Quand on répond, à l'Assemblée nationale, aux fameuses questions au gouvernement, dont le sujet est connu à l'avance, on a tout intérêt à bien peser ses mots. Sonia Backès (photo) ne l'a sans doute pas suffisamment compris quand, le mardi 4 octobre, elle s'est adressée à un député du Rassemblement national qui l'interrogeait sur le projet macronien de repeupler des villages avec des immigrés.

Sur un ton brutal, qui pourrait aussi bien traduire son mépris pour un élu du que son doute sur la crédibilité de sa réponse, elle a imprudemment déclaré que « les enfants des étrangers en situation régulière seront LES Français de demain », ignorant apparemment la différence de sens entre « les » et « des ». Certes, selon le « droit du sol », les enfants d'étrangers nés en obtiennent automatiquement, à leur majorité, la nationalité française, disposition déjà en soi discutable. Encore faudrait-il que ces descendants d'immigrés fussent bien assimilés, incités par leurs parents à aimer leur nouvelle patrie, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas.


Sonia Backès, à l'instar de son maître, s'est ainsi illustrée, par conviction ou par maladresse, comme le chantre du « Grand Remplacement ». Pas question de remettre en cause l'état actuel du droit ni l'afflux d'immigrés plus ou moins réguliers, puisque les migrants en situation irrégulière restent pour la plupart sur le territoire et finissent par être régularisés. Elle consent à la situation actuelle, estimant qu'il faut accueillir les étrangers venant en dans les meilleures conditions possibles, puisqu'ils sont les parents de futurs Français. De quoi donner raison à Pierre Lellouche, qui déclarait sur CNews que « 40 % des enfants de 0 à 4 ans sont immigrés ou d'origine immigrée au dernier recensement ».

N'en déplaise aux macronistes, dont la réflexion semble ankylosée par des préjugés tenaces, l' n'est pas toujours une richesse pour la quand de nombreux étrangers, fussent-ils réguliers ou devenus français, refusent de s'assimiler, veulent vivre selon leur culture et leurs usages, voire cherchent à les imposer aux autres. Il n'est pas besoin d'habiter dans des quartiers à forte population d'origine immigrée pour s'en apercevoir. Des villes, grandes, petites ou moyennes, voient apparaître le même phénomène et Macron ne trouve rien de mieux que de le propager jusque dans nos villages.

Une immense majorité de Français en ont aujourd'hui pris conscience et commencent à demander des comptes au gouvernement. Cette situation nuit aussi aux Français d'origine immigrée qui, par gratitude pour leur pays d'accueil, font l'effort de s'assimiler. Force est de constater que les prétendues élites qui nous gouvernent ne se contentent pas de dénigrer la colonisation, elles acceptent, comme une pénitence pour se racheter, que la soit, à son tour, colonisée. Il est vrai que Macron et ses partisans ont, depuis longtemps, sorti le mot « patrie » de leur vocabulaire et qu'ils ont renié la culture française.

Faut-il s'étonner, dans ces conditions, si des immigrés profitent de l'aubaine ? Tout laisse à penser que le peuple français ne supportera plus longtemps ces dirigeants, dont on pourrait dire, en considérant leur migratoire, qu'ils trahissent la France.

15442 vues

6 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

57 commentaires

  1. Merci de m’apprendre qu’il existe une secrétaire d’état à la citoyenneté, encore une fonction fourre-tout bien au chaud dans l’un des trop nombreux placards dorés français.

  2. La suppression de la taxe d’habitation a permis une légère augmentation du pouvoir d’achat sans avoir à augmenter les salaires, il est évident que ce sont les propriétaires qui compenseront ce manque à gagner….
    A terme, c’est toute la classe moyenne qui disparaîtra, ne resteront que les très riches, et malheureusement une énorme masse qui sera de plus en plus pauvre du fait de la disparition de la classe intermédiaire.
    Les infrastructures communes en pâtiront (c’est déjà le cas !) la France se retrouvera au niveau des pays en voie de…..développement !

  3. Non seulement Macron a fait une grossière erreur en supprimant la « Taxe d’habitation » , mais en conservant les « Taxes Foncières » seulement dues par les propriétaires , alors que les infrastructures communales et/ou des communautés des communes , voire régionales servent à tout un chacun ; pour en arriver au sujet développé dans ce texte en dispatchant ainsi à travers les régions rurales les migrants qui va de nouveau et toujours payer l’ardoise , les  » dociles imposables » que nous sommes .

  4. Macron est apatride. On le sait. La CE n’est pas une patrie. Il rejette le concept d’intégration pour l’immigré. Il est mondialiste pour le commerce comme pour les peuples. C’est un banquier, son territoire est global. Il se croit à l’avant garde et continuera d’ensevelir notre pays pendant les 5 prochaines années.

  5. Il nous reste à mourir avec élégance. Jules César assassiné avait ramené un pan de sa toge sur son visage. Et d’atures ont rabattu sa toge sur ses parties génitales, devenues visibles. Je ne verrai pas l’avenir. Bof.

  6. À un moment donné, il va falloir imiter les russes contre le pouvoir du tsar, la révolution d’octobre. Quand aura t’elle lieu en France ? J’espère que ce ne sera pas trop tard. Déjà il faut se réveiller, commencer à se bouger. Pour l’instant, il n’y a que de la parlotte vis à vis des délits divers allant jusqu’au meurtre.

