Ça y est, le pape est à Marseille. Le souverain pontife est arrivé vendredi, dans l’après-midi, à l’aéroport Marseille Provence. Le Saint-Père a été accueilli par le Premier ministre français, Élisabeth Borne, avant de se rendre à la basilique Notre-Dame-de-la Garde. Là, il a participé, entouré de nombreux prêtres du diocèse, à une prière mariale. Il s’est ensuite adressé au clergé dans une intervention qui se voulait plutôt fédératrice. Après quoi, il est sorti de la basilique pour se rendre au monument des disparus en mer nommé « stèle dédiée aux marins et aux migrants perdus en mer » sur le site des Rencontres méditerranéennes. Le pape a tout d’abord proposé un moment de recueillement aux personnes présentes, personnalités politiques et religieuses, puis il a repris la parole. Et, comme attendu, il a offert une belle leçon de morale sur l’immigration à son auditoire. Avec le pape François, il n’y a pas de suspense, c’est toujours la même chanson.

Le Saint-Père a d’ailleurs démarré son allocution par une redite, à savoir que la Méditerranée, « cette mer magnifique, est devenue un immense cimetière ». Il a ensuite déclaré : « Nous ne pouvons pas nous résigner à voir des êtres humains traités comme des monnaies d’échange, emprisonnés et torturés de manière atroce. » Sur ce point, personne ne lui donnera tort et ce qu’il se passe actuellement sur l’île italienne de Lampedusa est évidemment dramatique. Dramatique dans les deux sens. Mais ça, le pape François ne semble pas vouloir s’en rendre compte. Dans son discours comme dans quasiment toutes ses prises de parole sur l’immigration, il ne présente qu’une seule vérité. Celle du gentil migrant qui se voit refuser l’accès à un méchant pays riche. Il rejette l’idée que ces afflux de migrants peuvent aussi être source de problèmes pour les pays où ils arrivent. Il ne voit que les bienfaits de la mixité et, à ce sujet, il a pris la deuxième ville de France en exemple : « Marseille est un modèle d’intégration. » Sans vouloir lui manquer de respect, Marseille est peut-être un modèle d'intégration lorsqu’on y passe uniquement 24 heures et que l’on est en permanence sous escorte policière. En revanche, au quotidien, c’est un peu moins le cas.

Toujours au sujet de la cité phocéenne, le souverain pontife a posé la question suivante : « Aujourd'hui, Marseille, caractérisée par un riche pluralisme religieux diversifié, se trouve elle aussi à un carrefour : rencontre ou confrontation ? » Une invitation à faire le choix entre le bien, l’humanité, la fraternité et le mal, la peur, l’opposition entre les peuples. Tout semble tellement simple ! Malheureusement, Saint-Père, dans la vraie vie, celle de ceux qui vivent à Marseille, qui sont chaque jour confrontés au problème de l’immigration de masse, qui ne font pas seulement de beaux discours, « rencontre » rime parfois avec « mauvaise rencontre » et, croyez-le ou non, les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

7078 vues

23 septembre 2023 à 10:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. Combien de « migrants » le Pape a-t-il au Vatican??? Il y a pourtant beaucoup de place! Là aussi il y a du ménage à faire!

  2. Le pape a déclaré : « les Migrants n’envahissent pas mais ils cherchent l’hospitalité ». Combien de migrants ont bénéficié de l’accueil au Vatican sur les 6000 récemment débarqués ?

  3. Le pape François ? Sans commentaires, totalement à côté de la plaque; les leçons de morale concernant la France, cela suffit. Au royaume des aveugles etc ……

  4. Si le Pape veut absolument faire des discours moralisateurs, qu’il aille donc faire ces discours aux passeurs esclavagistes sur les rives de la Tunisie et de la Libye……s’il en a le courage ! Par contre à Marseille on n’a rien à faire de ses sornettes qui ne font qu’aggraver cette traite d’être humains que la France subit contre son gré. En somme il nous demande d’accueillir ces migrants, et de terminer ainsi le travail commencé par les passeurs !

  5. ‘’Rendons à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César “. François devrait s’en inspirer. Au Pape les questions religieuses, à l’Etat la gestion du pays. D’autant plus que la religion catholique aurait bien besoin d’être revigorée

  6. Ce n’est pas parce qu’on est pape, qu’on n’est est pas moins mortel et sujet à avoir des maladies liées à l’âge, voir Joe Biden. Ceci étant il est quand même dans la continuité d’autres prises de positions sur des sujets analogues, ou il semblerait qu’il soit un peu hors sol. Ce ne serait pas mal s’il passait la main, en espérant, qu’il ne soit pas remplacé par pire que lui.

