Envoyé d’urgence à l’hôpital pour assister sa femme qui venait de perdre leur premier enfant, Julien Masson n’a pas eu l’autorisation d’entrer car il n’avait pas de passe sanitaire. Aucun moyen de faire un test dans les environs, il a dû laisser sa femme seule pour vivre ce terrible drame.

Il témoigne au micro de Boulevard Voltaire.

 

 

Votre femme a fait une fausse couche à l’hôpital. Le contexte Covid a rendu ce drame encore plus difficile. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

On attendait notre premier enfant. Il se trouve que, ce matin-là, nous avions rendez-vous avec la gynécologue qui nous a confirmé que le bébé n’était plus en vie. Elle nous a conseillé d’aller au plus vite aux urgences pour le suivi. Dans un premier temps, nous avons pu rentrer aux urgences et avons attendu dans la salle d’attente. Ma femme a été prise en charge et on m’a dit que j’aurais dû rentrer par une autre entrée et que j’aurais dû montrer un passe sanitaire.

On m’a gentiment demandé de sortir et d’attendre mon épouse dehors.

 

Votre femme a-t-elle vécu seule ce drame ?

Oui, tout à fait. Ils m’ont dit que j’aurais dû présenter un passe sanitaire. Ils ont bloqué l’accès par lequel nous étions entrés. Je suis donc sorti en laissant mon épouse toute seule en train de vivre ce drame.

 

N’avez-vous pas eu la possibilité de faire un passe sanitaire ?

Comme je vous l’ai dit, nous sortions de notre consultation de chez la gynécologue qui nous a dit d’aller au plus vite aux urgences pour le suivi. Nous nous sommes donc retrouvés aux urgences rapidement. Je n’avais donc évidemment pas la possibilité de faire un puisque c’était une urgence. Une fois sur place, lorsqu’on m’a dit qu’il fallait que je sorte parce que je n’avais pas de passe sanitaire, une infirmière m’a proposé d’aller faire un test dans une pharmacie assez proche.

Dans une telle situation, je n’allais pas laisser ma femme toute seule. Je suis quand même allé dans cette pharmacie que l’on m’avait conseillée et on m’a répondu qu’elle ne faisait pas de test PCR ou antigénique. Je me suis retrouvé bloqué. Je ne pouvais finalement pas faire de pour attendre mon épouse.

 

 

 

 

 

 

 

21 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.