  7. <<>> Vous ignorez (négligez?) le plus important : la délinquance associée à l’immigration. Car cette dernière est choisie, non par la France, mais par les pays d’émigration. Les délinquants locaux sont « invités » à purger leur peine en France, avec double avantage : la peine ne sera pas exécutée, et un prisonnier coûte 150 € par jour. Je n’invente rien, on me l’a suffisamment répété lors de mon séjour professionnel en Algérie.

  8. Vous écrivez que Macron a « renié la culture française. Mais il faudrait pour ça qu’il en ait une vague idée ce qui n’est pas le cas. Lorsque Notre Dame a brûlé et que chacun y est allé de son couplet, c’était pourtant le moment de lui rappeler (ou de lui apprendre sans doute) que l’art dit gothique auquel appartient le monument était désigné à l’époque de sa construction comme « opus francigenum », art français. Cet art français dont il avait déclaré avec autorité qu’il n’existait pas. L’assimilation ne peut se faire que par la transmission de la culture française. Encore faudrait-il qu’au plus haut niveau on en ait deux ou trois notions.

  9. Si les français insupportaient autant le gouvernement, ils n’auraient pas laisser le casseur être reconduit à la tête de l’état.

  10. Ces  » Français « de demain , les campagnes ne semblent pas en vouloir 20 000 communes ont voté RN aux dernières élections. Si seulement Macron pouvait dissoudre l’A.N, ce n’est pas 89 députés RN mais peut être le double que nous aurions.

    1. Pour ma part je pense qu’il a atteind un niveau de stupidité largement suffisant pour le faire.
      Chiche Manu ?

  11. Double lapsus révélateur dans la même phrase ! Les français de demain , ce qui laisse penser qu’ils ne le sont pas aujourd’hui ? Inconsciemment elle pense qu’ils ne se sentent pas français même si issus d’ étrangers en situation régulière ? Et à partir de là ils seront Les français de demain ? Donc des français qui ne sont pas français dans leur tête seront les français qui remplaceront ceux de souche ?

  12. « Tout laisse à penser que le peuple français ne supportera plus longtemps ces dirigeants, dont on pourrait dire, en considérant leur politique migratoire, qu’ils trahissent la France ».
    Je ne serai pas aussi affirmatif que vous ! Les français ont en ce moment d’autres problèmes très importants à résoudre, et je ne vous parle pas ici du pouvoir d’achat. Je vous laisse deviner mais je pense que vous m’avez compris !

  13. Est ce vraiment un lapsus? Je ne pense pas. Le pouvoir en place assume maintenant pleinement ce qu’il reniait avant la campagne présidentielle pour fustiger son opposant. Comme l’avait d’ailleurs annoncé Marisol Touraine, il aura les mains libres maintenant. Il est trop tard pour pleurer et le changement qui aurait du s’opérer en douceur par le choix des urnes ne pourra se faire maintenant que par la rue. Or, on l’a vu avec le sort réservé aux gilets jaunes ( je parle ici des sincères, de ceux qui souffrent et non des casseurs manipulateurs envoyés pour discréditer le mouvement), ce changement ne pourra se faire que dans la douleur. On se rapproche ainsi de la troisième voie décrite par Hannah Arendt pour renverser les régimes totalitaristes.

    1. croyez-vous vraiment que le changement « musclé par la rue » (si je vous comprends bien) puisse durablement changer les choses ? La violence provoque la violence qui nourrit la violence … Non pas qu’il faille tout accepter sans broncher ! Il faut savoir dire NON, et pourquoi pas dans la rue, mais sans violence, la violence étant toujours moins efficace sur le long terme que la douceur. Si l’on veut durablement changer les choses et préparer les futures victoires dans les urnes, il faut apprendre à allier fermeté et douceur. Si nos convictions sont solidement ancrées, si elles rejoignent bien les réalités concrètes que nos concitoyens ont sous les yeux, alors, ils finiront bien par ouvrir vraiment les yeux et ils verront alors que notre roi jupitérien actuel est nu. Nu, mais pas stupide. De là à en tirer les leçons, c’est autre chose. Travaillons sérieusement à ne pas nous laisser endormir par sa propagande et identifions qui pourra le remplacer dans 5 ans. Mais pas par qqn de pire !

      1. Votre commentaire tient du bon sens. Mais dans nos campagnes la partie émergée visible de la population ne se pose pas de questions philosophiques : ils sont chez eux et observent tout « envahissement » avec suspicion. Français de souche à la 5 ème génération, si vous débarquez chez eux sur la pointe des pieds, leur acceptation sur leur territoire ne vous sera accordée que si votre présence ne fait pas tâche dans le paysage : calme et circonspection sont de mise sinon vous apprendrez, à mots couverts, qu’ils sont tous « chasseurs »…et de diverses manières. J’imagine l’arrivée de groupes ne parlant pas ou approximativement la langue Française et ne connaissant ni le parler ni les histoires locales. Les racontars, les croyances et autres coups fourrés vont animés à coup sûr la vie de la commune. Et je ne vous parle même pas de la partie immergée des vieux de la vieille qui de toutes manières ne restera pas inactive mais toujours dans la discrétion.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter