Les vidéos qui tournent en bouclent permettent de documenter l'arrivée massive de migrants sur les plages de Lampedusa, ces derniers jours. On associait, jadis, ce nom chantant, presque exotique, à Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa, auteur du Guépard, qui prêta les traits de son oncle au prince Fabrizio Salina - le nom d'une autre île sicilienne. On a oublié tout cela, désormais : Lampedusa, pour tout le monde, est devenue le nom de la déferlante migratoire, soigneusement incontrôlée par les pouvoirs publics européens, qui s'abat sur une Europe vieille et fatiguée, qui a perdu sa pulsion vitale, n'a plus d'enfants et semble attendre l'annihilation (désormais tout à fait possible) comme une délivrance.

Dans ces vidéos, on voit des migrants expliquer leurs rêves : devenir footballeur, profiter des aides sociales françaises... Ce que l'on ne voit pas, en revanche, ou très peu - comme à chaque fois -, ce sont des familles. On observe que les bateaux sont pleins d'hommes jeunes, visiblement originaires d'Afrique subsaharienne, mais on peine à distinguer, dans ces Zodiac™ bondés qui s'avancent, conquérants, vers des rivages d'où ils ne seront jamais expulsés, la présence de femmes ou d'enfants.

Heureusement, pour nous autres myopes, qui n'avons que nos yeux pour voir, il y a les « experts ». Antoine Laurent est de ceux-là. Ancien conseiller de Yannick Jadot, ancien membre de l'ONG SOS Méditerranée, la compagnie de taxis du tiers-monde, il affiche une carte de visite qui laisse penser qu'il sait de quoi il parle - mais laisse également subodorer un très léger biais idéologique. On n'est pas déçu : interrogé par BFM TV, ce spécialiste constate, pour sa part, que « comme à chaque fois, il y a énormément de femmes et d'enfants ». Il faut un œil de lynx pour faire de l'humanitaire. Ou alors peut-être voit-il des choses que nous ne voyons pas : des « mineurs » âgés d'une trentaine d'années ou des transgenres autoproclamés (c'est bien pratique de se dire LGBTQIAXYZ pour obtenir l'asile).

Les familles, les femmes, les enfants sont restés là-bas, au pays

Ce que voit Antoine Laurent, ce n'est pas ce que voient Alice Cordier du Collectif Némésis, ni Damien Rieu, ni Nadine Morano. Vous me direz que ce sont tous de sales fachos, mais ce serait un peu léger : en effet, s'il y avait tant de femmes que ça, dans ces embarcations, sachant le traitement qui leur est réservé au sein de leur communauté sur le sol européen, le collectif Némésis serait allé à leur rencontre pour pouvoir se porter à leur secours. S'il y avait des enfants, tous les médias les auraient filmés. Souvenez-vous de l'instrumentalisation du petit Aylan par les journaux français : c'est plus facile de vendre l'immigration de peuplement quand on fait pleurer dans les chaumières. Là, rien.

Alors, désolé, Antoine, désolé, Ursula - et, en fait, pas si désolé que ça, d'ailleurs : il n'y a pas plus de femmes ou d'enfants en nombre qu'il n'y a d'ingénieurs, d'artistes ou d'écrivains dans ces canots de fortune. Il y a de futurs livreurs Deliveroo, de futurs chauffeurs Uber, de futurs vendeurs à la sauvette, de futurs pauvres gens qui feront la plonge dans les cantines pour bobos et de futurs consommateurs de crack. Tout ça, on en est sûr. On connaît par cœur. Mais les familles, les femmes, les enfants sont restés là-bas, au pays. Nos futurs compatriotes attendront les papiers pour les faire venir par la grâce du regroupement familial.

Cette arrivée est terrifiante dans ses modalités : plus de 8.000 migrants sont arrivés en une semaine. Mais elle n'est pas en soi différente des autres invasions. Et les mensonges des pro-migrants n'évoluent pas davantage. Bref, l'Europe continue de s'effondrer et d'accueillir, avec une générosité coupable, des gens qui ne veulent que leur part du gâteau. Rien de très nouveau sous le soleil de Lampedusa.

9173 vues

19 septembre 2023

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. Arnaud, votre humour est à savourer. Où sont les femmes? La gauche applique les conséquences de sa déficience mentale. Elle ne voit que des hommes. Vous leur dites « c’est blanc » il voient « noir ». C’est un phénomène de mimétisme. Pour les avoir pratiqués de longues années, je puis vous assurer que les maghrébins sont très forts en la matière, nier des évidences. Cette faculté déteint sur la gauche qui doit les fréquenter de trop près. Pour en revenir aux femmes. Le regroupement familial se chargera de les faire apparaître. Dans un premier temps, ne pas effaroucher le français de souche. Et puis une femme, dans cette société d’un autre monde, est-ce pratique et opportun à véhiculer ?

  2. La chute de l’empire romain s’est trouvée accélérée par les grandes invasions venues de l’est. Pour le continent européen dans sa partie occidentale au moins les grandes invasions viennent du sud. Rien de nouveau sous le soleil et le résultat sera identique. La civilisation européenne va s’effondrer comme ce fut le cas de l’empire romain, lorsqu’il n’y aura plus rien dans les caisses

  3. Elles sont à la maison à faire le ménage et la cuisine : c’est comme cela que conçoivent les hommes musulmans .
    Mesdames les féministes françaises , voila un bel avenir qui se dessine devant vous si par malheur ces gens parvenaient au pouvoir en France et ce n’est sans aucun doute ps aussi éloigné que vous le pensez .

  4. Peu importe qu’il n’y aie que des hommes, le danger reste le même et plutôt que de discourir sans fin autour de ce FLEAU qui en génère des milliers d’autres sur la planète, il serait impératif de STERILISER obligatoirement les couples de tous les pays surpeuplés après qu’ils aient eu 2 enfants ainsi le monde entier s’en porterait beaucoup mieux. Plus de famine, plus d’épidémies, plus de viols, plus de misère, plus de guerres, plus d’invasions etc…..

    1. Je suis entièrement d’accord. De plus, réduire la population mondiale contribuerait à diminuer la pollution de la planète.

  5. Les mensonges des « experts » le plus souvent autoproclamés, des « conseillers » de toute sorte, etc. sont décidément sans limite. Et les dénoncer prouve simplement qu’on fait partie de l’extrême droite.

  6. Une question me traverse l’esprit : pourquoi l’île italienne de Pantellaria, située à 70 km de la côte tunisienne, n’est elle pas soumis de la même façon que Lampédusa, distante elle de 140 km de la Tunisie, à la même pression migratoire ? Serait-ce que cette île privilégiée par la jet set mondiale (Giorgo Armani) , par le monde du spectacle et du cinéma (Madona, Sting, Carole Bouquet…) est volontairement préserver afin de ne pas heurter la sensibilité des grands de ce monde ?

    1. L’humanité et la compassion ne sont représentées que devant Notre Dame et La Mairie de Paris, avant de finir Porte de La Villette…

  7. Oui, une proportion qui est toujours la même, je suis d’accord, une femme avec un enfant sur 200/300 migrants et quand les journalistes arrivent à la trouver, elle est photographiée sur toutes les coutures.

  8. cette gauche écolo devrait se voir verbaliser pour mensonges et mise en danger de la vie d’autrui !
    Femmes et enfants , mineurs isolés ??? très très minoritaires ces deux catégories !
    Faire une recherche radiologique sur les soit disant mineurs qui paraissent avoir plus de 20 ans pour les 9/10 serait indispensable !

    1. Je ne comprends d’ailleurs pas que cet examen ne soit pas obligatoire. Cela ferait diminuer sensiblement le nombre des « MNA ».

  9. Comme d’habitude, depuis la nuit des temps , ce sont les femmes ( les vraies, les mamas, les guerrières,) qui sont les forces vives d’une société. Restées au bled, au pays (par désire ou obligation ) elles défendront vaillamment leur territoire . L’histoire du monde est pleine de ces héroïnes; Et pendant ce temps là leurs pleutres de maris, de frères de cousin se « barrent » pour profiter de ce qu’ils penses trouver dans l’Eldorado qu’est devenue l’Europe pour eux.

  10. Réponse : elles sont restées chez elle à garder la maison pendant que leurs hommes viennent en Europe pour épancher leurs désirs sexuels avec nos femmes et nos filles .

  11. Ne blamons pas ces envahisseurs mais plutôt ceux qui rendent leur venue possible et, d’abord et avant tout, ceux qui élisent ces dirigeants ostensiblement favorables à l’accueil massif de populations étrangères.

    1. Moi je les blâme car au lieu de rester sur place pour mettre leur pays en valeur, eux qui sont dans la force de l’âge, ils abandonnent leurs vieux parents, les femmes et les enfants en espérant vivre ici en travaillant le moins possible avec les subventions de l’Etat français.

Les commentaires sont fermés.