Ressortez du placard votre blouse blanche mitée, dépoussiérez les éprouvettes de votre cabinet de curiosités, mettez sur votre nez des lunettes de protection et allumez le feu du bec Bunsen trônant sur la paillasse. À défaut, votre cuisine fera l’affaire. Nous allons nous replonger dans l’univers fascinant de la physique-chimie ; pour certains, une véritable torture, et pour d’autres, une savoureuse madeleine de Proust.

Dans cette discipline austère – science si dure que beaucoup n’y ont récolté que des bosses peu matheuses et suffisamment de bulles pour reconstituer la tête à Toto -, penchons-nous plus précisément sur l’univers des solutions.

Prenez de l’eau pure, le solvant, et ajoutez-y un peu de gros sel, le soluté. Agitez avec vigueur l’éprouvette et vous obtiendrez un mélange homogène : la solution. Notez que chauffer modérément la solution sans atteindre le seuil d’ébullition peut accélérer le phénomène.

Encouragés par ce résultat formidable mais assez peu spectaculaire (car il n’y a rien à voir), continuez à apporter à cette solution de plus en plus de sel. N’oubliez pas de secouer entre chaque apport. Soudain, qu’observez-vous ? Un précipité, une couche de sel qui, au fond du tube à essai, s’amoncelle et refuse de se mélanger. Vous aurez beau vous démener à secouer, encore et encore, rien à faire. Saperlipopette ! Que s’est-il donc passé ?

La solution a tout simplement atteint son seuil de saturation.

D’homogène, le mélange est devenu hétérogène. Les éléments en excès non dissous sont devenus visibles. La solution ne peut plus assimiler d’autres particules élémentaires.

Maintenant, avalez un cachet d’aspirine et contraignez-vous à une petite expérience de pensée à la façon d’Einstein. Transmutez la physique-chimie vers la sociologie. Pour ce faire, vous devrez remplacer, dans ce cours magistral, les termes de solvant par peuple de France, soluté par immigrés extra-européens, solution par et précipité par .

Puis comment interprétez-vous le terme de seuil de saturation ?

Enfin, tentez d’identifier les alchimistes dingos qui, dans la quête d’une impossible pierre philosophale, font que dans leurs creusets expérimentaux, leur tambouille bouillonnante et fulminante finira inéluctablement par leur « péter à la gueule ».

Qui en subira les dommages collatéraux ?

Vous avez un quart d’heure !

7 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
36 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires