Le 13 octobre dernier, une scène particulièrement violente a eu lieu dans une classe de l’école Jules-Ferry de Fontenay-sous-Bois. Un élève de 10 ans s’est soudainement précipité sur son enseignante, puis l’a mordue en plein cours, sous les yeux de ses camarades de classe. Cette agression « a nécessité l’intervention des dans l’établissement », explique Le Parisien.

Une cellule psychologique au sein de l’école

L’écolier, prénommé Jihad et âgé de seulement 10 ans, a mordu sa maîtresse au bras puis l’a frappée au visage, sous les yeux de ses camarades, selon une source policière. Le garçon est connu pour être un élève « en grande difficulté ». De plus, il est « largement suivi » par les services éducatifs.

Les sapeurs-pompiers ont pris en charge l’enseignante très choquée, qui saignait du nez, selon des témoignages. À la suite de l’agression, l’ nationale a condamné « ces actes de violences non prévisibles ». Elle a ouvert une cellule psychologique au sein de l’école pour l’enseignante et ses élèves témoins de cette scène.

« Des élèves pas adaptés au système scolaire »

« Même si l’enfant a fait du mal, on ne peut pas l’incriminer », a réagi une représentante du syndicat SNUipp de Fontenay. « Ce qui s’est passé ne me surprend même pas. Ce sont des élèves qui ne sont pas adaptés au système scolaire tel qu’il est. Les enseignants n’ont pas les moyens de les gérer. »

21 octobre 2020

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Royaume-Uni : des étudiants d’Oxford retirent le portrait d’Élisabeth II pour dénoncer le colonialisme

Cette action a provoqué la colère du ministre de l'Éducation, Gavin Williamson, qui juge «…