Le gouvernement polonais accuse CNN et la BBC de parti pris dans la crise des migrants

Migrants

Face aux accusations venues de toute l'Europe et au-delà, la Pologne prise dans la crise des migrants se défend pied à pied. Un responsable du gouvernement polonais a dénoncé le parti pris de gauche des reportages de CNN et de la BBC sur la crise en cours à la frontière biélorusse. Le porte-parole polonais du ministre-coordonnateur des services spéciaux, Stanisław Żaryn, a vivement critiqué le reportage « partial » de la BBC et celui « insensé », selon lui, de CNN.

En effet, CNN a qualifié la crise des migrants à la frontière avec la Biélorussie de « diversion utile » pour le gouvernement polonais, affirmant qu’il a commodément détourné l’attention des conflits intérieurs. CNN a ensuite mis l’accent sur le sort des migrants, en grande partie du Proche-Orient, qui, dans de nombreux cas, auraient été trompés par le régime du dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko. Ce dernier leur faisant croire qu’ils auraient accès à l’Europe s’ils se rendaient à la frontière polonaise.

Dans une déclaration faite à Breitbart Londres, Żaryn décrit la situation frontalière comme « faisant partie de la guerre hybride » menée contre l’Europe occidentale par Loukachenko. « Malgré une situation aussi tendue et complexe, de nombreux journalistes ont tendance à ne se concentrer que sur un seul aspect de la crise – un aspect humanitaire », a poursuivi M. Żaryn, en déclarant : « Ils décrivent des histoires individuelles et oublient la perspective plus large, la responsabilité de Loukachenko et de Poutine et leurs objectifs politiques. »

Le porte-parole du gouvernement polonais a précédemment critiqué CNN sur les médias sociaux, affirmant que ses conclusions étaient « un non-sens ». Żaryn a également pris pour cible la BBC, qui mentionnait à peine le rôle du régime de Loukachenko dans l’alimentation de la crise, tout en critiquant apparemment la Pologne pour avoir « repoussé » les migrants illégaux de sa frontière.

« Il ne s’agit ici que d’une opération politique hostile contrôlée par les services biélorusses et le KGB. Et vous insinuez que la Pologne devrait être critiquée ? » a tweeté Żaryn, interpellant les journalistes britanniques de la BBC, ajoutant : « Vous vous moquez de moi. »

« Loukachenko utilise cyniquement ces gens pour forcer l’Union européenne à retirer ses sanctions et à légitimer sa présidence. Il terrorise tout l’Occident. »

Depuis le début de la crise frontalière, au moins un policier a été grièvement blessé (le 16 novembre) lors d’affrontements avec des migrants, avec des frondes, des pierres et des « grenades paralysantes ». Pour Żaryn, « il est crucial de souligner que toutes ces attaques sont gérées et menées par les services biélorusses. Ils regroupent les migrants dans des camps temporaires près de la frontière, ils leur donnent des instructions spécifiques et l’équipement nécessaire. » Évidemment, la presse, les associations et de nombreux États étrangers ne diffusent pas la même version des faits.

La Pologne, membre de l’OTAN, peut compter sur le gouvernement conservateur de Boris Johnson, qui a envoyé environ 150 ingénieurs de l’armée royale britannique pour aider à renforcer la frontière polonaise avec la Biélorussie.

Thierry Martin
Thierry Martin
Auteur, dirigeant d’entreprise, sociologue de formation

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois