Les matchs de football disputés par l’équipe marocaine se suivent et se ressemblent. Après le saccage du centre-ville de Bruxelles, à l’issue de la rencontre Maroc-Belgique (2-0), les supporters de l’équipe du royaume chérifien viennent de remettre ça en France, après celle de leur équipe ayant défait leurs homologues espagnols (3-0 aux tirs au but).

Inutile de préciser que la majeure partie de la sphère médiatique, à l’exception notoire de CNews, n’a fait que peu de cas de ces débordements. Nice : tramway caillassé et policiers agressés. Amiens : un drapeau marocain venu remplacer les couleurs françaises au fronton de la mairie. Avignon : les vitrines de deux commerces fracassées à coups de pierre, tandis que les supporters jettent tout ce qui leur tombe sous la main en direction des forces de l’ordre. Lille : incendies et émeute urbaine. Paris : les policiers parviennent malgré tout à maintenir l’ordre public à grands coups de grenades lacrymogènes.

En guise de lot de consolation, on dira que les supporters algériens ont fait pire que leurs homologues marocains. C’est peu. On se dira aussi que souvent, en matière de ballon rond, l’identité nationale acquise peut être bousculée par celle d’origine. En 1998, lors de la finale de la Coupe du monde, nombre de nos amis français de souche portugaise en pinçaient plus pour le Brésil que la France. Le Maroc n’échappe pas à ce choix cornélien : « Les Marocains d’Espagne sont partagés entre leur pays de résidence, l’Espagne, et leur pays d’origine, le Maroc, qui s’affrontent ce mardi en huitièmes de finale de la Coupe du monde au Qatar », nous dit le site bladi.net, celui « des Marocains du monde ».

Sur le même site, on apprend également ceci : « Au lendemain des émeutes qui ont éclaté à Bruxelles, suite à la victoire du Maroc contre la Belgique, une séance de nettoyage a été organisée dans les rues. Parmi les personnes qui se sont mobilisées, des , très tôt accusés d’être à l’origine des échauffourées. […] Ces actes déplorables ont également choqué plusieurs fans des Lions de l’Atlas qui ont tenté de ramener le calme dans les rues de Bruxelles. Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, l’on voit des repasser derrière les casseurs afin de nettoyer les rues et éteindre les plus petits feux allumés ici et là. »

Il est tout aussi vrai que la presse marocaine est à peine plus prolixe que la nôtre quant aux débordements en question. Mais il est encore plus vrai que là-bas, ces derniers seraient parfaitement intolérables. Alors, pourquoi certains de leurs ressortissants se permettent-ils chez nous ce qu’ils ne feraient pas chez eux ? Vaste question amenant au moins un début de réponse. Le Maroc est une vieille nation, encore régie par un patriarcat traditionnel et pour le moment à peu près épargné par les dingueries sociétales occidentales. Mieux : il y est également estimé qu’un voyou demeure un voyou dont la place est la prison et non point le cabinet des psychologues. Pour couronner le tout, si l’on peut dire en la circonstance, ils ont un roi. Et nous, on a Emmanuel Macron.

On fait avec. Même si c’est dur, parfois.

11539 vues

7 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

58 commentaires

  1. Voilà le scenario que je redoutais.

    Un affrontement plus idéologique que sportif, où ces trublions héréditaires vont se livrer à quelques « festivités » postérieures à la rencontre.

    S’ils gagnent, ils foutent le bordel, s’ils perdent, ils cassent tout.

    C’est le début et il est déjà trop tard.

  2. Pour cela, au Maroc, on va en taule, avec une petite bastonnade au passage. En France, on a un ministre complice des casseurs. Il dit qu’il sera ferme, mais c’est toujours pour l’an prochain.

  3. Bien entendu, s’ils mettaient le souk dans leur propre pays, ils ne reverraient pas la lumière avant longtemps mais chez nous, tout est permis puisque la FRANCE est la “PATRIE des ” »DROITS de L’HOMME » et pour ces gens là, cela signifie que tout leur est permis. De plus, il savent qu’il n’y a plus de place en prison, que notre POLICE et notre JUSTICE sont débordés. Alors pourquoi se gêner ? Ce grand B…….pour le moment et pour bientôt, c’est le grand Remplacement.

  4. Quand sera t il si nous tombons en demi-finale contre eux , de plus dans le lot il ni a pas que les marocains mais bien tout le Maghreb a quoi devons nous nous attendre a la guerre civile?

  5. « Ils ont un roi et nous ,nous avons Emmanuel Macron »resume parfaitement cet article. BRAVO Nicolas Gauthier .

  6. il faut les filmer ! Puis diffuser sur internet: visage apres visage avec arret sur image. Avec de preference leur patronyme de façon a faire honte a la famille et aux marocains.
    Les gens n aiment pas se retrouver sur la toile en train de se mal comporter. Et tant pis si c est illegal. Une fois que les gens se savent filmes, cela change leur comportement

  7. Pas besoin de longs discours. En clair, la prison sert à quelque chose, elle est dissuasive. Mais nos bien-pensants ne pensent pas jusque là.

  8. « Mieux : il y est également estimé qu’un voyou demeure un voyou dont la place est la prison et non point le cabinet des psychologues. » Et cerise sur le gâteau : C’est encore mieux si les voyous condamnés au Maroc viennent en France y effectuer leur peine. A 500 € par jour, c’est tout bénéf. Et ça explique aussi pourquoi ils ne font pas le b… chez eux : ils n’y sont pas.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter