou ne pas en être ? L’établissement d’un « passe progressiste » se précise.

17 juillet 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 3 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

5 9 votes
Votre avis ?
22 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires