Dans une lettre rendue publique le 10 septembre, Arnaud Robinet, le maire Les Républicains (LR) de Reims, demande au Premier ministre, Jean Castex, à avoir un « vrai débat » sur le cannabis et se dit « prêt » à en expérimenter l’usage dans sa commune, relate CNews. Une prise de position sur la question de la légalisation qui « détonne dans un parti réputé très conservateur sur les sujets de société ».

« La prohibition n’est pas une solution »

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, 45 ans, estime que l’on doit sérieusement étudier la question de la dépénalisation du cannabis car, selon lui, « la prohibition n’est pas une solution ».

« Les violences sont souvent dues aux trafics. Depuis 40 ans, on mène la même politique de répression sans résultat. La France est le pays en Europe où l’on réprime le plus et où l’on consomme le plus. La répression ne fonctionne pas », affirme Arnaud Robinet. Au sujet de l’amende forfaitaire testée dans le Grand Reims, « il y en a eu une cinquantaine en cinq mois et on voit qu’à Rennes 70 % des amendes ne sont pas payées ».

Soutien des associations, opposition des policiers

La proposition d’Arnaud Robinet a obtenu le soutien de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA). « Nous sommes prêts à accompagner une expérimentation sur une légalisation encadrée du cannabis que nous demandons depuis 2011 », a affirmé à l’AFP le Dr Alain Rigaud, président de l’ANPAA de la Marne.

« Ce n’est pas une bonne idée », a, de son côté, répondu Michel Corriaux, secrétaire général Grand Est du syndicat policier Alliance. « Cela serait un aveu de faiblesse par rapport aux délinquants », a-t-il jugé. Sur le terrain, les policiers craignent en effet que les revendeurs désœuvrés par la légalisation se tournent vers une autre forme de délinquance.

À lire aussi

Vives tensions entre migrants et pêcheurs à Ouistreham (Calvados)

Blessée, la poissonnière a dû être hospitalisée. D’après un témoignage, les gendarmes sont…