Cher Joe Biden, te souviens-tu quand tu fustigeais la politique anti-immigrationniste de Trump et que tu promettais un retour à l’humanisme tellement cher aux démocrates américains (un peu l’équivalent de notre gauche bien-pensante française) ?

Il semble que cela ne soit pas si facile et que, finalement, tu utilises les mêmes méthodes que le « vilain-pas-beau-facho » Trump pour tenter de stopper l’hémorragie que tu as provoquée en annonçant la réouverture de la frontière avec le Mexique. Depuis ton arrivée au pouvoir, que se passe-t-il ? On dirait que tu ne les aimes plus, les migrants… Parce qu’on a appris que 112.000 d’entre eux ont immédiatement été renvoyés en vertu du « Titre 42 », mesure exceptionnelle prise par Trump ! Qu’est-ce que tu nous fais, Joe ? Tu l’as dit aux médias français qui soutenaient ta position, parce que bien plus humaine à leurs yeux que celle de Trump ?

Et le mur ! Ah, le fameux mur dont on a essayé de faire endosser la paternité exclusivement à Trump, histoire de se débarrasser de quelques détails gênants de l’histoire de sa construction et surtout de son financement. Eh oui, rappelle-toi ! Toi aussi, tu y avais contribué, en octobre 2006, quand George W. Bush avait promulgué la loi sur la « barrière de sécurité ». Tu figurais parmi les sénateurs démocrates ayant voté en faveur de cette loi, mon cher Joe, ainsi que et ton pote prix Nobel de la paix Barack Obama. Au cours des quatre années suivantes, 882 kilomètres de clôture le long de la frontière avec le Mexique ont été construits, soit cinq fois plus qu’avant, le tout pour la modique somme de 2,3 milliards de dollars !

Bon, OK, tu viens de suspendre deux contrats portant sur la construction de… 50 km de mur supplémentaire sur les 1.076 km de « barrière primaire » déjà construite. C’est tout ? On pouvait attendre de ta part que tu réserves à ce que tu appelles probablement « une verrue » le même sort que l’Allemagne avait réservé, en 1989, à son mur de la honte ! Il fallait le casser, le broyer, et je te garantis que, toi aussi, tu aurais eu le Nobel de la paix. Mais je sens que ça t’arrange quand même un peu, de le laisser en place. Au cas où… on ne sait jamais… s’il y avait une poussée un peu trop forte… Voilà, tu viens de découvrir l’utilité d’un mur.

Vois-tu, tu me fais un peu penser à notre Xavier Bertrand, chez nous, qui fait semblant de déclarer la guerre aux éoliennes alors qu’il a signé, en 2019, le « Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires » (SRADDET) qui s’occupe, entre autres, de la planification de l’éolien. Je pense aussi à Marine Le Pen, qui voulait sortir de l’Europe, il y a encore peu de temps.

Finalement, vous êtes tous les mêmes : vous faites l’inverse de ce que vous avez soutenu mordicus la veille, tout en essayant de le cacher. Et ce n’est pas sur des thèmes de 5e catégorie. Non, c’est tout juste si ce ne sont pas vos thèmes de prédilection et de campagne.

Je ne te félicite pas.

28 juillet 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 12 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires