C’est le mot d’ordre, aujourd’hui, car la question est de sauver… Bayer !

La toxicité avérée du glyphosate est enfin reconnue par la Justice américaine, qui a indemnisé le préjudice de Dewayne « Lee » Johnson, en condamnant Monsanto à lui verser 289 millions de dollars, réduits à 78,5 millions de dollars en appel. Plus récemment, le cas d’Edwin Hardeman y a été tranché de façon similaire…

La bataille a fait rage, au Parlement européen, pour éviter l’interdiction du produit sous l’impulsion tant des lobbyistes de la chimie agricole que des groupes et syndicats du productivisme. Au premier rang, la , qui dispute avec succès, depuis des années, aux le titre de champion du monde d’utilisation de pesticide par tête d’habitant. On brigue les titres qu’on peut…

Les Pays-Bas ont perdu 75 % de leur biodiversité, la France 25 % (seulement). Il y a encore une marge de tolérance pour les empoisonneurs et surtout pour l’acceptation de rapports fallacieux – rédigés par ces « experts » au profil parfois improbable – présentés aux décideurs, notamment au Parlement européen : « Monsanto savait et ils ont caché la vérité au monde », a affirmé, mercredi 20 mars, Éric Andrieu, député européen PS et président de la commission d’investigation « Pesticides ». Le rapport présenté à Bruxelles était un copier/coller de l’habillage établi par Monsanto…

C’est, aujourd’hui, Bayer qui va payer les pots cassés et les indemnités des condamnations qui vont se multiplier tant aux USA qu’en  : cela va se chiffrer en milliards.

Un malheur n’arrivant jamais seul, c’est maintenant en France que la première condamnation a été prononcée, le 11 avril dernier, à Lyon, contre Monsanto, après procédure fleuve, au bénéfice de l’agriculteur Paul François ; les indemnités restent à fixer.

Plusieurs pays (dont le , où l’agent orange de Monsanto n’avait pas laissé que de bons souvenirs) viennent d’interdire le glyphosate. Le 15 avril, la CDC’s Agency for Toxic Substances and Disease Registry (ATSDR) a présenté une étude confirmant la toxicité du glyphosate, déjà classé « cancérigène probable » par l’OMS.

L’assemblée générale du 27 avril a été mouvementée. Le directoire avait pourtant recueilli 97 % d’approbation à ses orientations l’an passé.

Le rachat de Monsanto, finalisé en juin par le nouveau PDG Werner Baumann, n’a pas débouché sur le succès escompté : Bayer a perdu plus de 30 milliards d’euros depuis l’arrivée de ce financier à sa tête ! De 100 euros, en juillet 2018, l’action vient de tomber en dessous de 60 euros… et ce n’est probablement pas terminé ! Bayer est, aujourd’hui, valorisé à 57 milliards d’euros… en regard des 63 milliards d’euros du rachat de Monsanto ! Supprimer, comme c’est prévu, le nom « Monsanto » ne changera rien à l’affaire…

La direction a été sanctionnée lors de l’assemblée générale du 26 avril par 56 % des actionnaires. Le conseil d’administration statuera sur le sort de Werner Baumann.

Miraculeusement, le 30 avril, est sortie une « étude » niant la toxicité du glyphosate émanant de l’Agence américaine pour l’, dont les liens avec Monsanto et la FDA ne sont plus à démontrer. Cela n’étonnera personne, surtout pas ces « experts » dont certains, hélas, sont des médecins. Incompétents ou peu scrupuleux, cela reste à débattre. publique contre gros sous, le match n’est donc pas terminé…

Un rapport instructif, publié en octobre 2018 dans Annals of Internal Medicine, montre qu’on a explicitement demandé à plus de 25 % des biostatisticiens de truquer des résultats !

Les bobards pseudo-scientifiques ont encore de beaux jours devant eux !

2 mai 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.