L’auteur de la tribune des militaires, le capitaine (er) Jean-Pierre Fabre-Bernadac, organisait une commémoration à Toulouse, mardi 11 mai. L’occasion de réagir au ralliement des militaires d’active et de répondre au pouvoir.

 

Les militaires d’active ont signé une nouvelle tribune, est-ce une victoire ?

 

Je pense que la première chose qu’on comprise les gens d’active c’était « ne touche pas mon ancien ». Il est évident qu’à partir du moment où nous étions mal traités et insultés, ils ont réagi.

Ils constatent comme nous que le délitement de la France les touche comme il nous touche. Ils ont voulu l’exprimer de la même manière.

 

 

Espérez-vous que le pouvoir change de position ?

 

Ils sont tellement à côté de leurs charentaises que je n’en sais rien. Je pense que si 2000 membres des forces militaires d’active ont bien signé cette tribune, je vois mal comment ils pourraient ne pas en tenir compte.  Si demain, ils punissent 2000 militaires, ils cassent l’armée. Je crois qu’à partir de ce moment-là, il va se passer quelque chose. Le plus simple pour eux serait d’essayer de calmer le jeu. S’ils ne calment pas le jeu, qu’ils sachent qu’avec toutes nos forces de manière légale, nous nous opposerons à leur mesure.

 

 

De quoi cette polémique est-elle le nom ?

 

Je pense que tout ceci est un phénomène politique. On voit très bien que lorsque dit une chose, Mélenchon rejaillit sur cette chose pour dire que c’est un scandale. Et quatre jours après, il faut que le dise quelque chose.

L’attitude qu’il aurait dû avoir aurait était de dire qu’il n’était pas tout à fait d’accord, mais qu’il pouvait essayer de comprendre. Au lieu de cela, il a réprimé et insulté. Je ne peux pas savoir ce que sera la suite. Vont-ils de nouveau réprimer et insulter ? Les jours à venir nous le dirons…

 

 

Quelle sera la suite des évènements ?

 

Les jours à venir seront décisifs. Je peux vous dire que cela n’est pas fini. Nous recevons des tas de documents et d’éléments. Nous voulons que le peuple français soit au courant de tout ce qui se passe et qu’on ne lui dit pas.

 

 

« Place d’Armes » sera-t-il le nouveau lanceur d’alerte de l’armée ?

 

Je pense que c’est notre destinée. Plus que des lanceurs d’alerte, nous sommes des sonneurs de tocsin. La situation est tellement dramatique que nous n’en sommes plus à l’alerte, mais à se faire sonner le tocsin. C’est essentiel. Je passerai toute l’énergie qu’il me reste à faire sonner ce tocsin.

13 mai 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
51 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires