Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 27 mai 2019

Jean-Yves Le Gallou : « Reste l’hypothèse de Marion Maréchal »

"Encore faut-il qu'elle sorte de son Aventin..."

Jean-Yves Le Gallou analyse la situation à droite de l’échiquier politique au lendemain des élections européennes.


Je vous cite ‘’ percée identitaire, partout sauf en France’’.
Or nous nous sommes levés ce matin avec une victoire du Rassemblement national.

C’est une victoire relative. Le Rassemblement national est certes sorti en tête mais avec deux points de moins qu’en 2014, alors que dans la majorité des pays européens, les partis nationaux et identitaires ont nettement progressé. Ce n’est pas le cas du Rassemblement national qui est passé de 25 % à 23 %, alors qu’il a bénéficié du vote utile. Macron et les médias avaient fait de cette élection une sorte de match entre le Rassemblement national dans le rôle du méchant et Macron dans le rôle du gentil.


Les Républicains sont aussi perdants dans cette élection avec 8,5 %.
Comment expliquez-vous la défaite de la liste menée par François-Xavier Bellamy ?

On ne peut pas mettre sur le même plan le recul de 2 % du Rassemblement national et le recul de 13 % de LR. Pour LR ce n’est pas un recul, mais un effondrement qui est comparable à celui du parti socialiste.
LR partait de 21 % en 2014 et aujourd’hui il tombe à 8 %, alors qu’il avait un candidat plutôt brillant et une campagne plutôt dynamique.
Quelles sont alors les explications possibles de la chute de LR ? Le vote utile. LR, le RPR, l’UMP ont autant vécu sur le vote utile sur le thème ‘’votez pour nous, votez pour la concurrence ne sert à rien’’.
Ils ont été victimes du vote utile puisqu’on leur a dit que c’était un match entre Macron et le Rassemblement national. Ceux qui ont des sentiments identitaires, c’est-à-dire une petite partie de leurs électeurs ont dû filer au Rassemblement national.
Dans le XVIe, à Neuilly, au Vésinet ou à Versailles, la République En Marche est devant LR et devant Bellamy. Il suffit de regarder les résultats. La droite d’argent s’est ralliée à Macron comme représentant du parti de l’ordre et du parti de l’argent. Pour LR c’est extrêmement préoccupant. Ils sont vraisemblablement en voie de disparition.

Comment la droite peut-elle retrouver une dynamique qui permettrait de se relancer ?

Cela n’est pas facile. Marine Le Pen reste malgré tout démonétisée, même si ce résultat la remet en selle. On pourrait rêver d’un Macron de droite, d’un Macron national et identitaire. Cela se heurte à deux difficultés. Macron a été créé grâce et avec les médias. Les médias ne vont pas jouer le rôle de créateur d’un candidat de renouveau identitaire et de droite. Cela serait tout à fait contraire à l’intérêt des gens qui les dirige. Reste l’hypothèse de Marion Maréchal, mais encore faut-il qu’elle sorte de son Aventin. Je ne sais pas si le temps est encore venu pour cela.

À lire aussi

Jean-Yves Le Gallou : « En Autriche, on assiste à la déstabilisation d’un homme politique identitaire par une opération de barbouzerie ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleSéisme en Autriche après la diffusion d’…