Editoriaux - Polémiques - 7 décembre 2019

L’arabe est une langue de France

La sixième langue la plus parlée au monde serait donc aussi une langue de France. Comme le breton ou le provençal. Dans quelle province, qu’on la situe un peu sur la carte ? C’est, en tout cas, ce qu’affirme fièrement le site de l’Institut du monde arabe (IMA) pour annoncer sa cinquième fête de la langue arabe, qui se déroulera du 13 au 15 décembre.

L’IMA, dont le président n’est autre que Jack Lang, invite donc tous les Français à venir entendre l’arabe, à la pratiquer, et « à s’ouvrir ainsi à la culture d’une immense richesse à laquelle elle donne accès ». Une immense richesse : d’ailleurs, une émission de France Culture, diffusée en 2018, affirmait même que Jean de La Fontaine s’était largement inspiré de Kalila et Dimna, un recueil de fables animalières d’origine indienne traduites en arabe au VIIIe siècle. Exit Ésope.

Récemment, Valérie Pécresse déclarait que l’islam était une religion française. Certes, tout ce qui est arabe n’est pas musulman et tout ce qui est musulman n’est pas arabe, mais il faut reconnaître que tout ça mis bout à bout – l’arabe, langue de France, l’islam, religion française et « ce que doit La Fontaine aux Arabes », cela fait peut-être beaucoup d’un coup.

Voici le texte que vous pouvez lire sur le site de l’IMA : « L’arabe, une langue de France, car elle est quotidiennement pratiquée à l’oral comme à l’écrit dans l’Hexagone. Malheureusement, elle souffre encore d’une image ambivalente et ne bénéficie pas de l’enseignement qu’elle mérite à l’école. C’est pourquoi l’IMA propose tout au long de l’année, avec son Centre de langue, un enseignement moderne et laïque, loin de toute considération religieuse ou ethnique, ouvert à tous les âges et tous les niveaux. »

Sans ambiguïté, sans détour, j’allais dire sans arabesques : l’arabe est bien une langue de France.

Trois jours de spectacles, de danses, de conférences, de cours de calligraphie avec, au final, pour tous, une dictée géante en arabe. Ces trois jours sont la version longue de la Journée mondiale de la langue arabe instaurée par l’UNESCO en 2012.

Il ne reste plus, à Emmanuel Macron, qu’à s’inscrire aux cours d’arabe de l’IMA. Je suis sûr que Jack Lang serait ravi de l’y accueillir à titre gracieux.

À lire aussi

Pourquoi ne pas reconstruire le château de Saint-Cloud ?

Saint-Cloud ayant été intimement mêlé à plusieurs siècles d’Histoire de France, il serait …