  7. Il y a 1 an, je disais dans ces lignes que nous avions gagné le 1er pape woke de l’histoire, …. qui nous avait été imposé par la World’ Company (comme disaient les Guignols de Canal !) en poussant Benoit XVI vers la sortie (trop tradi au goût des la mafia financière mondialiste). Avec ses acolytes, Macron, Trudeau et Zielinski, tous également intronisés par la même mafia, il fait le job. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner de ses propos. Maintenant si j’étais catholique, je me poserai des questions !

  8. Marseille a de tous temps été une ville cosmopolite, ouverte sur le monde comme le sont parfois les grands ports maritimes, mais aujourd’hui elle est devenue un terrain de manœuvre pour des gangas de voyous assoiffés d’argent et constituant une plaie sociétale uniquement préoccupée de vendre la mort sans le moindre scrupule. C’est également une ville où le politique a bien souvent pactisé avec les grand banditisme. Je ne pense pas que cette ville puisse, dans son état actuel, constituer un modèle pour les générations à venir.

  9. Que ce pape prenne quelques milliers de migrants au Vatican et qu’ils subviennent à leurs besoins et soit responsable de leurs actes ! Que ce pape qui se soucie si peu des Chrétiens d’Orient massacrés par des musulmans importe quelques millions de migrants en Amérique du sud où la diversité ethnique fait tellement défaut : quelle proportion de musulmans vivent tranquillement dans ce pays ?

    1. Deux poids deux mesures , combien avez-vous raison Loutronne. Qu’il s’intéresse donc au 14 siècles d’esclavage arabo musulmans et à l’étrillage des chrétiens torturés, vendus, massacrés faute de se convertir. Sans compter le calvaires de l’ Afrique noire dès qu’ils ont pénétré sur leurs terres. A ce jour comme vous dites cela perdure et gagnera l’ Occident c’est certains, raison pour laquelle les musulmans modérés sur notre territoire, par raison préfèrent se taire.

  10. Marseille ville exemplaire pour le « vivre ensemble » !! Je pense que le Pape n’est pas bien informé sur l’actualité Marseillaise !!

  11. Je suis née à Marseille il y a 70 ans et je ne peux qu’approuver vos propos. J’ai vu ma ville changer. Je ne sors plus le soir, je ne porte plus aucune bague ni collier et quand je marche dans la rue j’ ai toujours un œil qui traine derrière moi.
    Et, croyez-moi, contrairement à ce que disait M. Dupont Moretti, ce n’est pas un simple sentiment d’insécurité.

  12. La solution: Il parait que l’Afrique est un continent riche en ressources minières, pétrolières, écologiques (forêts et plaines immenses) alors commençons notre immigration vers ces pays, construisons des maisons, des usines, des fermes et petit à petit partons tous vers cet Eldorado et laissons notre pays (sans ressources naturelles) à ces migrants si performants. Quand ils seront aussi pauvres qu’avant ils reviendront chez eux pour bosser pour nous bien gentiment.

    1. Le problème c’est qu’il y a bientôt 200 ans, nous y sommes allés, en Afrique. Nous y avons apporté la médecine moderne qui a permis d’éradiquer bien des maladies mortelles. Nous y avons construit des hôpitaux, des écoles, des maisons, des fermes, puis des routes, des usines, des universités, des ports, des aéroports, des lignes de chemin de fer… Nous y avons découvert le pétrole, le gaz, les minerais… Il y a plus d’un demi-siècle, nous sommes partis d’Afrique, laissant aux peuples « libérés » des pays en plein essor, qui ne demandaient qu’à continuer à évoluer. Mais qu’ont donc fait les habitants de toutes ces richesses ? Il faut croire qu’après le départ des Européens, la terre est soudain devenue bien trop basse, les outils bien trop lourds… ou ne serait-ce pas l’absence de courage qui aurait totalement disparu ?

  13. L’hospitalité, pour mieux voler, violer, voire tuer…
    Non merci François, de cette hospitalité la, nous n’en voulons pas !

Les commentaires sont fermés.