Une fois n’est pas coutume, l’auteur de ces lignes va prendre fait et cause pour Alain Jakubowicz, président de la LICRA, candidat à sa propre succession. Certains journalistes se sont en effet émus d’avoir vu ce dernier s’illustrer dans la dénonciation du racisme anti-blanc – racisme anti-blanc qui n’existerait pas et qui serait un fantasme d’extrême droite. Rappelons également que le pourtant très tiède Jean-François Copé fut lui aussi accusé de relayer des idées d’extrême droite à ce sujet.

Le terme de racisme anti-français serait peut-être plus juste, car bien souvent, le fondement de ce racisme est plus la haine de la France que la haine de la couleur blanche. Mais peu importe au fond. J’affirme que ce racisme est le plus violent sévissant en Île-de-France. Pour ne solliciter que mes souvenirs personnels, je me rappelle le temps où, collégien, lors des récréations, les doux jeux de Gestapo (rebaptisée depuis lors « hagra », prononcez « ragla »), d’ « aveuglement » et de « petit pont massacreur » étaient monnaie courante. Bizarrement, les agresseurs étaient toujours des chances pour la France et les victimes, toujours des souchiens.

Faut-il également rappeler la banalisation des insultes type « sale Français », « sale gaulois », « sale gwer » ou « sale babtou » ? Faut-il aussi dresser la liste des groupes de rap grand public ayant prôné ouvertement la haine de la France ? Faut-il évoquer toutes ces Marseillaise sifflées ? Faut-il montrer les images du drapeau français de l’Arc de Triomphe sur lequel on tira à coup de fusil à pompe lors du fameux match -Égypte ?

Le racisme anti-blanc, en plus d’être une réalité, est une évidence. Le négationnisme politiquement correct ne sert donc à rien : la réalité reste la réalité.

Habitués que nous sommes à l’orwellisation, nous n’arrivons même plus à déceler toute la dose de folie contenue dans ce négationnisme bien-pensant. Car posons cette simple question : pourquoi le racisme anti-blanc n’existerait-il pas ? Pourquoi cette passion funeste qu’est le racisme serait-elle réservée aux blancs ? Suffit-il de ne pas être blanc pour être immunisé contre le vice ? On nage en plein délire…

Sur le plateau d’On n’est pas couché, le pauvre Laurent Obertone fut accusé de mille maux par Aymeric Caron, pour avoir traité de la question dans son fameux livre, La France Orange Mécanique. Quelques instants auparavant, ce même Caron avait également affirmé bien connaître la banlieue, pour s’y être rendu à de nombreuses reprises afin d’y faire des reportages (en tant que grand reporter ?).

C’est pourquoi, à la place de Laurent Obertone, nous aurions répondu à son procureur bobocrate ceci : « Monsieur Caron, puisque vous êtes un fin connaisseur de la banlieue, sauriez-vous expliquer au téléspectateur ce qu’est la ragla ? »

À lire aussi

L’immigration responsable de la dette ?

On discerne mal comment la France pourra survivre au XXIe siècle. …