Editoriaux - International - 4 février 2019

Le dernier carré de Daech résiste encore près de la frontière irakienne

L’offensive actuelle des FDS (Forces démocratiques syriennes) devrait être la bonne. C’est, en tout cas, ce qu’affirment ses combattants, kurdes pour la plupart, armés et financés par les Américains.

Des annonces péremptoires de ce type ont déjà été faites ces dernières semaines, mais cette fois, il se pourrait qu’elles se concrétisent. En effet, depuis plusieurs jours, des milliers de civils liés à Daech fuient la zone des combats et se rendent aux FDS.

Les témoignages recueillis auprès de ces réfugiés sont à peu près les mêmes : Daech nous a trahis, ses combattants se moquent de nous et il n’y a plus rien à manger. Femmes et enfants affluent donc et si les dirigeants de l’État islamique acceptent de les laisser partir, c’est pour ne plus s’encombrer de bouches inutiles.

Alors, chacun pour soi avec un souci commun : minimiser son rôle et son engagement auprès du califat. Les Kurdes accueillent tout ce beau monde, les interrogent et les regroupent dans des camps, plus au nord.

Le problème majeur est posé par les hommes disséminés dans ces convois : combattants de Daech ou pas ? “Lorsque nous interceptons ces convois, il est impossible sur le moment de distinguer parmi eux les civils des combattants. Ce qui est sûr, c’est que Daech cherche à disséminer ses cellules dormantes dans d’autres parties de la région. On peut être certain qu’il y a aujourd’hui dans ce convoi des combattants déguisés en civil”, affirme une combattante kurde au journal libanais L’Orient-Le Jour.

Ce jour-là, beaucoup de Caucasiens figurent parmi les réfugiés : Russes, Ouzbeks, Kazakhs. Les autres, comme d’habitude, Syriens et Irakiens. Ce sont eux les plus critiques : “Il n’y a plus ni eau, ni nourriture dans les territoires de Daech, plus rien. Les combattants étrangers gardaient tout pour eux”, dit Fatma à un officier FDS.

Certains allument une cigarette pour montrer leur mépris des consignes de Daech. Mais Aram, un officier FDS, ne croit guère à leur innocence et affirme au journal libanais : “Tous les civils que vous voyez aujourd’hui, y compris les vieux, les femmes et les enfants, ce sont des partisans de Daech.”

Selon l’état-major des FDS, Daech ne détient plus que quatre kilomètres carrés dans ce désert, tout à fait à l’est de la Syrie. Les combattants ne seraient pas plus de 2.000, dont beaucoup d’étrangers. Combien de Français, parmi eux ? Impossible de le savoir avec précision, mais leur présence est à peu près certaine.

Le mystère plane aussi sur le sort du chef de l’État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. Donné mort ou blessé à plusieurs reprises, aucun élément récent n’est venu confirmer ces rumeurs. Son dernier message audio date du mois d’août.

En tout état de cause, l’échéance se rapproche, mais ce dernier carré se défend avec acharnement et, malgré les bombardements américains, les fantassins kurdes ne progressent que très lentement. Les derniers combats seront rudes.

À lire aussi

Renversement d’alliance en Syrie

Poutine, avec le départ des Américains, a maintenant toutes les cartes en main. …